Liens d'accessibilité

Deuxième chance pour un Noir américain condamné par un juré raciste


Le bâtiment de la Cour suprême à Washington DC, le 13 février 2016

La Cour suprême des Etats-Unis a ouvert lundi la voie d'un nouveau procès pour un Noir, condamné à mort pour meurtre par un jury dont l'un des membres a tenu des propos racistes.

Fin septembre 2017, la haute cour avait déjà suspendu in extremis l'exécution de Keith Tharpe dans sa prison dans l'Etat de Géorgie.

Reconnu coupable de l'assassinat de sa belle-soeur en 1990, M. Tharpe avait été condamné à la peine capitale par un jury comprenant un homme convaincu que les Noirs étaient dépourvus d'âme.

"Après avoir étudié la Bible, j'en suis venu à me demander si les Noirs avaient une âme", avait affirmé ce juré, un homme blanc nommé Barney Gattie, des années après le verdict.

Ces déclarations "représentent une forte présomption que le verdict de peine de mort a été influencé par la race de M. Tharpe", a jugé la Cour suprême, en renvoyant l'affaire à un tribunal inférieur.

Pour l'avocat du condamné, Brian Kammer, la cour a considéré "la claire présence d'un préjugé raciste de l'un des jurés".

Trois juges conservateurs de la haute cour, Clarence Thomas, Samuel Alito et Neil Gorsuch, ont exprimé leur désaccord avec la décision.

Jusque-là, les avocats du prisonnier avaient été déboutés dans leur tentative de prouver que le racisme avait joué un "rôle crucial" dans la sentence de M. Tharpe.

Dans plusieurs affaires emblématiques ces dernières années, la Cour suprême des Etats-Unis a établi avec force que les préjugés racistes n'avaient pas leur place dans le système judiciaire américain.

La haute cour a notamment suspendu en février l'exécution d'un Texan qui avait été présenté lors de son procès comme potentiellement plus dangereux car étant un Noir.

Les sages de Washington ont également tranché en mai 2016 en faveur d'un Noir condamné à mort par un jury composé de 12 Blancs sélectionnés selon des critères racistes

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG