Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Une majorité de la Chambre des représentants américaine rejette l’accord sur le nucléaire iranien

Les pourparlers sur le nuclaire iranien à Vienne, le 14 juillet 2015

Ils sont majoritaires et tous membres républicains membres de la Chambre des représentants. Leur nombre reste inférieur aux deux tiers requis pour torpiller l'accord signé par les Etats-Unis.

Selon un élu cité par l’AFP, ils ont apporté leur soutien à un texte rejetant l'accord signé par les Etats-Unis et la communauté internationale.

Le Congrès américain votera à la rentrée parlementaire, avant le 17 septembre, sur une résolution de désapprobation de l'accord nucléaire signé par les Etats-Unis et les grandes puissances avec l'Iran. Une telle résolution, si elle était adoptée, empêcherait Barack Obama d'ordonner la suspension des sanctions américaines contre Téhéran, comme le prévoit l'accord en contrepartie des concessions iraniennes sur le nucléaire.

Les républicains sont majoritaires dans les deux chambres du Congrès, et une telle résolution semble assurée d'être adoptée dans un premier temps. Mais le président Barack Obama y opposerait son veto, et pour le surmonter, les élus devraient revoter, à la Chambre et au Sénat, à une majorité des deux tiers, un seuil beaucoup plus difficile à obtenir, la plupart des démocrates devant a priori rester fidèles au président américain.

Le représentant républicain Peter Roskam a annoncé lundi que 218 des 434 élus de la Chambre avaient officiellement signé la résolution qu'il a déposée en juillet. Tous sont républicains, mais tous les républicains n'ont pas exprimé leur soutien à ce jour.

"Le Congrès et les Américains pensent qu'un meilleur accord est toujours possible, et que nous pouvons commencer par abandonner celui-là", a déclaré Peter Roskam.

Côté démocrate, des élus clés, fervents alliés d'Israël, restent muets sur leurs intentions, comme le sénateur de New York Chuck Schumer, ou le représentant Eliot Engel, plus haut démocrate de la commission des Affaires étrangères.

Mais des figures comme Nancy Pelosi, chef du groupe de la Chambre, soutiennent sans ambiguïté l'accord.

La Chambre compte aujourd'hui 246 républicains et 188 démocrates. Un siège républicain est vacant, à la suite d'une démission d'un élu de l'Illinois qui sera replacé lors d'une élection partielle le 10 septembre, portant le nombre d'élus à nouveau à 435. Le seuil de deux tiers est de 290 sièges.

Au Sénat, le groupe républicain compte 54 élus, et le groupe démocrate 46, dont deux indépendants. Le seuil de deux tiers est de 67 voix.

Avec AFP

Toutes les actualités

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Affaire Breonna Taylor: aucun policier ne sera poursuivi pour homicide

Le procureur général du Kentucky, Daniel Cameron, s'exprime lors de la Convention nationale républicaine depuis l'auditorium Andrew W. Mellon à Washington, le mardi 25 août 2020. (AP Photo/Susan Walsh)

Un policier blanc impliqué dans la mort de l'Afro-américaine Breonna Taylor, tuée chez elle en mars lors d'une perquisition bâclée, a été inculpé, a annoncé mercredi Daniel Cameron, procureur général de l'État du Kentucky.

Brett Hankison, l'un des trois agents mis en cause, est poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui, une charge criminelle en-deçà de celle d'homicide. Il avait été licencié de la police en juin.

Selon Mr Cameron, qui est lui-même Afro-Américain, les deux autres policiers ne seront pas poursuivis.

M. Hankison devait être placé en détention et sa caution a été fixée à 15.000 dollars.

L'avocat de la famille de Breonna Taylor, Ben Crump, a dénoncé sur Twitter une décision "scandaleuse et insultante".

L'ancien policier "a été inculpé pour trois charges de mise en danger de la vie d'autrui. Ces trois charges sont pour des balles qui ont fini dans d'autres appartements mais RIEN pour ce qui est arrivé" à Breonna Taylor, a-t-il écrit.

L'infirmière de 26 ans avait été tuée en pleine nuit à son domicile le 13 mars quand les trois policiers s'y étaient présentés munis d'un mandat d'arrêt dit "no knock", qui leur permet d'entrer chez un suspect sans s'annoncer.

A leur arrivée, son compagnon avait ouvert le feu avec une arme détenue légalement. Les agents avaient riposté et Breonna Taylor avait reçu plusieurs balles. Son compagnon a ensuite expliqué que les agents ne s'étaient pas annoncés et qu'il avait cru avoir affaire à un cambrioleur. Eux assurent s'être présentés avant d'entrer.

Lors de la conférence de presse de mercredi, M. Cameron a dit qu'un témoin qui vivait dans l'immeuble avait confirmé avoir entendu les policiers s'annoncer. Onze autres témoins ont dit le contraire, selon une journaliste du New York Times.

Des manifestants ont commencé à marcher dans les rues de Louisville, où Mme Taylor avait été tuée.

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Coronavirus: les USA veulent "la vérité", selon Marissa Scott-Torres du Département d’Etat américain

Coronavirus: les USA veulent "la vérité", selon Marissa Scott-Torres du Département d’Etat américain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Donald Trump se dit déterminé à pourvoir rapidement le poste de Ruth Bader Ginsburg

Donald Trump se dit déterminé à pourvoir rapidement le poste de Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG