Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Une journaliste congolaise dénonce une photographie d'un touriste sur une chaise à porteurs

La photographie montre un touriste sur une chaise à porteurs, le 29 août 2019. (Twitter/Ley Uwera)

Sur Twitter, la journaliste et photographe congolaise Ley Uwera a dénoncé cette pratique du parc des Virunga, qui propose un service de porteurs pour l'ascension du volcan Nyiaragongo dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

"#RDC le parc des Virunga @gorillacd devrait avoir honte de proposer ce genre de service aux #touristes. On se croirait à une époque coloniale", a twitté la photojournaliste congolaise Ley Uwera.

"Effectivement, cette pratique symbolise la domination de l'homme blanc sur l'homme noir. C'est le symbole de l'esclavage, de la traite négrière et du colonialisme. On ne joue pas avec les sensibilités. Tout comme on ne doit pas banaliser certaines choses, rémunéré ou pas", a réagi un internaute congolais sur le réseau social.

"Il s'agit d'un service qui, à l'occasion, a été offert comme un soutien supplémentaire aux personnes ayant une déficience ou qui pourraient avoir du mal à marcher sur un terrain plus difficile au parc", a expliqué le service de communication des Virunga.

Origine de la photo

La photographie a été prise par le photoreporter britannico-canadien Finbarr O'Reilly qui l'a partagée sur Instagram dimanche. Elle montre un touriste porté sur une sorte de "tipoy" par quatre Congolais dans le parc des Virunga, près de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Selon le photographe joint par l'AFP sur Instagram, le touriste n'était pas handicapé "mais il n'était pas capable de monter seul". "Les jeunes gens travaillent comme porteurs au parc", a-t-il précisé. Au nombre de six au total, ils ont touché 100 dollars chacun, selon le photographe.

Toutes les actualités

Une centaine de morts dans les violences du Tanganyika depuis début 2020

Un pêcheur manœuvre pour amarrer son bateau sur le lac Tanganyika à Uvira le 22 mars 2015.

Une centaine de personnes sont mortes depuis le début de l'année dans les violences oubliées du Tanganyika dans le sud-est de la République démocratique du Congo, dont 18 ces derniers jours dans une zone minière, selon des sources locales et les Nations unies.

Ce mardi, le ministre de l'Intérieur de la province du Tanganyika a indiqué que 12 civils avaient été tués lors de l'attaque du groupe armé "Apa na pale" dans la région minière de Mugunga au centre de la province.

"Six assaillants ont été également tués" par les forces de sécurité, a détaillé à l'AFP le ministre provincial, Dieudonné Kamona, selon qui les violences ont eu lieu samedi et dimanche.


Les miliciens "Apa na Pale" "ont utilisé des Twa (Pygmées) lors de leurs attaques qui ciblaient essentiellement des sites d'exploitation artisanale de l'or", a-t-il ajouté.

Dans cette même province du Tanganyika, les affrontements entre les milices de la minorité pygmée (les Twa) et celles des Bantous majoritaires "ont déjà fait une centaine de morts parmi les civils depuis le début de l’année", écrit dans un rapport le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

La présence du groupe armé Apa Na Pale dans la région "a également contribué à l’insécurité, étant donné la présence limitée des forces de sécurité dans la province", ajoute M. Guterres dans ce rapport en date du 18 juin.

En avril, l'armée congolaise a lancé "une série d’opérations contre les milices Twa (Pygmées) qui ont permis de les déloger des zones les plus peuplées".

Le conflit porte sur "le contrôle des ressources, notamment les ressources foncières et l’exploitation minière artisanale", ajoute M. Guterres dans son rapport trimestriel sur la RDC.

En 2016-2017, des dizaines de milliers de civils avaient fui les violences entre Pygmées et Bantoues dans la région. Des organisations humanitaires ont avancé le chiffre de 500.000 à 650.000 déplacés.

Des tentatives de réconciliation avaient eu lieu entre Bantous et Pygmées, qui s'estiment méprisés par la communauté majoritaire.

Chocolat made in Congo: un rêve devenu réalité

Chocolat made in Congo: un rêve devenu réalité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Les nominations à la CENI font polémique

Les nominations à la CENI font polémique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:20 0:00

Martin Fayulu veut des élections anticipées en RDC

Martin Fayulu veut des élections anticipées en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:52 0:00

Un artiste congolais se fait la voix des habitants ordinaires de Kinshasa

Un artiste congolais se fait la voix des habitants ordinaires de Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG