Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un soldat condamné à la peine de mort pour le meurtre de civils au Nigeria


Un tribunal militaire à Abuja, Nigeria, 15 octobre 2014.

Quatre soldats nigérians ont été condamnés vendredi par la justice militaire à des peines allant de 20 ans de prison à la peine de mort pour avoir tué des civils dans le nord-est du pays où l'armée combat le groupe jihadiste Boko Haram.

Un soldat, identifié comme le caporal John Godwin, participant à l'opération Lafiya Dole de lutte contre Boko Haram, a été reconnu coupable du "meurtre" de cinq civils par une cour martiale siégeant à Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno (nord-est).

"Les civils venaient d'être secourus par les hommes du bataillon (auquel appartenait) ce soldat et étaient emmenés pour les besoins de l'enquête lorsque le soldat a abattu cinq d'entre eux", a expliqué dans un communiqué un porte-parole de l'armée, Kinsley Mfon Samuel, sans préciser à quand remontent les faits.

>> Lire aussi: Un milliard de dollars pour lutter contre Boko Haram au Nigeria

Trois autres soldats ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour homicide et possession illégale d'armes à feu et de munitions.

"Le sergent Innocent Ototo a été condamné à la réclusion à perpétuité pour homicide après avoir torturé et tué un garçon de 13 ans qui avait, selonlui, volé son téléphone", a déclaré le porte-parole, ajoutant que l'incident s'était produit dans le quartier Zamanbari à Maiduguri.

Les soldats Benjamin Osage et Sunday Onwe ont quant à eux été condamnés à 20 ans d'emprisonnement pour homicide et possession illégale d'armes à feu et de munitions, selon le communiqué, qui ne précise pas les circonstances de ces affaires.

En juin, un militaire avait déjà été condamné à mort pour avoir tué un homme soupçonné d'appartenir au groupe jihadiste, selon l'une des rares communications de l'armée concernant les violations des droits humains commises par ses hommes.

>> Lire aussi: Documents d'identité pour les déplacés de Boko Haram

Les groupes des droits de l'homme nigérians accusent régulièrement les militaires de violences contre les civils, notamment d'arrestations arbitraires, tortures et exécutions extra-judiciaires.

Des milliers de personnes ont été arrêtées et détenues parfois des années sans voir d'avocat ni de juge et sans inculpation formelle, pour leurs liens présumés avec les insurgés.

>> Lire aussi: Boko Haram: des procès de masse inédits dans le plus grand secret

La rébellion de Boko Haram, qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique en 2015, et sa répression par les militaires et policiers ont fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

La justice militaire et civile peut prononcer au Nigeria des peines capitales mais celles ci sont rarement mises à exécution. Trois condamnés à mort ont cependant été exécutés en décembre dernier.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG