Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Un portrait géant de Sékou Touré sur le "pont des pendus" fait polémique

Photo officielle non datée d'Ahmed Sekou Touré, président de la Guinée. Ahmed Sékou Touré (9 janvier 1922-26 mars 1984) fut le premier président de la Guinée (1958-1984).

Un portrait géant du premier président guinéen Ahmed Sékou Touré apparu fin décembre sur le pont dit "des pendus" dans le centre de Conakry, a ranimé les passions sur la figure de ce père de l'indépendance qui a dirigé la Guinée d'une main de fer pendant 26 ans.

Réalisée par l'artiste Chimère Ndiaw, la fresque colorée, réalisée à l'aérosol, montre le visage de Sékou Touré entouré d'autres leaders africains comme le Ghanéen Kwame Nkrumah ou de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara.

Elle a été dessinée sur le pont où quatre hauts responsables de l'Etat dirigé par Sékou Touré (1958-1984), accusé de comploter contre le régime, ont été exécutés au petit matin le 25 janvier 1971.

Situé dans le quartier administratif de Kaloum, dont la maire, Aminata Touré est la fille de l'ancien président, ce pont est devenu un lieu de mémoire pour les quelque 50.000 personnes torturées, fusillées, pendues ou qui "disparu" en détention pendant la présidence de Sékou Touré, selon des associations de victimes et des organisations de défense des droits de l'Homme.

"C'est une insulte à la société guinéenne, une honte nationale, mais aussi une bêtise humaine que de voir cette caricature du tyran Sékou sur ce pont", a déclaré à l'AFP Amadou Tounkara, dont le père a été tué dans le tristement célèbre camp Boiro, en banlieue de Conakry. "Cette effigie doit disparaître si l'Etat veut la paix dans ce pays", a-t-il ajouté, très en colère.

"Je n'emprunte plus cette trajectoire pour ne pas avoir de malaise en voyant cette gravure où mon frère a été pendu par celui qui m'a jeté en prison pendant huit ans pour rien", explique pour sa part un ancien prisonnier du camp Boiro.

Lors des célébrations du 60e anniversaire de l'indépendance du pays en octobre, l'actuel président, Alpha Condé, avait rendu un "hommage particulier" à son prédécesseur.

Il "a géré nos premières années d'existence étatique dans le difficile contexte de la décolonisation et de la Guerre froide", avait souligné M. Condé, en insistant sur la nécessité de la "réconciliation nationale".

"Nous devons être fiers de ces symboles-là, qui ont incarnés notre indépendance. Le président Ahmed Sékou Touré et tous ses compagnons", soutient Soninké Diané, membre d'un mouvement favorable à l'ex-président, avant de s'interroger: "Si mon père avait été pendu, est-ce que j'aurais les mêmes réactions?".

L'auteur de la fresque, qui affirme avoir reçu l'autorisation des autorités locales pour mettre en oeuvre un projet vieux de trois ans, dit regretter la polémique.

"Mon objectif était d'embellir la capitale guinéenne. Je suis un artiste peintre, pas un politicien, et je ne savais pas que mon œuvre allait susciter autant de réactions, surtout de rejets", a expliqué Chimère Ndiaw.

La Guinée, ex-colonie française d'Afrique de l'Ouest, a été dirigée jusqu'à l'arrivée au pouvoir en 2010 de l'ancien opposant Alpha Condé par des pouvoirs autoritaires, voire dictatoriaux.

Toutes les actualités

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Les autorités guinéennes allègent le couvre-feu à Conakry, les écoles vont rouvrir

Une route barrée à Cosa dans la banlieue de Conakry, Guinée, le 14octobre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé lundi soir un allègement du couvre-feu dans la capitale Conakry et la prochaine réouverture des lieux de culte et de certaines écoles, fermés pour contrer le Covid-19.

Le président guinéen a invoqué dans une allocution diffusée par la télévision nationale "des statistiques encourageantes" en ce qui concerne le taux de guérison des malades et la létalité de la maladie.

Il a cependant souligné les risques d'un relâchement et indiqué que, sous réserve d'approbation par le Parlement, l'état d'urgence décrété le 26 mars et permettant des mesures exceptionnelles serait prolongé de 30 jours à partir de ce lundi.

Les frontières restent fermées et le port du masque obligatoire dans l'espace public, parmi d'autres mesures en place, a-t-il dit.

Le couvre-feu en vigueur dans le Grand Conakry de 22H00 à 5H00 est raccourci, de 23H00 à 4H00. Il demeure entièrement levé dans le reste du pays.

Les classes primaires et secondaires devant passer un examen, ainsi que les universités, rouvriront le 29 juin, à condition de faire respecter la distanciation sociale, prendre systématiquement la température, instaurer un lavage systématique des mains et observer le port du masque.

Les mosquées et les églises rouvriront le 22 juin dans les préfectures qui n’ont pas enregistré de contamination pendant au moins 30 jours.

La Guinée, petit pays pauvre durement éprouvé par la fièvre Ebola par le passé, a déclaré 4.572 cas de contamination et 26 décès.

L'État guinéen signe un accord pour l'exploitation de la plus vaste mine de fer au monde

La brume enveloppe les montagnes de Simandou à Beyla, Guinée, 4 juin 2014. (Photo REUTERS/Saliou Samb)

La Guinée a signé mardi un accord avec un consortium pour le développement de sa gigantesque réserve de minerai de fer de Simandou.

L’accord marque une nouvelle étape vers la réalisation d'un projet qui devrait apporter une manne estimée à 15 milliards de dollars sur 25 ans.

Le projet comprend la construction d'une voie ferrée de 650 km de la région forestière montagneuse de Guinée jusqu'à la côte. Il est aussi question d'un port en eau profonde.

Simandou représente le plus grand projet d'exploitation minière industrielle de la Guinée depuis les indépendances.

"C'est une étape importante dans le développement du secteur minier guinéen", souligne le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba. Il ajoute que ce projet contribuera à diversifier la production minière du pays qui, jusqu'à présent, dépend fortement de l'aluminium et de l'or.

Le consortium comprend la Société minière de Boké (SMB) et la compagnie maritime Winning Shipping basée à Singapour, ainsi que des intérêts du gouvernement guinéen.

Il a remporté un appel d'offres de 14 milliards de dollars en novembre dernier pour développer les blocs de Simandou.

Selon Bloomberg, Simandou est le plus vaste gisement connu de ce type dans le monde, avec plus de 2 milliards de tonnes de minerai à haute teneur.

Depuis des années, le projet suscite des controverses en Guinée, pour des raisons diverses.

Voir plus

XS
SM
MD
LG