Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Un officier congolais accusé d'avoir soutenu des "massacres" de civils en RDC

Des soldats des FARDC à Matombo, Nord-Kivu, le 13 janvier 2018.

Un général congolais a soutenu des "massacres" de civils perpétrés par de présumés miliciens ADF qu'il était supposé combattre dans l'est de la République démocratique du Congo entre 2014 et 2015, selon les Nations unies.

"Le comité des sanctions des Nations unies a ajouté le nom de quatre personnes" sur sa liste, dont celui du général Muhindo Akili Mundos, selon la Mission des Nations unies en RD Congo (Monusco).

Le général Mundos était officiellement commandant des opérations militaires de l'armée congolaise contre les Forces démocratiques alliées (ADF en anglais) dans la région de Beni d'août 2014 à juin 2015.

>> Lire aussi : Les attaques des ADF s'intensifient dans l'est de la RDC

Au moins 400 civils ont été massacrés dans cette région dans des attaques attribuées aux ADF, réputés être des miliciens ougandais musulmans.

"Sous le commandement de Mundos, l'unité des FARDC (ndr: armée congolaise) n'est pas intervenue pour empêcher" les ADF de s'en prendre aux civils, selon le document des Nations unies dont l'AFP a eu copie.

"Mundos a recruté et équipé des ex-combattants de groupes armés locaux pour qu'ils participent à des exécutions extrajudiciaires et aux massacres perpétrés par les Forces alliées démocratiques", ajoutent les Nations unies.

"Alors qu'il était le commandant de l'opération Sukola I de l'armée congolaise, Mundos a également commandé une faction d'un sous-groupe des Forces démocratiques alliées, connue sous le nom de ADF-Mwalika, et lui a apporté un appui. Sous le commandement de Mundos, les ADF-Mwalika ont perpétré des attaques contre des civils avec l'appui supplémentaire de combattants des FARDC, elles aussi commandées par Mundos durant ces opérations", selon l'ONU.

>> Lire aussi : 66 condamnations à mort dans le procès des ADF depuis 2016 en RDC

En novembre, le général Mundos a été entendu comme témoin par la justice militaire congolaise lors d'un procès contre des ADF à Beni.

Trois chefs miliciens sont également inscrits sur la liste du comité de sanctions: Guidon Shimiray Mwissa, accusé de recruter "des enfants soldats" au sein de sa milice NDC-R, Gédéon Kyungu, "impliqué dans de graves atteintes aux droits de l'homme" au Katanga, et Lucien Nzambamwita (autre nom connu : Andre Kalume), chef militaire des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Pour l'ONU, les quatre hommes "représentent une menace pour la paix, la stabilité, et la sécurité de la RDC".

>> Lire aussi : Trois personnes dont un prêtre enlevées dans l'est de la RDC

Le général Mundos et Gédéon Kyungu Mutanga figuraient déjà sur la liste des neufs Congolais contre lesquels l'Union européenne avait annoncé des sanctions en 2017.

"Ces sanctions couvrent une gamme très large de mesures ciblées telles que les embargos sur les armes, les interdictions de voyager ou encore des mesures financières ou diplomatiques", note l'ONU sur son site.

Avec AFP

Toutes les actualités

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria

Une vingtaine de personnes tuées au Nigéria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans

Ramaphosa reconduit pour un mandat de cinq ans
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Crise au sein de l'UDPS avant les funérailles de Tshisekedi père

Les partisans de l'Union pour la démocratie et le progrès social - UDPS (République démocratique du Congo) se rassemblent devant le siège du parti alors qu'ils réclamaient la déclaration de leur dirigeant à Kinshasa le 21 décembre 2018

Une nouvelle crise agite l'UDPS, le parti d'origine du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, à huit jours des funérailles à Kinshasa de son père, le fondateur de l'UDPS Etienne Tshisekedi.

Le dernier conflit porte sur la direction de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), laissée vacante depuis le départ de Félix Tshisekedi, investi président de la République le 24 janvier.

Le président par intérim Jean-Marc Kabund a nommé un secrétaire général, Augustin Kabuya. Cette décision braque les partisans d'une direction collégiale sous forme d'un directoire.

Dans une déclaration à la presse mercredi, des députés de l'UDPS affirment que "la mise en place du directoire devrait intervenir avant le rapatriement" de la dépouille d'Etienne Tshisekedi.

Ce rapatriement a été annoncé pour jeudi 30 mai, et des funérailles sont prévues jusqu'au 1er juin. Etienne Tshisekedi est décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Son corps n'avait pas pu être rapatrié faute d'accord avec l'ancien régime Kabila.

"Toute opposition à la mise en place du directoire (...) sera considérée comme un acte de sabotage et de haute trahison vis-à-vis d'Etienne Tshisekedi", insistent les députés de l'UDPS.

Ancien ministre du dictateur Mobutu dans les années 1960, Etienne Tshisekedi est passé dans l'opposition et a fondé l'UDPS en 1982. Il a ensuite été trois fois Premier ministre lors de la transition multipartite des années 90, avant de s'opposer au régime des Kabila père et fils.

Début mars, les militants de l'UDPS avaient manifesté leur colère après la défaite de leur parti aux élections sénatoriales à suffrage indirect. Des "combattants" de l'UDPS ont accusé leurs "grands électeurs", les députés provinciaux, d'avoir trahi et cédé à la corruption.

En novembre dernier, la même "base" avait obligé Félix Tshisekedi à dénoncer dans la journée un accord qu'il avait passé la veille avec d'autres ténors de l'opposition pour la désignation d'un candidat unique à l'élection présidentielle.

Les combats s'intensifient en Libye

Les combats s'intensifient en Libye
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade

Au moins trente personnes tuées mardi dans une fusillade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG