Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un élu de l'opposition tué à coups de machette en Tanzanie


Godfrey Luena a été tué à coups de machette à son domicile de Namawala, Morogoro, Tanzanie, 23 fevrier 2018. (Facebook/I AM Kenya).

Godfrey Luena, membre du parti Chadema et élu à la tête de la municipalité de Namawala, dans la province de Morogoro, est le deuxième responsable de ce parti tué dans des circonstances similaires en l'espace de deux semaines.

Un élu local du principal parti d'opposition tanzanien a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi à coups de machette à son domicile dans le centre du pays, ont annoncé vendredi la police ainsi que sa formation qui évoque un "assassinat politique".

Selon le député John Mnyika, secrétaire adjoint du Chadema, M. Luena est sorti de son domicile jeudi soir pour s'enquérir d'une panne d'électricité qui n'avait touché aucune autre maison du voisinage que la sienne.

"Il a alors été attaqué par un groupe d'hommes armés de machettes", a soutenu M. Mnyika lors d'une conférence de presse vendredi dans la capitale économique Dar es Salaam.

Le meurtre de M. Luena a été confirmé par le commandant régional de la police, Ulrich Matei, qui a précisé ne pas connaître pour l'heure l'identité des auteurs et leurs motivations.

Le député Mnyika a pour sa part affirmé qu'"il s'agit d'un assassinat politique", évoquant des désaccords entre le maire de Namawala d'une part et l'administration provinciale et les responsables locaux du parti au pouvoir d'autre part, car il défendait des administrés selon lui illégalement expropriés de leurs terres.

"Nous sommes attaqués de toutes parts, par le gouvernement du président (John) Magufuli et les forces de l'ordre", a poursuivi M. Mnyika. "Nous sommes visés par des attentats politiques, le temps de l'autodéfense est venu", a-t-il ajouté, expliquant que le Chadema allait discuter des moyens d'assurer la défense de ses membres.

Le 13 février, Daniel John, responsable du Chadema pour la municipalité de Hananasif, dans la capitale économique Dar es Salaam, avait été retrouvé mort avec des traces de coups de machette sur la tête, alors que se déroulait dans la circonscription une âpre campagne pour le remplacement du député local, qui avait démissionné.

Le député Freeman Mbowe, président du Chadema, avait accusé les jeunes du parti au pouvoir, le Chama cha Mapinduzi (CCM) d'être responsables de cette attaque.

En septembre 2017, le député Tundu Lissu, également membre du Chadema et numéro deux de l'opposition au Parlement, avait été atteint de plusieurs balles à son domicile. M. Lissu, qui est également président de l'Ordre des avocats de son pays, est actuellement hospitalisé à Bruxelles, après des mois de soins intensifs au Kenya.

Le Chadema accuse le gouvernement d'être derrière cette tentative d'homicide.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG