Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Un drone bombarde une base de paramilitaires pro-Iran en Irak

Un drone de l'Iran

Un drone a bombardé une base de paramilitaires pro-Iran dans le centre de l'Irak, a indiqué vendredi le commandement militaire du pays, une attaque qui a tué un combattant irakien et blessé deux Iraniens, selon des responsables.

Ce bombardement, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au nord de la capitale Bagdad, intervient sur fond de craintes des autorités irakiennes que les tensions entre ses deux grands alliés, les Etats-Unis et l'Iran, ne dégénèrent sur son propre sol.

"La base Al-Chouhada du Hachd al-Chaabi dans la région d'Amerli a été bombardée à l'aube (...) par un drone non identifié", a affirmé le commandement militaire irakien dans un communiqué. "Deux personnes ont été blessées", a-t-il précisé.

Un responsable du Hachd al-Chaabi, ces unités paramilitaires dominées par les milices chiites, a fait état d'"un combattant du Hachd al-Chaabi tué et de deux autres blessés".

De son côté, un officier de police qui s'est rendu sur les lieux de l'explosion a confirmé un mort à l'AFP et assuré que les deux blessés étaient des "ingénieurs militaires iraniens" présents sur la base.

L'Iran assure n'avoir officiellement aucune présence militaire en Irak. Cependant, selon les experts, des instructeurs iraniens entraînent régulièrement des combattants irakiens. Certains étaient notamment présents aux côtés des paramilitaires dans la guerre contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Les Etats-Unis, eux, sont postés sur différentes bases en Irak, et entraînent, au sein de la coalition anti-EI, les troupes régulières irakiennes.

Toutes les actualités

Les cours du pétrole grimpent de 10% après les attaques en Arabie saoudite

Halo de fumée à la suite de l'attaque qui a visé les installations d'Aramco à Abqaiq, dans l'est de l'Arabie saoudite, le 14 septembre 2019.

Les cours du pétrole ont grimpé de 10%, lundi matin en Asie, deux jours après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite qui ont entraîné une réduction de moitié de sa production.

Vers 02H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en octobre, gagnait 5,38 dollars, soit 9,81% à 60,23 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne, pour novembre, prenait lui 6,65 dollars, soit 11,04% à 66,87 dollars.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Ryad, ont revendiqué ces attaques contre les installations du géant public Aramco. Elles ont provoqué une réduction brutale de production de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial.

Lundi, le Brent a brièvement gagné jusqu'à près de 20%, tandis que le WTI a gagné jusqu'à 15%.

Les Etats-Unis se sont déclarés dimanche "prêts à riposter" aux attaques de drones.

Le président américain Donald Trump a également annoncé dimanche avoir autorisé l'utilisation de réserves stratégiques américaines de pétrole si besoin, pour compenser la baisse de production de l'Arabie saoudite.

Samedi, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait affirmé qu'il n'y avait aucune preuve que cette "attaque sans précédent contre l'approvisionnement énergétique mondial" soit venue du Yémen, accusant l'Iran d'être à l'origine de l'attaque et assurant que les Etats-Unis allaient oeuvrer pour assurer l'approvisionnement des marchés.

Téhéran a jugé ces accusations "insensées" et "incompréhensibles", par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, qui a laissé entendre qu'elles avaient pour but de justifier "des actions futures" contre l'Iran.

"Les tensions au Proche-Orient montent rapidement, ce qui signifie que cette affaire va continuer à faire écho cette semaine, même après la peur panique de ce matin sur les marchés pétroliers", a commenté Jeffrey Halley, analystre chez Oanda.

Avec AFP

Les israéliens se rendent aux urnes le 17 septembre

Les israéliens se rendent aux urnes le 17 septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Donald Trump affirme que l'Iran "souhaite une rencontre"

Le président Donald Trump à Baltimore, le 12 septembre 2019.

Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi que l'Iran souhaitait une rencontre avec les Etats-Unis, alimentant encore les spéculations sur un possible tête-à-tête avec son homologue iranien Hassan Rohani en marge de l'assemblée générale de l'ONU.

"Je peux vous dire que l'Iran veut une rencontre", a déclaré M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, sans autres précisions.

Interrogé mercredi sur un éventuel allègement des sanctions visant l'Iran, condition sine qua non posée par Téhéran pour envisager une rencontre au sommet, le locataire de la Maison Blanche avait laissé planer le doute.

"Je pense que l'Iran a un énorme potentiel", avait-il martelé.

"Nous espérons pouvoir aboutir à un accord (...). Je pense qu'ils veulent aboutir, ils n'ont jamais été dans une telle position", avait-il ajouté, évoquant "les énormes difficultés financières" de la République islamique.

Près de 40 ans après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays dans la foulée de la Révolution islamique et de la prise d'otages à l'ambassade américaine à Téhéran, le milliardaire républicain semble véritablement tenté par l'idée d'organiser une rencontre au plus haut niveau.

Interrogé en début de semaine sur un éventuel tête-à-tête à New York, fin septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le locataire de la Maison Blanche a estimé que "tout était possible".

Ce faisant, il irait plus loin que son prédécesseur démocrate Barack Obama qui, en septembre 2013, avait franchi un cap longtemps inimaginable: une conversation téléphonique avec Hassan Rohani.

Elections en Israël : le vote des électeurs arabes dans la balance

Elections en Israël : le vote des électeurs arabes dans la balance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Israël: le plan d'annexion de Netanyahu "compromet" les perspectives de paix, estime l'UE

Israël: le plan d'annexion de Netanyahu "compromet" les perspectives de paix, estime l'UE
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG