Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Washington abat un drone iranien au-dessus du détroit d'Ormuz

Le navire de guerre américain USS Boxer .

Les Etats-Unis ont abattu jeudi un drone iranien qui s'était approché d'un navire américain dans le détroit d'Ormuz, dernier incident en date dans une région sous haute tension depuis plus de deux mois.

C'est le président américain Donald Trump lui-même qui a annoncé que les Etats-Unis avaient abattu cet appareil iranien qui s'était approché dangereusement d'un navire américain, après avoir ignoré de multiples appels à s'éloigner.

Selon lui, le drone iranien s'est approché à moins de 1.000 mètres du navire amphibie USS Boxer, qui a entrepris "une action défensive".

"Le drone a été détruit immédiatement", a-t-il dit.

Interrogé peu après lors de son arrivée au siège de l'ONU à New York, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a affirmé n'avoir "aucune information sur la perte d'un drone".

Le milliardaire américain a estimé que l'approche de ce drone était "la dernière des nombreuses actions provocatrices et hostiles de l'Iran contre des navires opérant dans les eaux internationales".

"Les Etats-Unis se réservent le droit de défendre leur personnel, leurs équipements et leurs intérêts et appellent toutes les nations à condamner les tentatives de l'Iran de perturber la liberté de navigation et le commerce international", a-t-il poursuivi. "J'appelle aussi les autres pays à protéger leurs navires qui franchissent le détroit et à coopérer avec nous à l'avenir".

Un porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman, a précisé que l'incident était survenu alors que l'USS Boxer s'apprêtait à pénétrer dans le détroit d'Ormuz.

L'Iran a abattu le 20 juin un drone américain qui se trouvait, selon Téhéran, dans son espace aérien.

Donald Trump a affirmé avoir annulé à la dernière minute des frappes de représailles contre l'Iran pour éviter un lourd bilan humain, tout en maintenant ses menaces contre Téhéran.

La région du Golfe et du détroit d'Ormuz, par où transite le tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète, se retrouve au coeur de vives tensions géopolitiques, sur fond de bras de fer entre l'Iran et les Etats-Unis.

Alors que Washington cherche à former une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le Golfe, le chef du commandement central américain Kenneth McKenzie s'est engagé jeudi à agir "énergiquement" pour assurer la sécurité du transport maritime dans le Golfe, lors d'une visite sur une base aérienne en Arabie saoudite, grande rivale de l'Iran dans la région.

- Accusations croisées -

Quelques heures avant ce nouvel incident, les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, ont annoncé avoir arraisonné le 14 juillet dans le détroit d'Ormuz "un tanker étranger" et son équipage soupçonnés de se livrer à de la "contrebande" de carburant.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei avait annoncé deux jours auparavant que son pays répondrait "au moment et à l'endroit opportuns" à l'interception le 4 juillet d'un pétrolier iranien par les autorités britanniques, au large de Gibraltar.

Les Etats-Unis ont renforcé leur présence militaire dans la région, accusant l'Iran d'être derrière des actes de sabotage ayant visé quatre navires autour du détroit d'Ormuz en mai et deux attaques d'origine inconnue ayant visé en juin deux pétroliers --un japonais et un norvégien-- au large des côtes iraniennes en mer d'Oman.

Téhéran rejette ces accusations.

Après être sorti de l'accord international sur le nucléaire conclu en 2015, Washington a rétabli des sanctions qui ont fait plonger l'Iran en récession et lui font perdre les acheteurs de son pétrole.

Depuis mai, l'Iran a commencé à s'affranchir de certains de ses engagements pour, dit-il, forcer ses partenaires à prendre des mesures garantissant ses intérêts et permettant de préserver l'accord. Berlin et Paris ont appelé séparément Téhéran à respecter pleinement ses engagements.

Signe que les Etats-Unis ne semblent pas près de relâcher la pression sur l'Iran, ils ont annoncé des sanctions contre quatre Irakiens, dont deux dirigeants de milices que le vice-président Mike Pence a accusé d'être liées à l'Iran.

Pourtant, les deux parties semblent ouvertes à d'éventuelles négociations. Selon le Guardian, le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif, qui se trouvait jeudi à New York pour des réunions à l'ONU, a proposé des inspections immédiates et plus complètes du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions par Washington.

M. Trump a suggéré pour sa part que la pression américaine sur l'Iran pourrait conduire à l'ouverture de négociations. "Tout ce que nous voulons, c'est un accord juste. L'accord qui avait été conclu était mauvais", a déclaré le président américain à la presse. "On peut faire quelque chose très vite, ou on peut prendre notre temps. Je ne suis pas pressé".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le retour aux sources des Noirs Américains au Ghana

Le retour aux sources des Noirs Américains au Ghana
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:49 0:00

Au cœur de Little Senegal à New York

Au cœur de Little Senegal à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Afrique : la nouvelle politique de Trump

Afrique : la nouvelle politique de Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Trump annonce un durcissement "substantiel" des sanctions contre l'Iran

Trump annonce un durcissement "substantiel" des sanctions contre l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Deux semaines de prison pour l'actrice Felicity Huffman

Felicity Huffman quittant le palais de justice fédéral avec son mari, William Macy, Boston, 13 septembre 2019.

L'actrice américaine a été condamnée à deux semaines de prison pour avoir payé 15.000 dollars afin de falsifier les tests d'entrée à l'université de sa fille aînée, dans le cadre d'un vaste scandale de corruption.

Felicity Huffman, devenue célèbre pour son rôle dans la série télévisée "Desperate Housewives", avait plaidé coupable en mai. Elle avait admis avoir versé ces 15.000 dollars au responsable d'une société spécialisée dans la préparation aux tests SAT d'entrée dans les universités américaines, pour que les résultats de sa fille aînée soient améliorés.

Venue au tribunal accompagnée de son mari William Macy, également acteur, elle devrait commencer à purger sa peine le 25 octobre. Sur la trentaine de parents inculpés dans cette affaire, elle est la première à connaître sa peine. L'audience au tribunal fédéral de Boston vendredi était considérée comme un test de la sévérité que montrerait la justice face à des accusés fortunés.

Le procureur fédéral avait demandé à la juge Indira Talwani une peine d'un mois de prison, faisant notamment valoir que de riches parents ne pouvaient pas impunément corrompre le système d'admissions. Les avocats de l'actrice avaient plaidé contre la prison, proposant un an de liberté conditionnelle, des travaux d'intérêt général et une amende de 20.000 dollars.

- "Acquitter votre dette"

La juge Indira Talwani a tranché pour une brève incarcération, assortie de 30.000 dollars d'amende et de 250 heures de travaux d'intérêt général. "Après cela, vous aurez acquitté votre dette (…) Sans cette sentence, les gens vous demanderaient à l'avenir comment vous vous en êtes tiré à si bon compte", a déclaré la juge.

"Il n'y a pas d'excuse ni de justification pour ce que j'ai fait", a assuré Felicity Huffman, dans une déclaration transmise par un porte-parole. "Je peux vous promettre que dans les mois et années à venir, je vais essayer de mener une vie plus honnête, donner un meilleur exemple à mes filles et ma famille", a ajouté l'actrice.

Dans une lettre envoyée au juge début septembre, Mme Huffman avait expliqué pourquoi elle avait payé pour falsifier les tests de sa fille, qui avait eu une scolarité difficile mais ne lui avait rien demandé. "J'ai enfreint la loi, trompé le monde éducatif, trahi ma fille et n'ai pas été à la hauteur de ma famille", écrivait-elle, ajoutant qu'elle éprouverait "honte et regrets" pour le reste de sa vie.

- un système bien rôdé

Cinquante personnes ont été poursuivies dans ce dossier de corruption, dont une trentaine de parents, pour certains patrons d'entreprises ou avocats.Ils sont accusés d'avoir payé des sommes allant jusqu'à 6,5 millions de dollars pour faciliter l'entrée de leurs enfants dans de prestigieuses universités, dont UCLA, l'Université de Californie du Sud (USC), Stanford, Yale ou Georgetown. Vingt-trois personnes ont déjà plaidé coupable.

Le scandale avait éclaté mi-mars. L'ex-patron d'une société spécialisée de préparation aux examens, William Singer, avait reconnu avoir mis sur pied un système bien rôdé, allant de la triche aux examens jusqu'à la corruption d'entraîneurs sportifs universitaires, pour garantir l'admission de ces enfants dans de grandes universités.

M. Singer, qui aurait reçu au total environ 25 millions de dollars, a collaboré avec les enquêteurs et enregistré ses conversations avec plusieurs parents. L'autre célébrité impliquée dans ce scandale est l'actrice Lori Loughlin, connue pour son rôle dans la série "La fête à la maison". Elle et son mari ont plaidé non coupable, et attendent leur procès.

Voir plus

XS
SM
MD
LG