Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

UE: L’élection de von der Leyen incertaine jusqu’au bout

L'Allemande Ursula von der Leyen, candidate désignée pour la présidence de la Commission européenne.

L’Allemande Ursula von der Leyen devrait être confirmée mardi à la présidence de la Commission européenne mais le vote à bulletin secret, l’éclatement des forces politiques et la rancoeur des eurodéputés vis-à-vis des gouvernements de l’UE rendent le pronostic incertain.

La ministre allemande de la Défense, une chrétienne-démocrate proche d’Angela Merkel, devra obtenir la majorité absolue des membres du Parlement, soit au moins 374 voix sur les 747 siégeant actuellement (sur un effectif théorique de 751).

Elle se sera auparavant adressée une dernière fois à eux, mardi matin, durant un débat en session plénière à Strasbourg. Le vote débutera à 18 heures. Les résultats devraient être connus entre 19h30 et 20h.

Peu préparée à un rôle pour lequel elle a été désignée in extremis par les Etats membres, la candidate n’a pas déclenché l’enthousiasme des groupes politiques qui l’ont auditionnée la semaine passée.

Ceux-ci ont par ailleurs peu apprécié que le Conseil européen rejette le système des “Spitzenkandidaten” par lequel il aurait dû, selon eux, nommer à la présidence de la Commission le candidat désigné à l’avance par la force politique arrivée en tête, à savoir le Parti populaire européen (conservateur).

Ursula von der Leyen devrait néanmoins obtenir “un large soutien” de son propre groupe, le PPE, a indiqué à Reuters une source interne, ce en dépit du fait que son président, l’Allemand Manfred Weber, ait été écarté d’un poste qu’il briguait lui-même au nom de ce principe.

Renaissance Europe, l’ex-groupe libéral-démocrate dont les députés macronistes constituent aujourd’hui la première force, devrait également entériner un choix qui résulte d’un compromis franco-allemand.

“BEAUCOUP D’AMERTUME”

Leur président, Dacian Ciolos, a toutefois conditionné l’appui de ses troupes à plusieurs engagements de la candidate sur “un mécanisme de suivi et de défense de l’Etat de droit”, une “conférence sur l’avenir de l’Europe” et un poste de commissaire important pour sa propre candidate, la Danoise Margrethe Vestager.

Plus encore qu’en 2014, la nomination d’une présidente conservatrice ne pourra toutefois être acquise sans les voix des sociaux-démocrates, dans un contexte d’affaiblissement des partis de centre droit et de centre gauche au profit des extrêmes, principalement eurosceptiques et de droite.

“Il y a beaucoup d’amertume dans le groupe. Les plus virulents sont les Allemands du SPD”, a indiqué à Reuters une source interne au groupe.

Les sociaux-démocrates-allemands ont du mal à accepter l’éviction d’un des leurs, le Néerlandais Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne sortante, qui briguait également la présidence de la Commission.

Confrontés à une chute de leurs scores en Allemagne depuis qu’ils participent au gouvernement chrétien-démocrate d’Angela Merkel, ils ont également du mal à entériner le choix de celle-ci, même si elle s’était abstenue au Conseil européen pour le pas les froisser.

Lundi après-midi, Ursula von der Leyen était déjà à Strasbourg, où elle rencontrait les groupes politiques, et elle a lancé une opération de séduction en direction des socialistes.

Dans des lettres envoyées aux dirigeants des groupes socialiste et libéral, elle défend le principe d’un salaire minimum et d’allocations-chômage pour tous les travailleurs de l’Union et se prononce pour plus de souplesse dans l’interprétation des règles budgétaires de l’UE afin de favoriser la croissance, ce qui marque une évolution par rapport à la politique traditionnelle de l’Allemagne..

Les Verts et la gauche radicale ont annoncé de leur côté qu’ils voteraient contre la candidate du Conseil, bien qu’elle se soit déclarée favorable à une réduction pouvant aller jusqu’à 55% des émissions de carbone de l’UE d’ici 2030, alors qu’elle ne proposait jusqu’alors que 40%.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Turquie : un hélicoptère militaire s'écrase, 11 morts dont un général

Des soldats turcs chargent un avion-cargo militaire avec un don d'équipement de protection individuelle offert par la Turquie pour aider les États-Unis à combattre le coronavirus, à l'aéroport Etimesgut près d'Ankara, en Turquie, le mardi 28 avril 2020.

Onze militaires turcs, dont un officier de haut rang, sont morts jeudi quand l'hélicoptère qui les transportait s'est écrasé dans le sud-est de la Turquie, a annoncé le ministère de la Défense, évoquant un "accident".


"Neuf soldats héroïques sont tombés en martyrs et quatre ont été blessés dans cet accident", a déclaré le ministère dans un communiqué, précisant que celui-ci s'était produit dans la région de Bitlis.

Le ministère de la Défense a ensuite indiqué que deux autres militaires avaient succombé à leurs blessures.

Selon un député du parti au pouvoir AKP, Tolga Agar, le général Osman Erbas, qui commande la huitième armée, figure parmi les morts.

Selon le ministère de la Défense, l'appareil, un Cougar fabriqué par Airbus, a décollé de la ville de Bingöl pour se rendre à Tatvan peu avant 11H00 GMT, puis a disparu des radars une demi-heure plus tard.

Les autorités sont parvenues à localiser le lieu du drame après avoir déployé des drones, un avion de reconnaissance et un autre hélicoptère.

Les raisons de l'accident n'ont pas été précisées dans l'immédiat, mais d'après des images diffusées par les chaînes de télévision turques, la région où celui-ci s'est produit était baignée dans un épais brouillard.

"Notre douleur est grande", a réagi Ibrahim Kalin, le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

L'ambassade des Etats-Unis à Ankara a fait part sur Twitter de ses "sincères condoléances". "Nos pensées vont aux familles des victimes. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés", a-t-elle ajouté.

"Nous partageons la profonde tristesse de la Turquie", a déclaré l'ambassadeur de l'Union européenne en Turquie Nikolaus Meyer-Landrut dans un communiqué.

Selon une source diplomatique turque, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a présenté ses condoléances au ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, et l'a assuré de "la solidarité" de l'Alliance avec la Turquie.

Les ministres turcs de la Défense et de l'Intérieur devaient se rendre sur les lieux de l'accident dans la soirée, selon les médias turcs.

L'armée turque mène régulièrement des opérations dans le sud-est de la Turquie contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qualifié de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

En 2017, un hélicoptère militaire, également de type Cougar, s'était écrasé dans la province de Sirnak, frontalière de la Syrie et de l'Irak, faisant 13 morts.

La liberté est en déclin pour 75% de la population mondiale

La liberté est en déclin pour 75% de la population mondiale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

L'avenir de la présence militaire française au Sahel en débat à l'Assemblée française

Un véhicule blindé français passe par le mont Hombori lors du début de l'opération française Barkhane dans la région du Gourma au Mali, le 27 mars 2019.

Les ministres français des Affaires étrangères et des Armées ont défendu jeudi à l'Assemblée nationale la poursuite des efforts militaires français au Sahel, devant des députés soucieux d'en comprendre l'avenir et la stratégie après huit ans de présence ininterrompue.

"Il nous semble aujourd'hui légitime, utile et nécessaire de débattre de la stratégie de la France au Sahel" après huit années d'engagement militaire dont "nous pouvons être fiers", mais à l'important "coût humain" (50 morts au combat) et "financier" (un milliard d'euros par an), a souligné en préambule le député de la majorité présidentielle Thomas Gassilloud (Agir ensemble).

"Si les résultats obtenus sont réels" depuis le sursaut militaire décidé début 2020 au sommet de Pau (sur-ouest), "la situation sécuritaire au niveau régional demeure préoccupante", a-t-il souligné. En matière de gouvernance et de développement, "le bilan reste trop léger". Et sur le plan militaire, "les renforts européens sont précieux mais fragiles", a-t-il constaté, plaidant pour une implication accrue des Etats sahéliens.

"L'opération Barkhane (5.100 militaires français, ndlr) n'est pas éternelle, mais aujourd'hui il n'est pas question de partir parce que nos partenaires nous demandent de continuer à les aider", a réagi la ministre des Armées Florence Parly, selon qui "la sécurité des Français et des Européens en dépend".

Mi-février, le président Emmanuel Macron avait annoncé que Paris ne comptait pas réduire "dans l'immédiat" les effectifs de Barkhane, appelant d'abord à "décapiter" les groupes jihadistes, notamment ceux affiliés à Al-Qaïda, qui continuent d'agir dans la région.

La France lutte "contre les groupes terroristes qui cherchaient hier à y établir un califat islamiste et qui, battus en brèche, poursuivent aujourd'hui une stratégie meurtrière de chaos et de déstabilisation", a fait valoir pour sa part le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, insistant sur la nécessité d'un "sursaut civil" et "de développement", déjà en cours selon lui.

Ali Boumendjel: Macron acte le mea culpa de la France

Ali Boumendjel: Macron acte le mea culpa de la France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

Plaidoyer visuel de l'UNICEF pour la réouverture des salles de classe

Plaidoyer visuel de l'UNICEF pour la réouverture des salles de classe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG