Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi promet de "déboulonner le système dictatorial de Kabila"

Le président Félix Tshisekedi de la RDC lors d'une conférence au Conseil sur les relations étrangères, Washington, le 4 avril 2019. (VOA/Eddy Isango)

Le président Félix Tshisekedi a déclaré, jeudi à Washington, qu’il attendait l’appui américain pour se défaire du système dictatorial de son prédécesseur, Joseph Kabila.

"Je le dis sans peur. Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était en place," a affirmé le nouveau président congolais lors d’une conférence au Council on Foreign Relations, un atelier de réflexion sur la politique étrangère, à Washington D.C.

Elu avec 38,5%, le nouveau président congolais dirigera en fait, avec en face de lui, une majorité parlementaire (nationale et au niveau local) constituée de près 90% des membres de la coalition politique de son prédécesseur, M. Kabila.

Pompeo accueille le président congolais Felix Tshisekedi au Département d'Etat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:18 0:00

La même majorité contrôle, avec la même proportion, le nouveau Sénat et devrait aussi avoir la main mise sur l’administration des provinces car les gouverneurs et les vice-gouverneurs sont élus au niveau des assemblées locales déjà dominées par le même groupe.

M. Tshisekedi, qui effectue depuis le 2 avril sa première visite officielle aux Etats-Unis, a sollicité l’appui de Washington pour arriver à bon port dans cette entreprise.

"Ma présence ici interpelle les Etats-Unis à nous accompagner dans cette belle aventure et le plus longtemps possible. Sans cet appui, nous aurons des difficultés à nous en sortir," a martelé M. Tshisekedi.

Il a accusé le régime précèdent d’avoir "retardé le pays avec la corruption, la gabegie et l’impunité"… "devenues endémiques au pays", a-t-il déploré.

Le président congolais a cependant prévenu qu’il n’entendait pas opérer des changements brutaux pour éviter des troubles dans le pays.

Menace islamiste

La menace islamiste constitue, l’autre objet de la demande de l’appui de M. Tshisekedi à Washington.

L'analyse de Jason Stearns sur la visite de Tshisekedi à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:47 0:00

M. Tshisekedi a expliqué avoir compris une fois au pouvoir que la partie est de son pays est sous une menace permanente des groupes armés islamistes.

Pour lui, après la défaite de Daesh (groupe Etat islamique) et d’Al-Qaida au Moyen orient, et d’autres groupes du genre dans d’autres parties du continent africain, les islamistes tentent de s’installer en RDC et d’exploiter illégalement les richesses minières congolaises pour financer leurs activités.

Le nouveau Chef de l’Etat de la RDC a, à l'occasion, annoncé qu’il inscrira son pays dans l’Organisation de la lutte contre le terrorisme.

Sanctions contre la Céni

"C’est une erreur de stratégie," a dit M. Tshisekedi pour qualifier les sanctions de l’administration américaine contre les dirigeants de la Commission électoral nationale indépendante (Céni).

Valéry-Giscard Kusema sur la visite de Tshisekedi à Washington ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Pour lui, la Céni a accompli un travail appréciable quoi qu’imparfait.

Le Trésor américain a gelé les avoirs du président de la Ceni, Corneille Nangaa, son vice-président Norbert Basengezy, et son Conseiller Marcellin Basengezy (fils du vice-président) pour des faits de corruptions et détournements. Ces personnalités sont interdites de toute transaction avec les Américains, et de mettre pieds sur le sol américain; avec eux, le président la Cour constitutionnelle.

"Je ne dis pas que ces sanctions sont inutiles, mais je me demande à quoi elles servent," a indiqué M. Tshisekedi en insistant être contre l’impunité.

Pour lui, l’équipe dirigeante de la Céni est à la fin de son mandat et partira dès juin prochain.

Toutes les actualités

Procès Kamerhe: l'analyse de Me Willy Wenga, avocat près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe

Procès Kamerhe: l'analyse de Me Willy Wenga, avocat près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Jean-Marc Kabund destitué du poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale

Jean-Marc Kabund destitué du poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le camp kabiliste destitue le 1er vice-président de l'Assemblée nationale congolaise, proche de Tshisekedi

Jean-Marc Kabund, président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président Felix Tshisekedi. (Source: courtesy image/social media)

Jean Marc Kabund, 38 ans, a été démis de ses fonctions. Il est le président intérimaire du parti du président Felix Tshisekedi.

La majorité au parlement de la République démocratique du Congo a destitué lundi le premier vice-président de la chambre basse du parlement.

Jean Marc Kabund, 38 ans, est le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président Felix Tshisekedi.

Il a été démis de ses fonctions par une assemblée nationale qui est toujours dominée par les fidèles de l'ancien président Joseph Kabila.

Le vote a été le point culminant d'une journée extraordinairement controversée qui a vu les parlementaires en venir aux mains pour tenter d’empêcher l’examen de la pétition introduite à ce sujet. Une session débâcle qui a été partagée à profusion sur les réseaux sociaux.

En tout, 289 députés ont voté en faveur de la destitution de M. Kabund sur les 315 qui ont pris part à la séance; 17 ont voté contre et 9 se sont abstenus.

A l’origine de la destitution, une pétition signée par 62 députés dont l’initiateur, le député Jean-Jacques Mamba du parti de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, le Mouvement de Libération du Congo (MLC). Officieusement, la majorité reproche au député d’avoir dénoncé comme trop coûteuse une réunion prévue du parlement en congrès car il craignait une tentative de destitution du chef de l’État.

Samedi, la Cour de cassation avait mis Jean-Jacques Mamba en résidence surveillée parce qu’un autre député l’a accusé d’avoir truqué sa signature.

L’arrestation, l’interrogatoire puis la détention du député a mis en colère ses collègues qui dénoncent une violation de son immunité parlementaire et de la Constitution. La majorité s'est d’ailleurs prononcée à l’audience de destitution pour la libération immédiate de leur collègue et l’arrêt des poursuites contre lui. Il demeure en résidence surveillée.

Lundi soir le député Kabund a écrit sur son compte Twitter qu’il n’était pas surpris de sa destitution. « Ce passage en force du FCC est la preuve que le complot était ourdi et va au-delà de ma destitution. En vrai Tshisekediste, je quitte ce poste la tête haute et sans compromission », lit-on.

Des députés congolais en viennent aux mains à l'Assemblée nationale

À gauche, Felix Tshisekedi, et au centre Jean-Marc Kabund, lors d'une conférence de presse au siege de l'UDPS, Limete, Kinshasa, en RDC le 28 octobre 2016. (VOA/Top Congo)

Des députés en sont venus aux mains lundi en pleine séance dans l'enceinte de l'Assemblée nationale à Kinshasa en République démocratique du Congo après plusieurs jours de tensions marqués par l'arrestation d'un parlementaire samedi.

"Nous suspendons la séance", a lancé du haut de son perchoir la présidente de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, devant qui une bonne vingtaine de députés s'empoignaient violemment.

Mme Mabunda a mis en cause les députés de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président de la République Félix Tshisekedi.

"Je crois qu'on nous avait annoncé que le groupe UDPS ferait des incidents", a-t-elle déclaré lors de cette séance retransmise sur l'une des chaînes de la télévision d'Etat RTNC.

Les députés du parti présidentiel -minoritaire à l'Assemblée- se sont physiquement opposés à l'examen de la pétition demandant la "déchéance" d'un des leurs, Jean-Marc Kabund, vice-président de l'Assemblée nationale, d'après des observateurs présents sur place.

Cette pétition a été lancée par un autre député, Jean-Jacques Mamba, du parti d'opposition de l'ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba.

M. Mamba avait été arrêté samedi parce qu'il était accusé de faux et usage de faux par un député assurant qu'il avait contrefait sa signature au bas de la pétition.

Il s'agit d'une crise au sein de la coalition au pouvoir qui réunit les forces politiques du chef de l'Etat Félix Tshisekedi, et celles de son prédécesseur Joseph Kabila, largement majoritaires à l'Assemblée.

Avant cette séance agitée, le président Tshisekedi avait reçu la présidente de l'Assemblée nationale Jeanine Mabunda, issue du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila.

Reprise du procès de Vital Kamerhe, principal allié du président congolais

Vital Kemehe au premier jour de son procès dans la prison de Makala (CPRK), Kinshasa, RDC, 11 mai 2020. VOA/Capture d'écran

Vital Kamerhe, principal allié du président de la République démocratique du Congo, et son coprévenu sont passés à l'offensive en clamant leur innocence lundi à la reprise de leur procès pour détournement de fonds présumé devant un tribunal à Kinshasa.

A la barre, M. Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, a demandé sa remise en liberté provisoire. "Je veux qu'on puisse m'aider à comprendre pourquoi je suis à Makala", a-t-il ajouté, en citant le nom de la prison centrale de Kinshasa, où il est en détention depuis le 8 avril.

M. Kamerhe a déclaré vouloir "laver" son honneur et celui de ses enfants, face au tribunal qui l'accuse du détournement de quelque 50 millions de dollars de fonds publics alloués à la construction de 4.500 logements sociaux.

Sur le fond, M. Kamerhe a affirmé que le contrat entre l'Etat et la société Samibo avait été signé en avril 2018, avant sa nomination en janvier 2019, dossier à l'appui et prenant à témoin la caméra qui filme le procès pour la chaîne d'Etat RTNC.

"Je suis innocent", a clamé son coaccusé, l'entrepreneur libanais Jammal Samih, 78 ans, patron de Samibo.

"Je suis depuis 52 ans dans ce pays", a lancé M. Samih, affirmant avoir été "consul honoraire" du Liban à l'époque du Zaïre (l'ancien nom de la RDC jusqu'en 1997).

Comme il y a deux semaines, l'audience devant le tribunal de grande instance a eu lieu dans l'enceinte même de la prison centrale de Makala. Les deux prévenus portent la chemise jaune et bleue des détenus de Makala.

Fermée aux autres médias, l'audience est retransmise en direct par la RTNC.

Ancien président de l'Assemblée nationale, passé à l'opposition, M. Kamerhe a été le principal allié de Félix Tshisekedi lors de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 qui a conduit à la première transition pacifique du pouvoir.

Il n'a pas démissionné, ni n'a été démis de ses fonctions depuis son interpellation. La présidence a annoncé la désignation d'un intérimaire à son poste de directeur de cabinet.

Ses deux précédentes demande de remise en liberté provisoire ont été rejetées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG