Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi interpellé sur la "gestion calamiteuse" de la Gécamines

Une vue des installations de Tenke Fungurume Mining dans la province du Lualaba, l'ex-Katanga (sud-est), RDC, 29 janvier 2013.

Les salariés de l'entreprise publique minière Gécamines ont dénoncé lundi auprès du président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, la "gestion calamiteuse" de l'ex-fleuron de l'industrie nationale par un proche de son prédécesseur, Joseph Kabila.

La Générale des carrières et des mines (Gécamines), qui exploite le cuivre et le cobalt du Katanga (sud-est), est dirigée depuis 2010 par l'homme d'affaires Albert Yuma, également président du syndicat patronal Fédération des entreprises du Congo (FEC).

Dans leur mémorandum au nouveau chef de l'État, les agents de la Gécamines accusent M. Yuma de dilapider l'argent de l'entreprise dans la rémunération des membres du conseil d'administration.

"Les dirigeants actuels ne savent pas quoi faire pour redresser la production", ajoutent-ils. Ils affirment que la production de cobalt propres à la Gécamines est tombée de 102,2 à 61,2 tonnes entre 2017 et 2018.

La RDC est le premier producteur mondial de cobalt (80.000 tonnes en 2017), un minerai stratégique utilisé dans les batteries électriques. La RDC a cédé ses gisements à des entreprises privées à capitaux étrangers.

"Les dirigeants sont nommés sans tenir compte de leurs compétences, car le seul critère de compétence est l'appartenance à un parti politique", dénoncent par ailleurs les agents de la Gécamines.

Comme à peu près tous les salariés des entreprises publiques, ils exposent également des revendications sociales ("licenciement massif"...).

"Tout notre espoir repose sur l'esprit de changement que vous incarnez", concluent les agents de la Gécamines.

Toutes les actualités

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

Des Chinois arrêtés et relâchés sur fond de contrôle d'un péage routier (avocat)

Un ingénieur congolais sur son ordinateur, le 25 février 2015 à Kinshasa.

Des Chinois travaillant pour un géant du BTP sont inquiétés depuis plusieurs jours dans le centre de la République démocratique du Congo avec pour véritable enjeu, d'après leur avocat, le contrôle d'un péage sur une route qu'ils réhabilitent au Kasaï.

Sept ressortissants chinois travaillant pour le conglomérat public China Railway Engineering Corporation (CREC) ont été relâchés après avoir été arrêtés la semaine dernière, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat.

Ils avaient été accusés de séjour irrégulier par les autorités de la province du Kasaï central.

Après leur transfert à Kinshasa, la Direction générale des migrations (DGM) a estimé que "leur séjour est régulier et ils ont été immédiatement relaxés", a déclaré à l'AFP Mathieu Lukusa Lufukona, avocat de la société CREC.

La société, l'une des 20 plus importantes en Chine, assure la construction de routes à travers la RDC. Au Kasaï, le géant chinois de la construction réhabilite une route qui va de Kananga vers l'Angola. La CREC gère un péage à Matamba, à 20 km de Kananga.

Me Lukusa a accusé le gouverneur du Kasaï central "Martin Kabuya de (vouloir) faire venir sa propre société pour remplacer CREC pour la construction de la route de Kalamba-Mbuji et mettre la main sur les recettes du péage".

M. Kabuya n'a pu être joint par l'AFP.

Un responsable du service de migration du Kasaï central a indiqué à l'AFP que trois autres "Chinois, en situation irrégulière", ont été arrêtés à Kananga. Ils travaillent également pour la CREC.

Ils "se cachaient dans une maison, nous les avons dénichés et ils sont gardés au cachot des services des renseignements de la police", a-t-il affirmé sous couvert d'anonymat.

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG