Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le cobalt classé "minerai stratégique" en RDC

Les ouvriers artisanaux trient les minerais, sur la route entre Kolwezi et Lubumbashi, le 15 février 2018.

La République démocratique du Congo a classé le cobalt, dont elle est le premier producteur mondial, au rang des "substances minérales stratégiques", selon un décret publié lundi.

Par ailleurs l'entreprise publique Gécamines a annoncé lundi un premier accord de "partage de production minière" avec une entreprise chinoise, pour un "meilleur partage des revenus et des retombées" de l'exploitation minière en RDC.

"Le cobalt, le germanium et la colombo-tantalite sont déclarés substances minérales stratégiques en République démocratique du Congo", lit-on dans un décret du Premier ministre en date du 24 novembre, et diffusé lundi.

Le cobalt est nécessaire notamment à la production des batteries pour les voitures électriques.

Dans son nouveau code minier, adopté en début d'année, la RDC prévoit de surtaxer les minerais stratégiques.

Ce nouveau code minier prévoit aussi la fin de la stabilité des contrats sur dix ans.

Son adoption avait provoqué la colère de sept grandes entreprises étrangères qui avaient claqué la porte de la Fédération des entreprises congolaises (FEC).

La FEC est le syndicat patronal présidé par un proche du chef de l'Etat Joseph Kabila, Albert Yuma, par ailleurs patron de l'entreprise publique Générale des carrières et des mines (Gécamines).

M. Yuma affirme qu'il veut réviser les contrats entre la Gécamines et ses partenaires étrangers, qu'il accuse de piller les richesses de la RDC.

Lundi, la Gécamines a annoncé un premier accord qui "s’inscrit pleinement dans la stratégie de redéfinition de ses partenariats".

L'accord a été passé avec une société de Hongkong, Excellen Mining Investment Co. Ltd, une filiale de la société cotée chinoise Shanghai Putailai New Energy Tech Co Ltd (Putailai).

Cette convention prévoit un partage de production sur deux gisements en RDC "dont les réserves pourraient dépasser 1.000.000 de tonnes de cuivre et 100.000 tonnes de cobalt", assure la Gécamines.

Toutes les actualités

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Destitution du maire de la ville de Beni, dans l'est congolais

Des militants du mouvement de la société civile, Lutte pour le changement (Lucha),à la procession funéraire d'un activiste congolais pro-démocratie tué à Goma, le 14 juin 2018.

Le maire de la ville-martyre de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo a été démis de ses fonctions après avoir accusé le gouverneur et les élus d'entretenir l'insécurité dans cette ville, a-t-on appris dimanche de source administrative.

Après le décès le 21 mai à Beni d'un activiste du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) dans la dispersion d'une manifestation contre des massacres des civils par des membres du groupe Forces démocratiques alliées (ADF), des jeunes avaient appelé à la démission du maire.

"Ceux qui tuent à Beni sont les politiciens", a dit le maire Bwanakawa Nyonyi, accusant "les députés nationaux et les députés provinciaux, malheureusement en complicité avec le gouvernement provincial" du Nord-Kivu (est) d'avoir instrumentalisé ces jeunes, dans une interview à une radio locale.

L'objectif poursuivi par ces responsables provinciaux, selon lui, est que la ville de Beni "puisse paraître comme ingouvernable", afin de justifier son remplacement par une personnalité choisie par le gouvernement provincial.

En réaction le gouverneur a décidé de le suspendre "par mesure d'ordre" public, peut-on lire dans l'arrêté consulté par l'AFP.

Le gouverneur reproche au maire suspendu d'avoir "brillé par des actes subversifs allant jusqu'à jeter l'opprobre sur l’exécutif", ainsi que d'avoir manqué au devoir "de réserve sur le plan communicationnel".

Le territoire et la ville de Beni sont le théâtre de massacres effectués par des membres du groupe armé violent ADF qui ont tué au moins 427 civils dans la province du Nord-Kivu depuis novembre, en représailles aux opérations militaires menées contre leurs fiefs.

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

La justice congolaise enquête sur la mort soudaine d'un juge qui présidait un procès de corruption

Les avocats quittent la prison de Makala à Kinshasa à la fin du procès en appel des assassins présumés de l'activiste Floribert Chebeya, le 27 novembre 2012, devant un tribunal militaire. (Photo Junior D. Kannah / AFP)

La mort soudaine et inattendue d'un juge qui présidait un procès très médiatisé sur la corruption en République démocratique du Congo a provoqué une onde de choc.

Mercredi le parquet du tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe a initié une information judiciaire après le décès du magistrat Raphaël Yanyi Ovungu, qui présidait le procès de Vital Kamerhe, l'ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, poursuivi pour détournement de fonds.

Le parquet a aussi ordonné une autopsie du corps du juge, qui a été déclaré mort dans la nuit de mardi à mercredi dans un centre médical de Kinshasa après s'être plaint d'un malaise.

Le parquet demande au médecin légiste d'établir une autopsie afin d'établir la cause du décès du juge.

"Nous requérons monsieur le médecin légiste ...(d’) examiner le corps du feu Raphaël Yanyi Ovungu," indique une note de réquisition du parquet que VOA Afrique a parcourue.

Le juge Raphael Yanyi était un magistrat "intègre", selon l'avocat de Vital Kamerhe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

M. Kamerhe comparaît avec deux autres prévenus pour détournement des fonds destinés aux travaux de construction dans le cadre de 100 premiers jours du nouveau chef de l’Etat. Il maintient son innocence.

L’audience, qui doit reprendre le 3 juin, est à l’étape de l’audition des témoins.

Dans sa réquisition du médecin légiste, le parquet dit avoir ouvert une information judiciaire.

Me John Kaboto, avocat de M. Kamerhe interviewé par VOA Afrique, a déclaré que son client et sa défense regrettaient le décès brutal d’un magistrat "intègre et attentif" qui accordait aux prévenus la latitude de se défendre.

"Ce décès va nous retarder en ce sens qu’il faut que les magistrats s’organisent pour la recomposition du tribunal et il leur faudra du temps pour compulser tous les documents et s’imprégner de l’affaire," a affirmé Me Kaboto.

Le juge Raphael Yanyi était un magistrat "intègre", selon l'avocat de Vital Kamerhe

Le juge Raphael Yanyi était un magistrat "intègre", selon l'avocat de Vital Kamerhe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG