Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump impose des taxes à l'importation sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%)

Le president americain Donald Trump à Washington, le 8 mars 2018.

Donald Trump va imposer des taxes à l'importation sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%), dont seront cependant exemptés "pour l'instant" le Canada et le Mexique, a indiqué jeudi un responsable américain peu avant la signature des documents controversés par le président des Etats-Unis.

Après plusieurs jours d'intenses spéculations, le président américain a signé, depuis la Maison Blanche, les documents controversés qui marquent un net virage protectionniste, 13 mois après son arrivée au pouvoir.

Cette décision intervient le jour même où onze pays des deux rives du Pacifique ont ressuscité, au Chili, l'accord de libre-échange transpacifique (TPP), donné pour mort il y a un an après le retrait des Etats-Unis.

Ces taxes, de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, entreront en vigueur dans 15 jours.

Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier des Etats-Unis, en sera cependant exempté "pour le moment", de même que le Mexique. Le sort qui sera réservé à ces deux pays frontaliers des Etats-Unis sur le moyen terme dépendra en particulier de l'issue des négociations en cours sur l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Selon un responsable de l'exécutif américain, tous les pays concernés pourront entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption.

Trump dénonce des pratiques commerciales qui sont "une agression"

Le président américain Donald Trump a dénoncé jeudi des pratiques commerciales qui sont "une agression contre notre pays" après avoir imposé des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis.

"L'industrie américaine de l'acier et de l'aluminium a été dévastée par des pratiques commerciales étrangères agressives", a déploré M. Trump depuis la Maison Blanche. "C'est une véritable agression contre notre pays."

L'annonce de la mise en place de droits de douane a suscité une véritable fronde au sein même du camp républicain où nombre d'élus ne partagent pas l'avis du magnat de l'immobilier selon lequel les guerres commerciale sont "bonnes et faciles à gagner".

Son principal conseiller économique, Gary Cohn, a démissionné mardi en raison de son opposition à de telles mesures.

Le locataire de la Maison Blanche s'est appuyé sur une procédure rarement invoquée de la législation commerciale américaine: l'article 232 qui s'appuie sur des arguments liés à la défense nationale pour limiter l'importation de produits et de biens aux Etats-Unis.

Cet article 232 a notamment été utilisé dans les années 1970 lors de la crise pétrolière et plus récemment en 2001 également dans le cas de l'acier.

"Nous allons être très équitables, nous allons être très flexibles", avait promis le président américain quelques heures avant la signature, promettant de trouver un terrain d'entente avec les "vrais amis" des Etats-Unis.

Evoquant à la fois les questions commerciales et de défense, il avait pointé du doigt l'Allemagne. "Nous avons des amis et aussi des ennemis qui ont énormément profité de nous depuis des années sur le commerce et la défense (...) Si on regarde l'Otan, l'Allemagne paie 1% et nous payons 4,2% d'un PIB beaucoup plus important. Ce n'est pas juste".

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Joe Biden, désormais dans la course à la présidence des Etats-Unis

Joe Biden, désormais dans la course à la présidence des Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Le chef du Pentagone disculpé de toute faute dans ses liens avec Boeing

Le ministre de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, au centre, accompagné du Chef d'état- major, le général Joseph Dunford, à gauche, et du secrétaire en charg de l'armée de l'Air (Air Force), Heather Wilson, devant le Comité des services armés du Sénat.

Le ministre américain de la Défense par intérim Patrick Shanahan a été disculpé jeudi de toute violation des règles d'éthiques du Pentagone à l'issue d'une enquête interne sur ses liens avec son ancien employeur Boeing, chez qui il a passé 30 ans.

M. Shanahan "a pleinement respecté ses engagements et ses obligations éthiques en ce qui concerne Boeing et ses concurrents", a indiqué dans un communiqué l'Inspecteur général du ministère de la Défense, un organisme indépendant chargé des enquêtes internes sur cette administration tentaculaire.

Cette annonce ouvre la voie à une éventuelle nomination par le président Donald Trump de M. Shanahan au poste de ministre de la Défense, qui devra être confirmée par le Sénat.

Dans une plainte déposée en mars, l'organisation Citoyens pour la responsabilité et l'éthique à Washington (CREW) avait demandé à l'Inspecteur général d'ouvrir une enquête à la suite d'informations rapportées par le site d'informations Politico sur des propos que M. Shanahan aurait tenus en privé en faveur de Boeing et au détriment de son concurrent Lockheed Martin.

"Par sa conduite et ses commentaires, le ministre par intérim pourrait avoir violé les règles d'éthique du Pentagone", indiquait le groupe.

A son arrivée en juin 2017 en tant que numéro deux du ministre de la Défense Jim Mattis, M. Shanahan avait signé un accord avec le Pentagone par lequel il s'engageait à ne participer à aucune discussion concernant Boeing.

Outre M. Shanahan lui-même, l'inspecteur général a précisé avoir entendu 33 témoins, consulté 5.600 pages de documents publics et 1.700 pages de documents classés secret-défense.

"Nous n'avons confirmé aucune des allégations", précise le rapport. "Nous avons déterminé que M. Shanahan n'a pas fait les commentaires qui lui étaient attribués, n'a pas fait la promotion de Boeing, et n'a pas dénigré ses concurrents".

"Le bureau de l'inspecteur général a pris ces accusations au sérieux", a souligné l'inspecteur général Glenn Fine. "Les témoignages démontrent que M. Shanahan a pleinement respecté ses obligations et ses engagements éthiques à l'égard de Boeing et ses concurrents."

M. Shanahan a été propulsé à la tête du Pentagone lorsque M. Mattis a démissionné avec fracas en décembre pour protester contre le retrait de Syrie décidé unilatéralement par le président Donald Trump.

M. Trump n'a toujours pas nommé de candidat pour succéder à Jim Mattis.

Le Monde Aujourd’hui à Khartoum, à Kinshasa, à Washington

Le Monde Aujourd’hui à Khartoum, à Kinshasa, à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:30:00 0:00

L'ancien vice-président démocrate Joe Biden à la conquête de la Maison Blanche

L'ancien vice-président démocrate Joe Biden à la conquête de la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Le rapport Mueller en images

Le rapport Mueller en images
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG