Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le président américain écarte la perspective d'une interdiction des fusils d'assaut

Le président Donald Trump s'adresse aux journalistes à Washington avant de partir sur les lieux de deux fusillades, à Dayton (Ohio) et à El Paso (Texas), le 7 août 2019.

Le locataire de la Maison Blanche se dit toutefois en faveur d'un projet de législation pour interdire les personnes souffrant de troubles mentaux de s'acheter des armes.

Donald Trump a affirmé mercredi qu'il n'y avait pas assez de soutien politique pour interdire la vente de fusils d'assaut utilisés lors de trois fusillades qui ont endeuillé les Etats-Unis en moins de quinze jours.

Le président américain a en revanche affirmé qu'il soutenait l'adoption d'une loi qui empêcherait les personnes souffrant de troubles mentaux de pouvoir acquérir des armes.

"Il est important de vérifier les antécédents. Je ne veux pas mettre des armes dans les mains de gens instables mentalement, ou de gens enragés, ou haineux, de gens malades. Je suis complètement pour une telle législation", a-t-il déclaré aux journalistes à Washington, avant de partir sur les lieux de deux fusillades qui ont fait 31 morts ce week-end.

Deux jeunes tireurs ont, à moins de 13 heures d'intervalle, fait 22 morts à El Paso, dans le Texas, puis neuf à Dayton, dans l'Ohio. Avant ces tueries, un autre homme avait tué trois personnes à Gilroy, en Californie, le 28 juillet.

Tous trois étaient armés de fusils d'assaut facilement accessibles aux Etats-Unis.

Interrogé sur sa volonté d'interdire ces armes, Donald Trump a écarté cette perspective.

"Je peux vous dire qu'il n'y a pas d'appétit politique pour le faire pour l'instant", a-t-il répondu.

"Je ne peux faire que ce que je peux. Je pense qu'il y a un grand appétit pour faire quelque chose pour s'assurer que les gens instables mentalement et gravement malades ne possèdent pas d'armes à feu. Et je n'ai jamais vu un appétit aussi fort qu'en ce moment", a souligné Donald Trump.

Des fusils d'assaut ont été employés dans les fusillades les plus meurtrières de la dernière décennie.

Après chaque tuerie, le soutien pour leur interdiction - comme ce fut le cas de 1994 à 2004 - monte mais les sondages fluctuent.

En mai, 63% des personnes interrogées étaient favorables à l'interdiction de leur vente, selon un sondage Quinnipiac.

Après le massacre de 58 personnes perpétré par un homme armé d'une vingtaine de fusils d'assaut à Las Vegas le 1er octobre 2017, lors d'un concert country, un sondage Gallup avait montré une Amérique divisée à part égale pour ou contre l'interdiction complète de leur fabrication, vente ou possession.

Mais dans un même sondage mené en octobre 2018, seuls 40% soutenaient une telle interdiction.

Toutes les actualités

Des troupes américaines entrent en Irak depuis la Syrie

Des troupes américaines entrent en Irak depuis la Syrie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

L'enquête antitrust des Etats américains contre Facebook prend de l'ampleur

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, le 19 septembre 2019 à Capitol Hill, Washington, DC, USA.

Ils n'étaient même pas 10 ; ils sont désormais 45 Etats américains à enquêter sur la gestion des données personnelles et les pratiques commerciales de Facebook, déjà sous le coup de plusieurs investigations des autorités aux Etats-Unis.

"Après des entretiens avec des procureurs des deux bords politiques dans tous le pays, j'annonce aujourd'hui que nous avons largement étendu la liste d'Etats, districts et territoires qui enquêtent sur de potentielles infractions au droit de la concurrence par Facebook", a déclaré mardi Letitia James, procureure générale de l'Etat de New York.

La coalition qui a lancé cette vaste enquête début septembre compte désormais 47 procureurs généraux, "tous inquiets que Facebook ait pu mettre en danger les données des consommateurs, ait réduit la qualité des choix s'offrant à eux, et augmenté le prix de la publicité", a-t-elle ajouté.

"Facebook a joué un rôle majeur dans le façonnement de l'économie numérique mondiale (...)", argumente Dana Nessel, procureure général du Michigan. "Aujourd'hui nos données personnelles constituent la principale matière première de cette économie, (...) et il est de mon devoir de m'assurer que les résidents du Michigan ne continuent pas à voir leurs données personnelles pillées par un acteur monopolistique en quête de contrôle des plateformes sociales et des marchés publicitaires".

Le géant américain des réseaux sociaux a vu les fronts judiciaires se multiplier aux Etats-Unis cet été, comme d'autres entreprises de la Silicon Valley (Google et Apple notamment).

Début juin, la commission judiciaire de la Chambre des représentants a annoncé l'ouverture d'une enquête, soutenue par des élus des deux partis, sur "la concurrence sur le marché numérique".

Au niveau fédéral, une vaste enquête sur d'éventuelles pratiques anti-concurrentielles des grands groupes technologiques a été lancée fin juillet par le ministère de la Justice.

A la même période, Facebook écopait d'une amende record de 5 milliards de dollars, infligée par la FTC, l'autorité américaine de régulation des communications, pour ne pas avoir su protéger les données personnelles de ses utilisateurs.

La firme de Menlo Park est aussi très présente dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2020. La sénatrice américaine Elizabeth Warren, candidate à l'investiture démocrate, prône un démantèlement des géants technologiques.

Mais pour Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, diviser son entreprise ne résoudrait pas les problèmes évoqués. "Si elle est élue présidente, je parie que nous aurons un combat judiciaire, et je parie que nous le gagnerons", a-t-il dit à ses employés lors d'une session de questions-réponses interne, diffusée ensuite sur son réseau.

L'action du groupe perdait 3% à Wall Street.

Le projet de Facebook Libra est essentiel à la "prédominance du système financier américain" selon Zuckerberg

Illustration dela monnaie virtuelle de Facebook "Libra" - 21 juin 2019.

Le projet de monnaie numérique de Facebook, Libra, permettrait de "perpétuer la prédominance du système financier américain" dans le monde, a argumenté Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, dans un discours qu'il doit prononcer mercredi devant une commission parlementaire américaine.

Dans ses remarques préliminaires publiées mardi, il décrit la Libra comme une innovation financière majeure, nécessaire notamment pour prémunir le pays contre la montée en puissance de la Chine dans le secteur des cryptomonnaies.

Prévue pour être lancée en 2020, la Libra fait face à une levée de boucliers de la part de nombreux gouvernements dans le monde, qui y voient une menace pour la souveraineté économique des Etats.

"Pendant que nous débattons, le reste du monde n'attend pas. La Chine se prépare activement à lancer des idées similaires dans les mois qui viennent", considère Mark Zuckerberg.

"La Libra sera essentiellement adossée aux dollars, et je pense qu'elle va perpétuer la prédominance du système financier américain ainsi que nos valeurs démocratiques dans le monde. Si l'Amérique n'innove pas, notre prédominance financière n'est pas garantie", insiste-t-il.

Le jeune milliardaire a reconnu que les bévues de Facebook sur le respect de la vie privée et la protection des données personnelles peuvent donner l'impression que le réseau social "n'est pas le messager idéal en ce moment".

Mais il a rappelé l'objectif affiché du projet - soutenir les personnes exclues du système bancaire actuel, notamment les migrants -et la structure de la gouvernance prévue, à savoir un conseil indépendant composé d'entreprises et d'organisations à but non lucratif.

"Les gens payent un prix trop élevé, et doivent attendre beaucoup trop longtemps, pour envoyer de l'argent à leur famille à l'étranger", détaille-t-il.

"Le projet Libra doit permettre une meilleure inclusion financière, à bas prix (...). La recherche montre que l'accès aux services financiers peut aider à sortir les gens de la pauvreté. Nous pensons que ce problème peut être résolu, et nous voulons faire partie de la solution", continue-t-il.

Le ministre des Finances américain Steven Mnuchin a réitéré mardi son opposition pour l'heure à ce projet, estimant que de nombreux sujets d'inquiétude n'étaient pas réglés, comme "la question du blanchiment d'argent".

Retrait des forces américaines situées dans le nord-est de la Syrie

Retrait des forces américaines situées dans le nord-est de la Syrie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Donald Trump compare l’enquête parlementaire à un "lynchage"

Donald Trump compare l’enquête parlementaire à un "lynchage"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG