Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Au moins 19 morts dans une attaque de Boko Haram au Niger


Des soldats dans le camp militaire de Bosso, Niger, près des combats contre Boko Haram, le 17 juin 2016.

Boko Haram a lancé une attaque mercredi à Toumour, non loin de Bosso, située dans la région de Diffa.

L'attaque a fait au moins 19 morts dont 18 militaires dans les rangs des forces de défense et de sécurité ainsi qu'un bénévole civil du CSI de Toumour. On deplore aussi 6 militaires et 3 civils blesses. ​

Elle a visé le poste militaire de Toumour aux environs de 17h, le mercredi, selon des sources militaires jointes par VOA Afrique.

Ce vendredi, le gouvernement du Niger parle d'au moins 7 morts et 17 blessés.

Cette attaque intervient après plusieurs mois d'accalmie dans la région de Diffa théâtre depuis février 2015 de nombreuses attaques de Boko Haram.

Les assaillants ont pu surprendre les soldats en arrivant avec des véhicules militaires nigériens volés lors de précédentes opérations. Ce mode opératoire a déjà été utilisés à plusieurs reprises par le groupe islamiste dans la zone.

"Une dizaine de véhicules militaires", ont été emportés par les assaillants qui ont "ensuite fui vers le Nigeria", voisin, a expliqué la première source , sans donner plus de détails de l'attaque.

Le journal en ligne Aïr-Info a évoqué "sept soldats nigériens tués" et "25 autres blessés". Les assaillants ont réussi à "tromper la vigilance" des soldats nigériens en plaçant "à la tête" de leur convoi "un véhicule aux couleurs de l'armée du Nigeria", selon ce journal. Ils sont ainsi parvenus à traverser plusieurs villages jusqu'à à Toumour, de même source.

Toumour avait déjà été attaquée par des insurgés islamistes nigérians. Le 3 juin 2016, une attaque massive de Boko Haram avait fait 26 tués chez les militaires ainsi qu'un nombre inconnu de victimes civiles dans la ville de Bosso, à une vingtaine de kilomètres de Toummour.

Entre 2015 et 2017, l'ONU a répertorié 582 victimes civiles dans 244 attaques attribuées à Boko Haram dans la région de Diffa. Quelque 141 civils ont été "blessés, tués et enlevés" en 2017, contre 227 en 2016 et 214 en 2015, précise l'ONU sans plus de précisions. L'agence ne fournit pas de bilan des militaires nigériens qui paient un lourd tribut avec des dizaines de morts.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG