Liens d'accessibilité

Report de deux semaines du procès des militaires impliqués dans un putsch présumé en 2015

  • VOA Afrique

La foule est réunie devant la cour de Justice pour le procès de trafic de bébés, à Niamey, Niger, le 13 mars 2017. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

Une dizaine de militaires accusés d'être impliqués dans le coup d'Etat présumé de décembre 2015 au Niger seront jugés le 23 janvier par un tribunal militaire.

La première session du tribunal militaire pour l'année 2018 s'est ouverte lundi dans un camp de la gendarmerie à Niamey. Au cours de cette session trente-deux dossiers, dont celui des militaires présumés putschistes seront jugés. Ceux-ci étaient présents lors de la cérémonie d'ouverture de la session.

Le 17 décembre 2015, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, qui briguait un second mandat, avait affirmé qu'une tentative de coup d'Etat avait été déjouée, justifiant l'arrestation de douze militaires, de trois douaniers et d'une dizaine de civils.

>> Lire aussi : Le justice nigérienne rejette la demande de mise en liberté provisoire des auteurs présumés du putsch manqué de 2015

Parmi les militaires concernés par le procès figure le général Souleymane Salou, ancien chef d'état-major, le colonel Idi Abdou Dan Haoua, commandant de la base aérienne de Niamey, et le commandant Naré Maidoka, chef du 1er bataillon d'artillerie de Tillabéri, une ville située à une centaine de kilomètres à l'ouest du pays et proche de la frontière avec le Mali.

Issoufou Oumarou, le commandant d'une force spéciale de lutte antiterroriste logée à la présidence, et le capitaine Amadou Chékaraou, autre responsable d'une unité d'élite antiterroriste basée au nord de la capitale, avaient aussi été écroués.

Fin mars 2017, une dizaine de civils, dont des opposants, avaient été libérés après avoir bénéficié d'un "non-lieu partiel" du juge en charge du dossier, selon leur avocat.

Selon les autorités nigériennes, les putschistes présumés étaient "suivis depuis près d'un mois" et le coup de force a été "conjuré grâce à la loyauté" de certains militaires "qui rendaient régulièrement compte de la progression du projet".

"Nous avons suffisamment de preuves", notamment des "échanges de SMS et de correspondances entre eux", avait soutenu le ministre de l'Intérieur de l'époque Hassoumi Massoudou.

L'opposition, et notamment le candidat à la présidentielle Amadou Boubacar Cissé, avait émis "les plus grandes réserves" sur l'ensemble de l'affaire et avait réclamé "du président Issoufou des preuves" du coup d'Etat déjoué.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG