Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Teodorin Obiang condamné à 3 ans de prison avec sursis dans l'affaire des "biens mal acquis"

Teodorin Obiang lors d'une cérémonie, Malabo, le 24 janvier 2013

Le vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, a été condamné vendredi à Paris à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende avec sursis pour s'être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable, premier jugement français dans l'affaire des "biens mal acquis".

La 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Teodorin Obiang à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende avec sursis, une peine inférieure à celle requise par le parquet national financier qui avait demandé trois ans de prison ferme et une amende ferme de 30 millions d'euros.

Le tribunal a également ordonné la confiscation de l'ensemble des biens saisis, dont un somptueux hôtel particulier avenue Foch à Paris, comme requis par le parquet.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Teodorin Obiang, qui ne s'était pas présenté lors de son procès, a été reconnu coupable de blanchiment d'abus de biens sociaux, blanchiment de détournement de fonds publics, blanchiment d'abus de confiance et blanchiment de corruption.

Emmanuel Marsigny, avocat de Teodorin Obiang, s'exprime devant les journalistes, Paris, le 2 janvier 2017
Emmanuel Marsigny, avocat de Teodorin Obiang, s'exprime devant les journalistes, Paris, le 2 janvier 2017

La défense de Teodorin Obiang a dénoncé vendredi une "décision militante" après la condamnation du vice-président de Guinée équatoriale.

"Nous allons examiner tous les recours possibles", a indiqué Me Emmanuel Marsigny après cette décision très attendue dans le premier procès des "biens mal acquis" à Paris.

Le tribunal a rappelé qu'il était compétent pour juger Teodorin Obiang car il se prononçait uniquement sur "l'infraction de blanchiment commise en France" par le dignitaire pour son usage "personnel", et non "des faits commis en Guinée équatoriale" par Teodorin Obiang "dans l'exercice de ses fonctions".

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Le vice-président, âgé de 48 ans, n'a eu de cesse, comme le pouvoir équato-guinéen, de contester la tenue de ce procès en France et la légitimité de la justice française.

Le procès du fils du président Teodoro Obiang Nguema, ancien ministre de l'Agriculture et des forêts promu vice-président par son père, s'était déroulé du 19 juin au 6 juillet.

L'enquête, ouverte après des plaintes des associations Sherpa et Transparency International, avait mis au jour le patrimoine considérable de Teodorin Obiang. Objets d'art, voitures de luxe et de sport, et cet hôtel particulier de l'avenue Foch: 101 pièces, hammam et discothèque, marbre et robinets recouverts d'or...

A Paris, Teodorin Obiang, célibataire au look savamment étudié, dépense des mallettes entières de liquide chez les couturiers de l'avenue Montaigne. Un train de vie très éloigné du quotidien de son pays du golfe de Guinée, dont plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

Au terme de l'instruction, les juges avaient estimé que son patrimoine ne pouvait avoir été financé par ses seuls revenus officiels mais était issu "des détournements de fonds publics", de la corruption.

La défense de Teodorin Obiang avait dénoncé une "ingérence dans les affaires d'un État souverain" et estimait que la justice française s'arrogeait dans ce dossier "une compétence universelle".

Malabo ferraillait en outre autour de l'hôtel particulier de l'avenue Foch en le présentant comme des locaux diplomatiques, inviolables.

La confiscation décidée vendredi devra cependant attendre l'issue d'une procédure en cours devant la Cour internationale de justice. Saisie par Malabo, qui conteste les poursuites françaises contre Teodorin Obiang, la CIJ a rendu en décembre dernier une ordonnance selon laquelle la France doit assurer, jusqu'à l'issue de cette procédure à la Haye (Pays-Bas), l'inviolabilité de l'immeuble.

Teodorin Obiang est le premier dignitaire à être jugé dans le cadre des procédures dites de "biens mal acquis" lancées en 2010 en France.

La justice française, qui cherche à savoir si les fortunes des familles de plusieurs dirigeants africains ont pu être bâties en France grâce à des fonds publics détournés de leurs pays, enquête également sur les patrimoines bâtis par les proches de Denis Sassou Nguesso (Congo), du défunt Omar Bongo (Gabon) ou encore du président centrafricain déchu François Bozizé.

La justice suisse s'intéresse également de près à Teodorin Obiang. Onze véhicules de luxe lui appartenant ont été saisis à Genève en novembre.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Un groupe armé attaque un village dans l'ouest

La mairie d’Alindao, à 400 km au sud-est de Bangui, Centrafrique, 29 novembre 2018. (VOA/ Felix Yepassis-Zembrou)

Des éléments du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont attaqué lundi le village de Lokoti, dans l'ouest du pays, où ils ont incendié des véhicules et pris en otage onze personnes, a appris mercredi l'AFP de la gendarmerie locale.

"Ils sont entrés dans le village, ont incendié deux camions ainsi qu'une moto", a indiqué à l'AFP une source à la gendarmerie de Bouar, ville située à environ 70 km de Lokoti.

Onze personnes ont été prises en otage par les éléments du FDPC, les autres villageois ont réussi à prendre la fuite, a précisé cette source.

"Les casques bleus sont dans une phase d'action et de recherche dans la zone", a indiqué mercredi à la presse le porte-parole de la MINUSCA (mission des Nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique) Vladimir Monteiro.

Début avril, une opération militaire avait été lancée par la Minusca dans la zone contre ce groupe implanté localement, mais sans influence nationale.

L'ONU reprochait au groupe armé d'avoir érigé des barricades sur la route nationale 1, la seule permettant d'approvisionner Bangui depuis le Cameroun, et volé une dizaine de pick-up.

Le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, avait alors "appelé à la raison" le FPDC. " (Nous) n'avons pas signé un accord de paix pour revenir à la guerre", avait-il déclaré.

Après la signature d'un accord de paix début février entre Bangui et 14 groupes armés, dont le FDPC, ce dernier avait érigé des barricades en signe de mécontentement vis-à-vis des autorités qui, selon lui, n'avaient "pas respecté" l'accord dans la formation du gouvernement.

Un nouveau round de négociations avait eu lieu mi-mars en Ethiopie, et un nouveau gouvernement avait été nommé le 22 mars.

Si le leader du groupe, Abdoulaye Miskine, avait décliné le poste ministériel qui lui était destiné, l'un de ses proches avait été nommé "conseiller spécial" à la Primature et l'autre préfet de la Nana-Mambéré, région de l'ouest.

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

Ghassan Salamé espère une avancée dans ses contacts avec les belligérants lybiens

Le nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, à gauche, lors d’une conférence de presse aux côtés du Premier ministre du gouvernement libyen de l’accord national (GNA) Fayej Seraj, et ministre des affaires étrangères Taher Siala à Tripoli, L

L'envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, a dit mercredi à Rome espérer que les contacts qu'il a pu avoir avec les belligérants sur le terrain "portent leurs fruits" avant le ramadan.

"J'espère que les contacts que nous avons rétablis avec les deux belligérants puissent porter leurs fruits avant le début du ramadan", a déclaré M. Salamé lors d'un point de presse à l'issue d'une rencontre avec le ministre italien des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi.

Le ramadan, période de jeûne pour les musulmans, débute cette année le 5 mai au soir.

M. Salamé n'a pas caché les difficultés qu'il reste à résoudre avant que le processus de stabilisation de ce pays en proie au chaos depuis 2011 puisse reprendre avec quelque chance de réussite.

Tout était prêt pour la conférence nationale, prévue mi-avril et censée préparer le terrain à des élections en Libye, avant que le maréchal Khalifa Haftar ne lance son offensive contre la capitale Tripoli, a affirmé l'envoyé de l'Onu.

Elle est aujourd'hui en suspens, mais pas annulée, a-t-il ajouté, précisant toutefois qu'il fallait aussi "un fort soutien de la part de la communauté internationale". Or, a-t-il déploré, celle-ci est divisée, notamment au niveau du Conseil de sécurité de l'Onu, qui n'est pas parvenu à se mettre d'accord sur un projet de résolution sur la Libye.

Sur le terrain, les combats s'enlisaient près de trois semaines après le début de l'offensive de Khalifa Haftar contre Tripoli, siège du gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Au Soudan, les militaires veulent négocier avec les leaders de la contestation

Au Soudan, les militaires veulent négocier avec les leaders de la contestation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Un blogueur reste en "détention" dans l'attente du jugement de la Cour suprême

Une manifestation à Nouakchott, Mauritanie, 12 septembre 2012.

Le blogueur Mohamed Cheikh Ould Mkhaïtir, considéré par des ONG comme "symbole de la répression" en Mauritanie, reste en "détention" dans l'attente d'une décision de la Cour suprême, a déclaré mercredi le ministre de la Justice.

Le blogueur de 35 ans, condamné à mort en 2014 pour "apostasie", puis à deux ans de prison en appel en 2017, est considéré le "symbole de la répression en Mauritanie" par des organisations de défense des droits humains.

Mohamed Cheikh Ould Mkhaïtir est en "détention provisoire" et "seule la Cour suprême pourra statuer sur son sort", a déclaré le ministre mauritanien de la Justice Dia Moctar Malal devant l'Assemblée nationale, sans donner de date pour ce jugement.

Ayant passé quatre années en détention provisoire entre son arrestation et le jugement en appel, M. Ould Mkhaïtir aurait dû être remis en liberté après la réduction de peine, le pourvoi en cassation déposé par le parquet n'étant pas suspensif. Mais il a été placé en "détention administrative" dans un lieu inconnu, selon les autorités.

"Ni l'exécutif, ni le législatif ne peuvent imposer une décision le concernant", a encore déclaré le ministre, alors que cette affaire a déchaîné les passions en Mauritanie.

Le jeune homme avait été reconnu coupable d'apostasie (le fait de renier sa religion) pour un article sur internet taxé de blasphème envers le prophète de l'islam, Mahomet. Mais il avait ensuite exprimé son repentir.

En 2017, l'annonce de la réduction de sa peine en appel avait provoqué des manifestations de protestation et le gouvernement mauritanien avait, en avril 2018, adopté un projet de loi durcissant la législation contre les auteurs d'apostasie et de blasphème, rendant la peine de mort obligatoire contre eux même en cas de repentir.

Soudan : la contestation promet une marche d'un million de manifestants

Omar el-Béchir, président du Soudan, écoute Hosni Mubarak lors d'une réunion au Caire, le 22 février 2009.

Le mouvement de contestation au Soudan a encore accru la pression mercredi sur les dirigeants militaires en brandissant la menace d'une "grève générale" et appelé à une "marche d'un million" de personnes jeudi pour réclamer un transfert rapide du pouvoir à une administration civile.

Le Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis le renversement par l'armée du président Omar el-Béchir le 11 avril sous la pression de la rue, a annoncé peu après avoir invité les leaders de la contestation à une réunion.

"Le Conseil militaire convie les chefs de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC) à une réunion ce soir au palais présidentiel", a indiqué cet organe dans un communiqué, en référence à la coalition qui regroupe les principales formations de la contestation.

Plus tôt lors d'une conférence de presse, un haut responsable de l'opposition, Omar el-Digeir, a déclaré que les leaders du mouvement de contestation étaient prêts à parler directement avec le chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane.

- "Prêts à discuter" -

"Nous sommes prêts à discuter avec le chef du Conseil militaire et je pense que le problème peut être résolu par le dialogue", a déclaré Omar el-Digeir à la presse.

Les responsables du mouvement de contestation avaient annoncé dimanche la suspension des discussions avec le Conseil militaire, le considérant comme un "prolongement du régime" de M. Béchir.

Depuis le 6 avril, des manifestants sont rassemblés jour et nuit devant le quartier général de l'armée à Khartoum. Après avoir demandé dans un premier temps le départ du président, ils réclament désormais le transfert du pouvoir à une autorité civile.

Mercredi, des centaines de personnes venues de la ville de Madani (centre) ont rejoint les manifestants dans la capitale en scandant "Nous sommes venus de Madani et nous réclamons le pouvoir civil", selon des témoins.

Des centaines de manifestants venus d'Atbara (centre) étaient arrivés en train la veille pour rejoindre le sit-in, certains agitant des drapeaux soudanais sur les toits des wagons.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur les actions prévues en cas de refus du Conseil militaire d'accéder aux revendications des manifestants, l'un des leaders de la contestation, Siddiq Farouk, a menacé mercredi d'une "escalade".

"Nous nous préparons à une grève générale" à travers le pays, a-t-il affirmé.

Ahmed al-Rabia, figure de l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation, a lui appelé à une "marche d'un million de personnes pour jeudi".

Pour la première fois, des juges devraient rejoindre les manifestants. Ils se mobiliseront "pour soutenir le changement et pour (réclamer) un système judiciaire indépendant", selon un communiqué diffusé mercredi par une association professionnelle de juges.

Dimanche, le général Burhane avait promis que l'armée répondrait dans la semaine aux demandes des manifestants.

La contestation au Soudan, déclenchée le 19 décembre après la décision du gouvernement Béchir de tripler le prix du pain, s'est rapidement transformée en contestation inédite du président aujourd'hui déchu et emprisonné, et plus largement du système en place.

- "Demande légitime" -

Le mouvement a reçu le soutien de Washington qui a dit appuyer "la demande légitime" des Soudanais d'un gouvernement dirigé par des civils.

"Nous sommes ici pour encourager les parties à oeuvrer ensemble afin de faire avancer ce projet au plus tôt", a déclaré mardi à l'AFP Makila James, responsable du département d'Etat américain chargée de l'Afrique de l'Est en visite à Khartoum.

"Le peuple du Soudan a formulé clairement sa demande", a-t-elle souligné. "Nous voulons le soutenir dans cela, c'est la meilleure voie pour aller vers une société respectueuse des droits humains".

Un responsable américain avait indiqué plus tôt en avril que les Etats-Unis étaient prêts à retirer le Soudan de leur liste des pays accusés de soutenir le terrorisme si le Conseil militaire engageait un "changement fondamental" de gouvernance.

Une délégation soudanaise se rendra "cette semaine ou la semaine suivante" à Washington pour discuter d'un éventuel retrait de cette liste, a déclaré dimanche le général Burhane.

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 1989, M. Béchir a dirigé d'une main de fer un pays miné par une situation économique désastreuse et par des rébellions dans plusieurs régions. La Cour pénale internationale (CPI) a lancé des mandats d'arrêt contre lui pour "crimes de guerre" et "génocide" dans la région du Darfour (ouest).

Plusieurs pays africains réunis sous la houlette de l'Egypte ont appelé mardi à une "transition pacifique et démocratique" d'ici trois mois au Soudan, un délai plus long que les 15 jours accordés récemment par l'Union africaine (UA) aux militaires pour céder le pouvoir.

Voir plus

XS
SM
MD
LG