Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Au moins six arrestations lors de la marche interdite au Tchad


Au moins six personnes arrêtées lors de la marche interdite au Tchad (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:27 0:00

Selon le correspondant de VOA Afrique sur place, au moins six personnes ont été arrêtées alors que la société civile a tenté de lancer une marche, immédiatement empêchée par les forces de l'ordre.

Au Tchad, malgré l’interdiction de manifester, une partie de la société civile a maintenu son appel.

Une manifestation pacifique pour protester contre les mesures d’austérités, la hausse du prix de carburant et l’augmentation du taux d’inscription des étudiants tchadiens et bien d’autres mesures a été réprimée par la police.

Reportage d'André Kodmadjingar, correspondant à N'Djamena pour VOA Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

La police a quadrillé la ville pour empêcher une manifestation à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)
La police a quadrillé la ville pour empêcher une manifestation à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

Les espaces publics, les terrains de sport, et tous les carrefours de la capitale ont été occupés tôt jeudi matin par les éléments de la police, de la gendarmerie et ceux de la garde nomade, y compris les chiens policiers pour contenir un éventuel débordement.

Ceux qui ont tenté de faire face aux forces de l’ordre ont été frappés. D’autre ont été arrêtés puis libérés à la mi-journée.

C’est le cas du président du collectif tchadien contre la vie, Dingamnayal Nely Versinis, qui a été arrêté et tabassé dans la voiture en route vers le commissariat puis enfermé quelques heures avant d’être libéré.

Laisser le peuple s'exprimer

Dingamnayal Nely Versinis, président du collectif tchadien contre la vie chère arrêté torturé puis relâché en fin de matinée à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)
Dingamnayal Nely Versinis, président du collectif tchadien contre la vie chère arrêté torturé puis relâché en fin de matinée à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

Quatre militants de la Convention tchadienne pour la défense des droits humains seraient également entre les mains de la police.

Le collectif des jeunes cadres indignés du MPS parti au pouvoir soutient cette action, comme l'explique son porte-parole, Frank Nakingar.

"Les denrées alimentaires sur le marché augmentent pendant que l'on diminue les salaire, c'est ce que nous ne comprenons pas", dit-il.

Il poursuit : "c'est comme l'essence et le pétrole, on le produit alors pourquoi on augmente le prix?".

"Pour une fois, il faut laisser le peuple s'exprimer pour voir le degré de mobilisation des gens", estime-t-il.

Djimet Wiché, journaliste, directeur de publication d'Al Wida, un journal en ligne qui a tenté de couvrir cette manifestation, a été également pris à partie par les policiers.

Cette tentative de manifestation a perturbé les activités socio-économiques. Les établissements scolaires sont restés fermés et la connexion internet a été coupée puis rétablie jeudi à la mi-journée.

Dans un communiqué, Amnesty international a fait état de l'arrestation de trois membres de la société civile, dont Abdelbassit Mahamat Ali Acyl et Ahmat Hassaballah, de la CTDDH, qui étaient tous deux toujours "entre les mains des forces de sécurité" dans l'après-midi.

Selon Amnesty, "les forces de sécurité déployées très tôt ont dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogène et de canons à eau".

Police, gendarmerie et garde nationale avaient investi depuis jeudi matin les dix points de rassemblement prévus pour la marche.

La police a quadrillé la ville pour empêcher une manifestation à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)
La police a quadrillé la ville pour empêcher une manifestation à N'Djamena, le 25 janvier 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

Plusieurs organisations de la société civile et des syndicats avaient appelé à une "marche pacifique" dans les grandes villes du pays pour protester contre "la mauvaise gouvernance, les injustices de toutes sortes et les mesures anti-sociales prises par le gouvernement".

La marche avait été interdite par le ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique Ahmadaye Abdelkerim Bhakit, qui avait sévèrement mis en garde les possibles contestataires et brandi un risque de "soulèvement populaire qui entraînerait des casses".

>> Lire aussi : Une marche de la société civile interdite au Tchad

Suite à une réunion mardi avec le gouvernement, certains organisateurs avaient déclaré renoncer à manifester.

La ville de Moundou, capitale économique du Tchad et située dans le sud du pays, a connu également jeudi matin un fort déploiement policier pour prévenir toute manifestation, selon plusieurs témoins joints par téléphone par l'AFP.

Le Tchad, où près de 40% de la population de plus de 14 millions d'habitants vit sous le seuil de pauvreté, traverse depuis deux ans une sévère récession économique, conséquence de la chute des prix du baril en 2014, et a dû imposer des mesures d'austérité drastiques pour pallier à cette crise.

André Kodmadjingar, correspondant à N'Djamena

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG