Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

L'adoption de l'identification biométrique fait grincer les dents aux Tchadiens

Mahamat Abbali Salah, ministre en charge de la sécurité publique, au Tchad, le 12 janvier 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Au Tchad, les usagers des services publics devraient faire face à moins de tracasseries pour se faire établir des documents administratifs. Le gouvernement a mis en place une agence qui s’occupe désormais de l’enregistrement des actes d’état civil, des cartes d’identité, des passeports informatisés et bien d’autres documents administratifs.

Créée en mars 2016, l’Agence nationale de titre sécurisé a pour mission de répondre aux besoins de l’administration en matière d’identification des personnes.

Les usagers des services publics face aux documents administratifs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00


D’un coût estimé à plus de 16 milliards francs CFA, cette technologie permet de constituer les registres d’état civil en collectant, sécurisant et protégeant les données biographiques des individus vivant sur le territoire tchadien et des Tchadiens vivant à l'étranger. Pour éviter la falsification, un numéro national d’identification sera désormais attribué à chaque personne.

Onze centres ont été créés à travers le territoire tchadien et les données sont mises en réseau dans un système informatisé. Fooyahta Moundai, directeur général de l’Agence nationale de titre sécurisé, a déclaré que les éléments biométriques sont constitués des reconnaissances faciales et des empreintes digitales rattachées à un numéro biométrique. A partir de ces éléments, souligne-t-il, l’identité de la personne sera fixée de façon précise sans aucun risque de falsification.

Mais cette agence est loin de faire l'unanimité. Le président de la Dynamique citoyenne pour la protection des droits du consommateur, Moussa Mahamat Mahadi, est pessimiste.

"Si cette agence devrait être un 'ouf' de soulagement pour les usagers des services publics, je me réjouis à 100%. Mais il ne faudrait pas que les individus jouent l’intermédiaire entre l’institution en question et les usagers", a-t-il insisté.

En 2017, l'administration Trump avait mis le Tchad sur la liste des pays dont les ressortissants devraient être interdits de visa pour les États-Unis. Même si elle a été annulée par la suite, la décision était justifiée en partie par le fait que les documents tchadiens présentaient des garanties de sécurité "inadéquates". Selon Mahamat Abbali Salah, le ministre tchadien de la Sécurité publique, la création de cette agence permettra de corriger cette lacune et bien d’autres.

A travers cette agence, souligne le ministre, les Tchadiens auront désormais des documents d’identité et de voyage conformes aux normes internationales. Par ailleurs, ajoute-t-il, les bases de données de ces registres permettront d’avoir un fichier électoral fiable et actualisé.

A en croire les autorités tchadiennes, l’agence peut produire chaque jour 15.000 enrôlements, 550 passeports et plus de 5.000 cartes d’identité.

Toutes les actualités

La tension monte au Tchad à quelques semaines de la présidentielle

La tension monte au Tchad à quelques semaines de la présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Saleh Kebzabo: "la mascarade se prépare à grande échelle"

Saleh Kebzabo: "la mascarade se prépare à grande échelle"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:24 0:00

L'opposant Saleh Kebzabo se retire de l'élection présidentielle tchadienne

Député Saleh Kebzabo président de l'UNDR, au Tchad, le 30 décembre 2020.

Le principal candidat de l'opposition tchadienne, Saleh Kebzabo, a annoncé lundi qu'il se retirait de l'élection présidentielle prévue en avril.

Il a accusé le président sortant, le maréchal Idriss Deby Itno, de recourir à la violence pour intimider ses rivaux.

La veille, deux personnes ont été tuées par balles au domicilie d'un autre opposant, Yaya Dillo Djerou, lorsque les forces de sécurité ont tenté d'arrêter ce dernier.

L'élection présidentielle tchadienne est prévue pour le 11 avril.

Au moins 2 morts lors de la tentative d'interpellation de l'opposant Yaya Dillo

Au moins 2 morts lors de la tentative d'interpellation de l'opposant Yaya Dillo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La tentative d'interpellation d'un opposant tchadien vire au drame: 2 morts

Le siège du parti UNDR de l’opposant Saleh Kebzabo investi par les éléments du GMIP (groupement mobile d’intervention de la police), le 31 octobre 2020. Le 28 février 2021, une tentative d'interpellation a viré au drame au domicile d'un autre opposant, Yaya Dillo Djerou.

Au moins deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dimanche dans la capitale tchadienne N'Djamena dans des échanges de tirs au cours d'une tentative d'interpellation d'un opposant candidat déclaré à la présidentielle du 11 avril, a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

"Il y a eu deux morts et cinq blessés dont trois parmi les forces de l'ordre", lors d'une tentative d'interpeller l'opposant Yaya Dillo Djerou à son domicile, a indiqué Chérif Mahamat Zene, porte-parole du gouvernement.

Pour l'heure, l'identité des victimes n'a pas été confirmée par les autorités. Mais d''après la journaliste Hawa Séméga, les deux victimes sont la mère et le fils de Yaya Dillo Djerou.

"Les forces de défense et de sécurité (...) ayant essuyé des tirs d'armes" venant du domicile de l'opposant, elles "n'ont pas eu d'autres choix que de riposter en légitime défense", a-t-il affirmé.

"Le gouvernement condamne avec la dernière énergie cette rébellion armée au cœur de la capitale, qui n’est qu’une tentative de déstabilisation des institutions de l’État fomentée de longue date", a accusé le porte-parole.

Dans la nuit, Yaya Dillo, un ancien chef rebelle devenu ministre après avoir rallié le président Idriss Déby Itno, a indiqué sur sa page Facebook que sa maison à N'Djamena était encerclée par l'armée et la police.

"Ils viennent de tuer ma mère et plusieurs de mes parents", a-t-il dit quelques minutes plus tard. "Un blindé a enfoncé ma porte principale. La lutte pour la justice doit continuer pour sauver notre pays. (...) Mes chers compatriotes levons nous!", a-t-il ajouté, dans un dernier post publié au lever du jour.

Ces informations n'ont pu être confirmées de source indépendante et les autorités n'ont pour l'heure pas donné suite aux sollicitations de l'AFP. De même, dimanche en milieu d'après-midi, il était impossible de savoir si M. Dillo avait été arrêté.

Internet et les réseaux téléphoniques étaient très perturbés à N'Djamena. Des blindés et militaires quadrillaient les axes menant au domicile de Yaya Dillo, dans le quartier Karkadjiye, dans la commune du 5ème arrondissement, a constaté l'AFP.

M. Dillo est sous le coup de deux mandats d'arrêt, après avoir été visé par une plainte pour diffamation et injures à l'encontre de la Première dame Hinda Déby Itno. Il avait notamment dénoncé une convention signée entre l'épouse du chef de l'Etat et le gouvernement dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de coronavirus.

"Suite à un refus systématique depuis 48 heures de Monsieur Yaya Dillo, appuyé d’un groupe de personnes armées, de répondre à deux mandats judiciaires", celui-ci "a vertement défié l’autorité de l’État en opposant une résistance armée", a justifié le porte-parole du gouvernement.

Voir plus

XS
SM
MD
LG