Liens d'accessibilité

Suicide en Egypte d'un haut magistrat au milieu d'une affaire de corruption


Quelques personnes se tiennent dans la salle d’audiences au tribunal pénal du Caire, Egypte, 2 mars 2016.

Un magistrat du conseil d'Etat égyptien s'est suicidé lundi alors qu'il était détenu dans le cadre d'une affaire de corruption au niveau de la plus haute juridiction administrative du pays, a indiqué son avocat.

Wael Chalabi, secrétaire général du conseil d'Etat, avait été arrêté dimanche pour être interrogé.

Selon son avocat, Me Sayed el-Beheiry, il a été retrouvé sans vie lundi. Des sources judiciaires et de sécurité ont confirmé l'information.

"Il a fait face à beaucoup de pressions hier" pendant son interrogatoire, a dit à l'AFP Me Beheiry.

"Il est allé aux toilettes, a accroché son écharpe au chauffe-eau et s'est pendu. C'est une négligence" de la part de ses gardiens, a dénoncé l'avocat.

Une autopsie a été menée, montrant qu'il s'était suicidé, a-t-il affirmé.

L'arrestation de M. Chalabi était intervenue quelques jours après que l'Autorité de contrôle administrative, en charge de la lutte contre la corruption dans les institutions publiques, a arrêté le responsable des achats au conseil d'Etat, Gamal al-Labban.

Après l'arrestation de ce dernier, M. Chalabi avait posé sa démission, acceptée samedi par le conseil d'Etat.

Lundi dans la journée, le parquet égyptien a publié une injonction de silence à l'attention des médias concernant les détails de l'enquête sur ce cas de corruption présumée.

Le président Abdel Fattah al-Sissi qui s'est engagé à mettre en place d'importantes mesures d'austérité pour réduire les dépenses publiques, a promis de s'attaquer à la corruption, soutenant mercredi que "personne n'était au-dessus des lois".

L'ONG Transparency International a classé en 2016 l'Egypte au 88e rang des pays les plus corrompus de la planète, sur un total de 168 nations répertoriées.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG