Liens d'accessibilité

Stratégie de Trump en Afghanistan: plus de soldats et pression sur le Pakistan

  • VOA Afrique

Donald Trump prononçant son discours à Fort Myer, Arlington, VA, le 21 août 2017.

Le président américain Donald Trump a présenté lundi sa stratégie pour l'Afghanistan, "la plus longue guerre de l'histoire américaine", qui prevoit notamment l'envoi de nouveaux soldats et une pression accrue sur le Pakistan, appelé à cesser d'abriter des "terroristes".

"Mon instinct était de nous retirer, et d'ordinaire je suis mon instinct", a-t-il lancé sur une base de l'armée américaine à Fort Myer, au sud-ouest de Washington. Mais après avoir étudié l'Afghanistan "sous tous ses angles", il a dit être arrivé à la conclusion qu'un retrait créerait un "vide" qui profiterait aux "terroristes".

Les Etats-Unis vont donc poursuivre et augmenter leur effort. Le président Trump a refusé de dévoiler ses intentions militaires. "Nous ne parlerons pas du nombre de soldats" car "les ennemis de l'Amérique ne doivent jamais connaître nos projets", a-t-il éludé.

Son ministre de la Défense Jim Mattis a indiqué que les troupes seraient renforcées. Selon de hauts responsables de la Maison Blanche, Donald Trump a autorisé le Pentagone à déployer jusqu'à 3.900 soldats supplémentaires.

"Je consulterai le secrétaire général de l'Otan et nos alliés, dont plusieurs se sont également engagés à augmenter le nombre de soldats déployés", a dit Jim Mattis dans un communiqué.

Plus de 8.000 soldats américains sont actuellement sur place, contre 100.000 au plus haut de l'engagement des Etats-Unis.

Donald Trump a prévenu Kaboul que le soutien américain, qui va se poursuivre face aux talibans sur le terrain, n'était pas "un chèque en blanc". "L'Amérique continuera à travailler avec le gouvernement afghan tant que nous voyons de la détermination et des progrès", a-t-il affirmé. "Mais notre engagement n'est pas illimité", "les Américains veulent voir de vraies réformes et de vrais résultats".

Le président américain a aussi laissé la porte ouverte à un dialogue avec certains rebelles: "à un moment donné, après un effort militaire efficace, peut-être qu'il sera possible d'avoir une solution politique incluant une partie des talibans en Afghanistan". "Mais personne ne sait si ou quand cela arrivera", a-t-il ajouté.

Son secrétaire d'Etat Rex Tillerson a précisé dans un communiqué que les Etats-Unis étaient "prêts à soutenir des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans sans condition préalable".

Evoquant la situation dans la région, Donald Trump a tenté de mettre la pression sur le Pakistan voisin qui, a-t-il dit, "est souvent un refuge pour les agents du chaos, de la violence et de la terreur".

Le Pakistan a "beaucoup à perdre s'il continue à abriter des criminels et des terroristes", destabilisant l'Afghanistan, a-t-il martelé. "Cela doit changer et cela va changer immédiatement!"

Il a aussi demandé un effort accru à l'Inde dans la résolution de ce conflit, seize ans après les attentats du 11-Septembre qui avaient poussé les Etats-Unis à lancer une vaste offensive pour déloger le régime des talibans.

Quelque 2.400 soldats américains sont morts en Afghanistan depuis 2001, et plus de 20.000 y ont été blessés.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG