Liens d'accessibilité

Séville réussit une folle remontée pour freiner Liverpool en ligue des champions


Fernando Varela du Real Betis en duel avec Mohamed Sissoko de Liverpool au cours du match de la Ligue des champions entre leurs équipes au stade Manuel Ruiz de Lopera à Séville, Espagne, 13 septembre 2017.

Séville et Liverpool, rois du suspense! Au bout d'une folle remontée, un but de Guido Pizarro in extremis a permis aux Andalous, menés 3-0, d'arracher un nul 3-3 mardi en Ligue des champions, laissant tous les scénarios ouverts en vue des huitièmes.

Les "Reds" et les Sévillans ont eu chacun leurs 45 minutes de domination dans ce choc au sommet du groupe E. Mais le club anglais, qui menait de trois buts après une demi-heure de jeu, s'est écroulé en seconde période, laissant son adversaire égaliser dans le temps additionnel.

Les héros du Séville FC s'appellent Pizarro, buteur sur corner à la 90e+3 et surtout Wissam Ben Yedder: le Français a signé un doublé (51e, 60e sur penalty) pour relancer son équipe et talonner, avec 6 buts, les 8 buts de Cristiano Ronaldo au classement des buteurs de la C1.

Liverpool, brillant puis tremblant, avait pris l'ascendant grâce à un doublé de Roberto Firmino (2e, 30e) et un but de Sadio Mané (22e).

"Une première période fantastique, puis en seconde nous avons fait l'erreur de ne plus jouer au football", a pesté l'entraîneur des Reds Jürgen Klopp.

- Match de folie -

Au classement du groupe E, le statu quo demeure puisque Liverpool reste en tête avec 9 points, devant Séville (2e, 8 pts) et le Spartak Moscou (3e, 6 pts). Et la qualification pour les huitièmes se jouera début décembre lors de l'ultime journée, où les Reds accueilleront les Russes tandis que les Espagnols iront à Maribor (4e, 2 pts), déjà éliminé.

Quel match de folie au stade Sanchez-Pizjuan! En première période, tout a souri à Liverpool, rapidement devant grâce à une reprise de Roberto Firmino sur corner (2e), une tête plongeante de Sadio Mané sur un autre corner (22e) puis un but opportuniste de Firmino sur un ballon repoussé par le gardien (30e).

A 0-3 à la pause, le stade sévillan, sonné, s'est mis à conspuer ses propres joueurs. Tout en leur intimant, en termes fleuris, de mettre davantage de coeur à l'ouvrage.

Difficile d'imaginer le renversement qui allait s'opérer, proche, dans la dramaturgie, de la finale de Ligue des champions remportée par Liverpool en 2005 aux dépens de l'AC Milan, qui menait pourtant 3-0 à la pause.

- Ben Yedder en héros -

Ben Yedder, avec deux buts rapides, a rallumé la lumière et relancé le match.

Le petit attaquant a d'abord placé une tête décroisée au premier poteau sur un coup franc excentré (51e). Puis il a provoqué un penalty, victime d'un croche-pied dans la surface: il l'a transformé en prenant le gardien à contre-pied, l'arbitre l'a fait retirer et Ben Yedder a choisi avec raison l'autre côté (61e), avant de recevoir l'ovation du stade à sa sortie du terrain (81e).

"J'avais cette sensation que je pouvais inverser les choses, je le sentais", a commenté l'attaquant au micro de beIN Sports. "A 3-0 personne n'imaginait un tel scénario et moi j'ai fait ce qu'il y avait à faire."

A 2-3, Séville a eu une balle d'égalisation lorsque la volée de Sergio Escudero a été déviée par le gardien sur sa transversale (62e).

Et même si l'intensité a chuté dans les vingt dernières minutes, les Andalous ont trouvé l'énergie dans les ultimes secondes pour obtenir un corner et égaliser à l'arraché par Pizarro à bout portant (90e+3).

De quoi préserver l'invincibilité sévillane à domicile, en vigueur depuis un an, et maintenir intact le suspense dans le groupe E...


Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG