Liens d'accessibilité

Sanctions américaines visant le programme iranien de missiles balistiques

  • VOA Afrique

Les Etats-Unis ont imposé des sanctions visant le programme de missiles balistiques de l'Iran, au lendemain du test par Téhéran d'un lanceur de satellites, a annoncé vendredi le Trésor américain.

Le ministère a ciblé, selon un communiqué, des organisations et entités iraniennes liées au programme balistique de la République islamique et a dénoncé les "actions provocatrices" de Téhéran et la "menace" que l'Iran représenterait pour le Moyen-Orient.

Dans le détail, le Trésor a pris des mesures punitives - gel d'éventuels comptes bancaires interdiction de transactions aux Etats-Unis - contre "six filiales basées en Iran de Shahid Hemmat Industrial Group (SHIG), une entité au coeur du programme de missiles balistiques de l'Iran".

Washington a directement lié ces sanctions "à la poursuite d'actions provocatrices de l'Iran, comme le lancement hier (jeudi) d'un lanceur de satellites".

Après le "succès" de ce test de lanceur de satellites, le département d'Etat avait dénoncé jeudi une "provocation" de l'Iran et une possible violation de résolutions des Nations unies.

Les Occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à développer, en utilisant la technologie de ses lanceurs de satellites, des lanceurs balistiques à longue portée capables d'emporter des charges conventionnelles ou nucléaires.

L'Iran a toujours démenti, affirmant que son programme spatial est uniquement à visée pacifique.

Mais d'après le Trésor américain, "les lanceurs de satellites utilisent des technologies qui sont étroitement liées à celles d'un missile balistique intercontinental et ce lancement constitue une menace de l'Iran".

Ces nouvelles sanctions américaines contre le programme balistique iranien - déjà visé par des résolutions de l'ONU - surviennent dans un contexte de très fortes tensions entre Washington et Téhéran depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump.

L'administration Trump a toutefois, jusqu'à présent, continué de respecter l'accord historique de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien, succès diplomatique de l'administration de Barack Obama, qui prévoit une levée progressive de sanctions économiques.

Mais ce texte signé aussi par la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, a de moins en moins de soutiens au sein de l'exécutif américain.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG