Liens d'accessibilité

L'Iran accuse Ryad et Washington d’être impliqués dans les attentats de Téhéran


Un homme iranien, à gauche, prend une selfie en essayant d'avoir le président Hassan Rouhani, juste avec le turban blanc, sur la photo lors d'un rassemblement commémorant le 37e anniversaire de la révolution islamique, à la rue Azadi (Freedom) à Téhéran, en Iran , 11 février 2016.

Les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime iranien, ont accusé mercredi les Etats-Unis et l'Arabie saoudite d'être "impliqués" dans les attentats de Téhéran qui ont fait douze morts et au moins 46 blessés.

"Cette action terroriste après la rencontre du président des Etats-Unis avec le chef d'un des gouvernements réactionnaires de la région qui a toujours soutenu les terroristes est lourde de sens et la revendication par Daech (groupe Etat islamique) montre qu'ils sont impliqués", affirme un communiqué publié par l'agence de presse officielle Isna.

Séparément, Mohammad Hossein Nejat, chef adjoint des services de renseignement des Gardiens de la révolution, a également accusé l'Arabie saoudite et les Etats-Unis en affirmant que ces deux pays avaient "ordonné à leurs marionnettes" de mener ces attentats, a rapporté l'agence Fars.

Les Gardiens de la révolution ont affirmé qu'ils allaient se venger.

"Les Gardiens de la révolution ont toujours prouvé qu'ils ne laissent jamais sans vengeance le sang d'innocents versés", affirme le communiqué de l'armée d'élite d'Iran.

Washington condamne les attaques terroristes à Téhéran

Pourtant, les Etats-Unis ont "condamné les attaques terroristes" mercredi à Téhéran, revendiquées par le groupe Etat islamique (EI), qui ont fait 13 morts et des dizaines de blessés.

"Nous présentons nos condoléances aux victimes et à leurs familles et nous transmettons nos pensées et nos prières au peuple d'Iran", a ajouté le département d'Etat américain dans un communiqué.

"La dépravation du terrorisme n'a pas sa place dans un monde pacifique et civilisé", peut-on également lire dans ce communiqué de la diplomatie américaine.

Les Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite du régime, ont accusé mercredi les Etats-Unis et l'Arabie saoudite d'être "impliqués" dans ces attentats.

Les Etats-Unis et l'Iran n'entretiennent pas de relations diplomatiques. Le réchauffement amorcé par l'ancien président américain Barack Obama, signataire d'un accord sur le nucléaire iranien en 2015, a été stoppé par son successeur Donald Trump.

Ce dernier avait promis à de nombreuses reprises pendant la campagne électorale de "déchirer" cet accord.

Lors d'un récent voyage en Arabie saoudite, Donald Trump avait accusé Téhéran de "financer, armer et entraîner des terroristes (...) qui répandent la destruction et le chaos à travers la région" et appelé tous les pays à "isoler" l'Iran.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG