Liens d'accessibilité

Retrouvailles entre l'OM et Marcelo Bielsa à Lille en Ligue 1


Marcelo Bielsa lors du match contre Rennes, le 21 octobre 2017

Monaco et Marseille, aux derniers déplacements ratés, se rendent respectivement à Bordeaux et Lille, pour les retrouvailles de Marcelo Bielsa avec l'OM, lors d'une 11e journée du championnat de France également marquée ce week-end par les matches Lyon-Metz et Dijon-Nantes.

Monaco sans Falcao

Et maintenant, Falcao forfait: l'ASM doit se passer du meilleur buteur de L1 (13 buts), blessé à une cuisse, qui sera remplacé à la pointe de l'attaque par Keita Baldé. Pas vraiment l'idéal pour une équipe qui dépend autant de son capitaine, et qui voit son statut de dauphin du PSG menacé par ses poursuivants.

Les Monégasques, qui s'étaient inclinés à Lyon (3-2) lors de leur dernier déplacement, ont mis fin à une série de trois matches sans succès le week-end dernier contre Caen (2-0) , et doivent confirmer ce regain. Pas évident quand il y a un match de Ligue des champions à Istanbul, face à Besiktas, qui se profile mercredi prochain...

Les champions de France vont se frotter à des Bordelais sur le reculoir, passés du podium à la 7e place: leur fessée à Paris (6-2) a été suivie d'un nul à domicile et d'une défaite à Amiens...

C'était "un match raté", "mais on ne va pas faire de ce match-là la photo officielle des Girondins", a lâché l'entraîneur Jocelyn Gourvennec. "Je veux d'abord retrouver un collectif avant de penser victoire, classement", a précisé le technicien bordelais, ajoutant qu'il y aurait "certainement des changements ce week-end".

Marseille contre Bielsa

L'OM a un élan à entretenir, celui du clasico contre le PSG (2-2) dimanche dernier, fait d'agressivité et de solidarité. Un "match référence" selon Florian Thauvin.

L'équipe de Rudi Garcia doit obtenir un résultat à Lille pour revoir le podium ou du moins rester à son contact. Mais attention au voyage: le dernier déplacement marseillais s'était soldé par un nul 3-3 chez le promu strasbourgeois...

Marseille vient rendre visite à son ancien entraîneur, Marcelo Bielsa, dans une situation autrement plus embarrassante, avec une place dans la zone rouge (19e) et une seule victoire au compteur, signée lors de la journée inaugurale. Et ce n'est pas la qualification en Coupe de la Ligue face à Valenciennes (L2), obtenue aux tirs aux but, qui est de nature à rassurer.

La situation commence à être tendue pour l'entraîneur argentin: s'entêtera-t-il avec ses méthodes d'entraînement et principes de jeu qui ont manifestement du mal à produire des résultats ? Car le Losc a trois points de retard sur le premier non relégable: quid, dès lors, du poste du "Loco" si l'écart grandissait?

Lyon pour Genesio

Bruno Genesio était sous pression début octobre, au bout d'une série d'une seule victoire en huit matches toutes compétitions confondues. Mais le soutien affiché du talisman offensif Nabil Fekir et les trois dernières rencontres ont remis en selle l'entraîneur lyonnais, des succès probants contre Monaco (3-2) et à l'extérieur face à Everton en Europa League (2-1) et à Troyes (5-0), où Memphis Depay s'est lui-même relancé avec un triplé.

Si bien que l'OL s'est ragaillardi en C3 tout en revenant au pied du podium de L1. Dans la gestion de son effectif, Genesio se veut "dans une réflexion globale" pour aborder une semaine à trois matches, puisqu'il y aura au programme Everton jeudi et le derby à Saint-Etienne le dimanche suivant.

Mais d'abord, ce dimanche après-midi, Lyon a l'occasion rêvée de surfer sur sa vague positive en recevant Metz. Le club grenat, scotché à la dernière place depuis fin août, a changé d'entraîneur le week-end dernier, José Pinot assurant l'intérim après l'éviction de Philippe Hinschberger.

Nantes après Tours

Les Canaris sont sur le podium, forts de la méthode "à l'italienne" de leur entraîneur transalpin Claudio Ranieri, faite d'efficacité maximale et de spectacle minimal (14e attaque et 2e défense avant cette journée).

Mais le FCN vient de s'incliner 3-1 face à la lanterne rouge de Ligue 2, Tours, mercredi en Coupe de la Ligue. Le onze nantais était certes amputé de nombreux titulaires, mais cette élimination résonne comme une petite alerte. "L'important est d'oublier ça, de voir ce qu'on fait bien en championnat et penser au prochain match contre Dijon pour réagir", a éludé Ranieri.

Nantes se rend à Dijon samedi soir, une équipe certes mal classée (18e) mais joueuse, et qui avait posé d'énormes problèmes au PSG (victorieux 2-1 à l'arraché).

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG