Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Retour sur les 48 heures de Macron au Tchad

Le président français Emmanuel Macron et le président tchadien Idriss Deby alors qu'ils quittent une conférence de presse au palais présidentiel à N'Djamena, le 23 décembre 2018.

Le président français Emmanuel Macron a bouclé sa visite officielle de 48 heures dimanche à N’Djamena. Il est venu s’entretenir avec le président Déby sur des relations bilatérales mais aussi sur des sujets régionaux. Une visite très critiquée par l’opposition démocratique.

La visite était axée sur la situation sécuritaire au Sahel, dans le bassin du Lac Tchad, la Libye et la situation en République centrafricaine.

Le président tchadien a plaidé pour le renforcement de la coopération sécuritaire en opérationnalisant la force conjointe du G5 Sahel afin de lutter effacement contre le terrorisme dans la sous-région.

Fin de visite officielle au Tchad pour le président Macron
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:29:57 0:00

"Je tiens à souligner l’urgence de trouver les ressources nécessaires pour maintenir un rythme d’opération permettant de tenir en échec les terroristes dans la sous-région, si nous tenons à engager une lutte durable pour parvenir à bout de la menace terroriste", a déclaré Idriss Déby Itno.​

Les présidents français et tchadien Emmanuel Macron et Idriss Déby Itno à N'Djamena, le 23 décembre 2018. (VOA/André Kodmadjingar)
Les présidents français et tchadien Emmanuel Macron et Idriss Déby Itno à N'Djamena, le 23 décembre 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

Pour l'opposant Max Kemkoi, président de l’Union des démocrates pour le développement et le progrès, la question de la lutte contre le terrorisme et Boko Haram est devenue un fonds de commerce des chefs d’Etat.

"Est-ce subitement du jour au lendemain, ce groupuscule est plus fort que les 6 ou 7 Etats du G5 Sahel ? s’il y a une réponse contraire qu’Emmanuel Macron et Idriss Déby peuvent nous donner, elle sera la bienvenu et contribuera à dégommer notre hypothèse sinon, qui finance le terrorisme dans le Sahel, où trouve-t-il les armes, les munitions, la logistique militaire et les finances nécessaires à leur subsistance et leur opérationnalité ? Qu’on arrête de jouer, de gouverner et de faire des affaires avec les vies humaines", souligne-t-il.

Le président tchadien n’a pas évoqué la situation de la Centrafrique, alors que la question était à l’ordre du jour.

Emmanuel Macron, lui, a survolé cette question, disant tout simplement que cette question sera amplement discutée à huit clos avec le président Déby, en présence du président de la commission de l’Union Africaine Moussa Faki Mahamat en déplacement à N’Djamena.

L'opposant Laoukein Kourayo Médard, président de la CTPD, à N'Djamena, 23 décembre 2018. (VOA/André Kodmadjingar)
L'opposant Laoukein Kourayo Médard, président de la CTPD, à N'Djamena, 23 décembre 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

Pour Laoukein Kourayo Médard, président de la Convention tchadien pour la paix et le développement, l’agenda caché de cette visite est justement la situation sécuritaire en RCA.

"La présence des Russes en Centrafrique en ce moment ambrasse nos partenaires français et puisqu’ils toujours considéré Idriss Déby comme gendarme de l’Afrique, il est venu s’arranger avec lui, pour déstabiliser cette république sœur de la RCA. Et c’est malheureux. Nous avons vu des centaines des chars combats qui ont traversé le Sud du Tchad pour aller au niveau de la frontière RCA, nous les avons vus de nos propres yeux", a-t-il estimé.

Les présidents français et tchadien, Emmanuel Macron et Idriss Déby, se sont déclarés dimanche "très inquiets" par l'activité du groupe jihadiste Boko Haram dans la région du lac Tchad.

Macron a réaffirmé "l'engagement de la France pour renforcer la coopération régionale" sous toutes ses formes contre le groupe jihadiste.

Toutes les actualités

N’Djamena publie un rapport d’identification et d’enregistrement des désengagés de Boko Haram

N’Djamena publie un rapport d’identification et d’enregistrement des désengagés de Boko Haram
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

La voie militaire ne peut être la seule réponse aux attaques de Boko Haram (ministre)

La voie militaire ne peut être la seule réponse aux attaques de Boko Haram (ministre)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Les Tchadiens dénoncent la lenteur dans la délivrance des documents administratifs

File d'attente des usagers des documents administratifs à N’Djamena, au Tchad, le 18 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Lancée il y a environ un mois, l’agence nationale tchadienne des titres sécurisés peine à délivrer en un temps court, comme promis, les documents administratifs aux usagers. Les demandeurs des passeports et de cartes d’identité nationale éprouvent d’énormes difficultés à accéder à ces documents.

"Ils ont demandé d’aller d'abord verser l’argent à la banque, et ensuite tu viens te mettre en rang. Et pour avoir simplement la fiche tu peux passer toute une journée". C’est le cri d’alarme d’un demandeur de la carte d’identité nationale rencontré devant l’un des centres d’enrôlement de N’Djamena, la capitale tchadienne.

L’agence nationale des titres sécurisés peine à délivrer à temps
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00


Beaucoup sont dans la même situation. Certains quittent la maison tôt pour occuper une position plus avantageuse dans les rangs constitués. Mais là encore c’est peine perdue

"On vient à 2 heures du matin, espérant occuper une bonne place dans le rang mais, il y aura toujours plein de gens avant toi. D’autres par contre sont privilégiés. Ils peuvent avoir la fiche et se faire filmer le même jour", se plaint l'un des citoyens sur place.

"Je suis venu de très loin laissant mes enfants et maintenant j’ai fait deux semaines", a déclaré à VOA Afrique une infirmière venant de l’intérieur du pays.

Passeport tchadien, à N’Djamena, Tchad, le 18 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).
Passeport tchadien, à N’Djamena, Tchad, le 18 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Le directeur général de l’agence nationale des titres sécurisés, Fouyahta Moundaï, se veut rassurant. Pour lui, des démarches sont en cours pour accélérer le processus.

Il affirme que l’agence nationale des titres sécurisés est une grosse machine et on ne peut pas atteindre au premier démarrage la vitesse de croisière. "Mais nous sommes confiants que le système est à mesure de prendre en compte tout le monde", assure-t-il.

Le problème qui se pose en ce moment selon le directeur, c'est que les citoyens sont restés longtemps sans documents et il se trouve que tout le monde veut le document au même moment et cela crée des longues files d'attente.

M. Fouyahta Moundaï annonce également d’autres mesures pour pallier ces difficultés.

Fouyahta Moundaï, directeur général de l'ANATS, à N’Djamena, le 18 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).
Fouyahta Moundaï, directeur général de l'ANATS, à N’Djamena, le 18 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).


"Nous avons pris des dispositions, que désormais quand vous arrivez à la banque pour payer les frais afférents à l’établissement de titre que vous demandez, vous y trouvez directement la fiche. Nous sommes en train de multiplier les services en créant des nouveaux postes. En ce moment chaque centre que nous avons, dispose de cinq postes d’enrôlement. D’ici deux ou trois jours nous en aurons sept par centre", rassure-t-il. Pour lui, toutes ses souffrances ne seront qu’un mauvais souvenir dans les jours à venir.

Mais en attendant, d’autres usagers passent la nuit devant ces centres. Une stratégie qui semble être une solution pour certains.

"On était obligé de passer la nuit ici sous les moustiques et le froid. On a expliqué notre situation aux agents et ils ont fini par sortir les fiches", affirme un des usagers rencontrés.

Toutefois, les voleurs profitent de cette occasion pour arracher les téléphones portables et de l'argent des usagers qui passent la nuit à la recherche de ces documents.

L’agence nationale des titres sécurisés peine à délivrer à temps

L’agence nationale des titres sécurisés peine à délivrer à temps
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Les élections législatives se tiendront le 13 décembre prochain

Les élections législatives se tiendront le 13 décembre prochain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG