Liens d'accessibilité

Réactions controversées au Bénin après la suspension du maire de Cotonou


Lehady Soglo, maire de Cotonou, président exclu du parti. (VOA/Ginette Fleure Adandé)

"Acharnement, gestion avec ruse et rage, ingratitude, violation des libertés, humiliation, etc" Voilà quelques-uns des mots utilisés par certains Béninois pour expliquer la situation ayant conduit à la suspension du maire de Cotonou.

Tout est parti d'une audition du maire par le conseil départemental de concertation et de coordination. Ceci après que le préfet a constaté de graves irrégularités dans la gestion du maire. A la sortie de l'audition Lehady Soglo s'est dit serein quant à la suite à donner au dossier. Il soutient tout de même ne pas comprendre cet acharnement du préfet du littoral à vouloir tout le temps lui chercher des poux sur le crâne

La suspension du maire intervient quelques heures après l'audition. S'en suivra tard dans la nuit une perquisition au domicile du maire. Et c'est là que les militants et autres acteurs politiques se sont emparés du dossier appelant le peuple à barrer la voie au gouvernement qui voudrait brimer les droits et libertés d'un citoyen.

Rosine Soglo députée et mère du maire s'en prend violemment au chef de l'État qu'elle accuse d'être en train de tirer les ficelles dans l'ombre.

Son époux, l'ancien président du Bénin ne sera pas du reste. Pour lui, les actuels dirigeants en s'en prenant ainsi au maire, affichent leur volonté de réduire les libertés acquises à force de longues luttes.

Les réseaux sociaux se sont tellement enflammés, le domicile du maire envahi par certains acteurs politiques, que le ministre de la justice est monté au créneau le lendemain pour expliquer la situation. Joseph Djogbenou a expliqué qu'il n'était aucunement question de procéder à l'arrestation du maire mais que ce n'était qu'une simple démarche dans ce genre de cas où l'autorité municipale est soupçonnée d'avoir entre autres effacé des traces de documents administratifs et comptables.

Robert Dossou, un ancien président de la cour constitutionnelle et ami de la famille Soglo, est venu apporter son soutien au maire. Il déplore le fait que tout se passe sans aucun respect des droits de la personne humaine.

Actuellement, le maire reste introuvable et son fauteuil est déjà occupé par son intérimaire qui pourrait lui céder la place dans deux mois au cas où le conseil des ministres n'aura pas décidé sa révocation telle que prévue par la loi.

Le maire a été l’objet de plusieurs audits, accusé d'avoir mal géré les ressources financières de la mairie.

Tous les regards sont tournés vers la justice qui doit trancher.

Reportage de Ginette Fleure Adandé à Cotonou pour VOA Afrique

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG