Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi affirme son autorité devant les gouverneurs pro-Kabila

Le président Félix Tshisekedi à Kinshasa, RDC, 15 février 2019. (Twitter/Présidence RDC)

Le président congolais Félix Tshisekedi a exigé lundi un "comportement exemplaire" des nouveaux gouverneurs de province, en majorité des proches de l'ancien président Joseph Kabila, en les mettant en garde contre la "corruption" et les "tracasseries" qui minent la République démocratique du Congo.

"Avant toute chose, je voudrais vous rappeler que vous êtes les dignes représentants du président de la République dans vos provinces respectives. Cela vous oblige d'adopter, dans la gestion de vos entités respectives, un comportement exemplaire", a déclaré le nouveau président congolais à l'ouverture d'un séminaire à l'intention des 23 gouverneurs élus en mars (sur 26 provinces au total).

"Ceci veut dire aussi que vous avez l'obligation d'élaborer vos programmes, en intégrant ma vision qui vise le développement intégral de notre pays", a insisté le chef de l'Etat devant les gouverneurs, dont une majorité est issue de la coalition politique pro-Kabila Front commun pour le Congo (FCC).

"Je combattrai avec la dernière énergie la corruption, le détournement de denier public, le tribalisme, le népotisme, la concussion, le clientélisme, l'incivisme...", a prévenu M. Tshisekedi.

De retour de plusieurs déplacements en province, il s'est déclaré "choqué par les tracasseries administratives, policières et militaires qui heurtent la population".

Il a souhaité passer avec les gouverneurs un "contrat-programme" pour "évaluer les performances de chacun de vous" et "bien sanctionner votre gouvernance après chaque évaluation trimestrielle".

M. Tshisekedi a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre, un résultat contesté par l'autre candidat de l'opposition Martin Fayulu.

Il a passé un accord de coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila, dont la coalition politique a gardé le contrôle de toutes les autres institutions (majorité à l'Assemblée nationale, au Sénat, dans les assemblées provinciales, à la tête des gouvernorats provinciaux).

Investi le 24 janvier, M. Tshisekedi n'a toujours pas nommé de Premier ministre. Il a rencontré deux fois son prédécesseur Joseph Kabila.

Les gouverneurs FCC avaient été reçus par Joseph Kabila le 1er mai.

Toutes les actualités

L'industrie du jeu vidéo prend de l'essor à Kinshasa

L'industrie du jeu vidéo prend de l'essor à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Les troupes zambiennes se retirent du territoire congolais

Les troupes zambiennes se retirent du territoire congolais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Affrontements intercommunautaires dans les provinces congolaises de Kasaï

Affrontements intercommunautaires dans les provinces congolaises de Kasaï
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Grève des agents des sociétés pétrolières dans le sud-est de la RDC

Le personnel du gouvernorat du Sud-Kivu et de la DPMER radicalisent leur grève à Bukavu, Sud-Kivu, RDC, 8 août 2017. (VOA/Ernest Muhero)

La grève des employés des sociétés pétrolières a été largement observée jeudi dans plusieurs villes du sud-est de la République démocratique du Congo, provoquant la fermeture de stations-services, a-t-on appris de sources concordantes.

"Tous les membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) ont respecté le mot d'ordre de grève. Aucune station de distribution de carburant n'a fonctionné dans plusieurs villes: Lubumbashi, Likasi, Kasumbalesa et Kolwezi", a déclaré Patrick Muland, vice-président de la section FEC de la province du Haut-Katanga.

A Lubumbashi, capitale provinciale, toutes les stations services étaient fermées, et des attroupements s'étaient formés pour attendre un moyen de transport en commun.

"J'ai marché cinq kilomètres pour rejoindre mon lieu de travail, à cause de la fermeture des stations services", a déclaré Umba Ilunga, un habitant de Likasi, joint au téléphone par l'AFP.

"Pourquoi le gouvernement a-t-il laissé les sociétés pétrolières aller en grève au lieu d'anticiper en négociant avec elles ? Pour cinq litres d'essence, j'ai dû payer 10.000 francs congolais au lieu de 6.000 hier (mercredi)", a réagi auprès de l'AFP Kayembe Mwangal, un taxi de Kolwezi (Lualaba), remonté.

La ministre congolaise de l'Économie Acacias Babundola a invité "les pétroliers du Sud à faire montre d'un esprit patriotique et d'un sens élevé de responsabilité" afin d'obtenir la révision du prix du litre "dans un esprit de concertation et pour l'intérêt de tous".

Les sociétés pétrolières en grève assurent que le prix de vente actuellement appliqué dans leur zone "décapitalise leurs entreprises au point qu'elles ne sont plus en mesure de renouveler leurs stocks" et dénoncent des disparités de traitement.

A Lubumbashi, deuxième ville du pays, dans la région minière du Katanga, le prix de l'essence à la pompe est fixé à 1.390 francs congolais (0,73 dollar) depuis mai, alors qu'à Kinshasa, le prix du litre est de 1.995 francs congolais (1,05).

La RDC annonce le retrait des troupes zambiennes de son territoire

Le président Félix Tshisekedi au milieu des officiers de l'armée congolaise, à Kinshasa, RDC, le 11 juillet 2020 (Facebook / Présidence de la RDC). (Facebook/Présidence RDC)

Le gouvernement congolais a annoncé jeudi le retrait des troupes zambiennes qui occupaient deux villages du sud-est de la République démocratique du Congo, après une médiation de la Communauté des États d'Afrique australe (SADC).

Mi-mars, des combats avaient éclaté entre les armées congolaise et zambienne, faisant un mort de chaque côté, lorsque des troupes zambiennes avaient occupé deux villages congolais, à Muliro-Kibambe dans la province du Tanganyika (sud-est).

"A la date du 4 août 2020, nos services compétents en la matière et tous les responsables congolais et étrangers ont constaté le retrait effectif des troupes zambiennes", a déclaré le ministre David-Jolino Diwampovesa-Makelele, porte-parole du gouvernement.

Ce retrait a été rendu possible grâce aux conclusions d'une mission mixte dépêchée par la SADC du 22 au 29 juillet qui "a abouti à la reconnaissance par la Zambie que les territoires (congolais) frontaliers de Kalumbamba et Kibanga qu'elle avait occupés appartenaient à la RDC", avouant que "cela résultait d'un malentendu", a-t-il indiqué.

"En ce moment, la population congolaise concernée est en liesse, en particulier celle de (la localité de) Muliro. Elle a commencé à regagner les territoires anciennement occupés par l'armée zambienne", selon le ministre.

Le Comité mixte de la SADC a également ordonné l'implantation des bornes frontalières provisoires, en attendant la construction des bornes frontalières définitives et à matériaux durables, a encore dit M. Makelele.

Un traité signé en 1989 par la RDC et la Zambie avait résolu ce litige hérité de la colonisation par la délimitation des frontières terrestre et lacustre sur environ 200 km entre les lacs Moero et Tanganyika.

Mais des incidents similaires à la frontière entre les deux armées avaient éclaté en 1996, en 2006 et en septembre 2016 autour d'une localité congolaise facilement accessible du côté zambien, alors que du côté congolais, un marécage rend difficile tout accès.

Voir plus

XS
SM
MD
LG