Liens d'accessibilité

La majorité présidentielle pose des conditions avant d’appliquer l’accord en RDC


Le président Joseph Kabila de la RDC, au centre, marche avec les grandes figures de sa famille politique, 23 juin 2016.

Parmi ces conditions, la Majorité présidentielle en République démocratique du Congo tient, selon son secrétaire général Aubin Minaku, à la reconduction du mandat de la médiation des évêques par le président Joseph Kabila.

Les évêques avaient invité mardi la majorité et l'opposition à déposer mercredi des propositions écrites sur les modalités de désignation du Premier ministre, des membres du Conseil national de suivi de l'accord et du processus électoral (CNSAP), la taille du gouvernement, le partage des rôles pendant la transition jusqu'à l'élection du successeur de M. Kabila, selon l'abbé Donatien Nshole, porte-parole de l'épiscopat congolais.


Pour sa part, la coalition au pouvoir a conditionné sa participation aux négociations sur les modalités et le calendrier d'application de l'accord de cogestion du pays à la reconduction du mandat de la médiation des évêques par le président Joseph Kabila.

"Les évêques doivent d'abord présenter le rapport (au sujet de l'accord, ndlr) au président de la République et celui-ci devra reconfirmer dans son pouvoir discrétionnaire le mandat des évêques et le préciser pour la suite", a déclaré Aubin Minaku, secrétaire général de la Majorité présidentielle (MP) etprésident de l'Assemblée nationale.

"Avant cette étape capitale sur le plan formel sur les prérogatives du président de la République, la MP ne saura poser un acte quelconque", a précisé M. Minaku, indiquant que "c'est le moment de respecter les prérogatives du président de la République, la Constitution et les institutions" de la RDC.

Dans la journée, la MP avait réuni sa direction politique en vue de suivre le rapport de ses délégués aux négociations menées par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) qui a entériné la décision autorisant M. Kabila à demeurer à la tête du pays jusqu'à l'élection de son successeur.

Un communiqué produit a l’issue de la réunion de la majorité indique que celle-ci salue l’accord conclu le 31 décembre avec l’opposition sous la médiation des évêques, mais exige une "inclusivité large".

"La MP encourage la poursuite des efforts et contacts en direction desdites forces pour un inclusivité globale", précise le communiqué.

La majorité et l'opposition sont parvenues in extremis samedi à trouver un terrain d'entente après quinze jours de négociations, présentées comme de la dernière chance, sous l'égide de la Cenco.

Le compromis passé prévoit que M. Kabila, dont le mandat s'est achevé le 20 décembre et à qui la Constitution interdit de se représenter, restera en place pour une année supplémentaire.

En contrepartie, l'opposition doit diriger un gouvernement de transition jusqu'aux nouvelles élections prévues fin 2017 et un conseil de supervision sera chargé de veiller au respect de l'accord.

Communiqué de la majorité présidentielle de la RDC, 3 décembre 2017
Communiqué de la majorité présidentielle de la RDC, 3 décembre 2017

La RDC n'a jamais connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960.

Un des principaux opposants au régime a immédiatement protesté contre toute velléité de sabotage du compromis qui permet au président Kabila de rester en fonction jusqu'à l'élection, à la fin de l'année, de son successeur mais lui interdit de se représenter.

"Nul retard volontaire, nul subterfuge, nul blocage ne seront tolérés" dans l'application de l'accord, a écrit dans un communiqué l'opposant en exil Moïse Katumbi.

M. Katumbi, ex-gouverneur de la province minière du Katanga (sud-est) et candidat déclaré à la prochaine présidentielle a été condamné à trois ans de prison dans une affaire immobilière. Il est aussi menacé par un autre procès pour "recrutement de mercenaires".

Ex-allié de M. Kabila, M. Katumbi est passé à l'opposition en septembre 2015 et est officiellement à l'étranger pour suivre des soins médicaux.

- 'Sauvegarder les acquis' -

Dans un communiqué publié mardi, la secrétaire générale l'Organisation internationale de la Francophonie Michaëlle Jean "encourage tous les acteurs congolais (...) à tout mettre en oeuvre pour sauvegarder les acquis de cet accord et s'engager résolument en faveur d'une transition politique pacifique et démocratique".

Mme Jean a salué un accord qui "fixe un cadre politique de sortie de crise".

Cet accord négocié pendant deux semaines a permis d'éviter une possible explosion de violences après que M. Kabila, au pouvoir depuis 2001, se fut maintenu après la fin de son mandat le 20 décembre. La Constitution lui interdit de se représenter mais la présidentielle qui devait avoir lieu fin 2016 avait été repoussé sine die.

Selon le compromis, l'opposition doit diriger un gouvernement de transition jusqu'aux nouvelles élections prévues fin 2017 et un conseil de supervision sera chargé de veiller au respect de l'accord.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG