Liens d'accessibilité

Pouvoir et opposition signent l'accord politique de sortie de crise en RDC


Des militants des mouvements citoyens Lucha, Filimbi et Réveil des indignés réclament le départ du pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat s’est terminé le 19 décembre 2016. VOA/Ernest Muhero

Pouvoir et opposition en République démocratique du Congo vont cogérer le pays durant la transition entre la fin du mandat du président Joseph Kabila, le 20 décembre, et l'élection de son successeur, en vertu d'un accord laborieusement conclu après plus de 13 heures de tractations.

L'accord signé suite à la médiation de l'épiscopat congolais autorise M. Kabila à demeurer à la tête du pays jusqu'à la "fin 2017", en contrepartie de la création d'un Conseil national de transition (CNT) présidé par l'opposant historique Étienne Tshisekedi et la nomination d'un Premier ministre issu de sa coalition "le Rassemblement".

Les évêques se sont déclarés "heureux" d'avoir réussi à "aboutir à un compromis politique inclusif", selon le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) Mgr Marcel Utembi, qui a estimé que cet accord avait l'avantage "d'éviter au pays le chaos".

Le chef de la Mission de l'ONU au Congo (Monusco) a salué "l'inclusivité souhaitée (qui) a permis d'avoir ce consensus plus large". "Mais le travail doit continuer, il faut sauvegarder la stabilité politique en mettant en oeuvre chaque point de cette nouvelle feuille de route politique", a déclaré Maman Sidikou.

Présidentielle 'fin 2017'

Prévue à 20h30 (19h30 GMT), la signature de l'accord par 22 des 32 délégués a commencé à 23h00 (22h00 GMT). Les délégués discutaient encore de l'éventualité d'organiser ou non un référendum pendant cette période de transition fixée à une année.

Le président Joseph Kabila -dont le maintien au pouvoir au delà de la fin de son mandat le 20 décembre est à l'origine de cette crise- et le vieil opposant Tshisekedi n'ont pas effectué le déplacement au siège de la Cenco.

Ce compromis du 31 décembre est précis sur l'avenir politique du président Kabila qui reste donc au pouvoir pendant la période pré-électorale et électorale. Les parties ont clairement acté qu'après son second et dernier mandat, il ne briguera pas un troisième mandat.

Les signataires ont également convenu qu'"aucune tentative de révision de la Constitution ne sera entreprise" pendant la transition, alors que dans la journée le Rassemblement de l'opposition accusait la majorité de vouloir faire sauter, via un référendum, le verrou constitutionnel qui interdit à M. Kabila de postuler à la présidentielle de "fin 2017".

En vue d'une décrispation de l'espace politique, les évêques catholiques ont promis de suivre et de trouver rapidement une solution aux cas des prisonniers politiques, particulièrement celui de l'opposant Moïse Katumbi, condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation d'immeuble et sous la menace d'un procès pour recrutement de mercenaires, mais officiellement en soins médicaux à l'étranger.

Kabila au pouvoir depuis 2001

La crise politique qui mine la RDC, Etat continent de plus de 70 millions d'habitants, est provoquée par le maintien à la tête du pays de M. Kabila. Son mandat avait officiellement expiré le 20 décembre, dans un climat de violences politiques et interethniques ayant fait, selon l'ONU, au moins 40 morts dans tout le pays.

Les 20 et 21 décembre, des heurts avaient opposé les forces de l'ordre à des jeunes entendant dénoncer ce maintien au pouvoir.

Agé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001. La Constitution lui interdit de se représenter. La présidentielle, qui aurait dû avoir lieu cette année, avait été reportée sine die.

Confirmé en 2006 à la tête du pays par les premières élections libres organisées depuis l'indépendance, M. Kabila avait été réélu en 2011 lors d'un scrutin entaché de fraudes massives, à l'origine de la crise actuelle.

Les négociations entre majorité et opposition, sous l'égide de l'Eglise catholique, avaient débuté le 8 décembre et avaient été interrompues avant Noël, faute d'entente. Elles avaient repris depuis vendredi à Kinshasa.

La RDC n'a jamais connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960. Ce pays a été ravagé entre 1996 et 2003 par deux guerres qui ont fait au moins trois millions de morts et sa partie orientale reste déchirée par de multiples conflits armés depuis plus de vingt ans.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG