Liens d'accessibilité

Tshisekedi à Bruxelles pour une visite médicale


L’opposant Etienne Tshisekedi tient un meeting à Kinshasa, RDC, 31 juillet 2016.

L'opposant congolais Étienne Tshisekedi a quitté Kinshasa mardi pour Bruxelles pour des raisons médicales alors que son parti négocie avec la majorité soutenant le président Joseph Kabila un partage du pouvoir jusqu'à la prochaine présidentielle en République démocratique du Congo.

Son parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social (Udps) estime que départ de l’opposant ne va pas compliquer les négociations en cours avec le pouvoir, destinées à permettre une sortie pacifique à la crise politique provoquée par le maintien au pouvoir de M. Kabila au-delà du terme de son mandat, échu depuis le 20 décembre.

Selon l’Udps, Tshiskedi, 84 ans, est juste parti pour une "visite de routine" de santé.

"Il s’agit d’un rendez-vous de longue date renvoyé à plusieurs reprises auquel Etienne Tshisekedi répond maintenant", indique une source aux négociations.

"Les discussions en cours ne seront compliquées en rien car Etienne Tshisekedi ne prend pas personnellement part au débat et sa famille politique y est valablement représentée", précise la soruce.

Le départ de l'opposant de longue date pour Bruxelles mardi aux petites heures du matin a suscité une polémique dans le média.

Son parti a publié des photos et une vidéo de son leader embarquant dans l’avion.

"Ces photos démontrent que depuis hier lundi 23/01/2016 le président Tshisekedi a effectué sa dernière routine politique avant son départ pour Bruxelles où il va faire une autre routine médicale prévue depuis plusieurs semaines passées. Mais comme l'intérêt de la nation Congolaise est plus fort que lui et comme depuis plus de 40 ans, il a choisi une fois de sacrifier sa santé pour le résultat suivant ", indique le message posté sur la page Facebook de l’Udps.

La veille M. Tshisekedi a reçu les évêques catholiques qui assurent la médiation dans la crise née de la non-tenue des élections avant le 19 décembre dernier, date de la fin constitutionnelle du dernier mandat du président Joseph Kabila.

Le leader de l'Udps a quitté le pays au moment où les partis aux négociations se sont convenus sur le Comité de suivi de la transition, organe dont la gestion lui est confiée par l’accord signé le 31 décembre dernier.

Comme président du Comité de suivi de la transition, M. Tshisekedi sera secondé par trois vice-présidents dont un de la majorité, un du Front pour le respect de la transition de la Constitution et un autre de la frange de l’opposition signataire du précédent accord boycotté par la majeure partie d’opposants.

Les tractations politiques en cours se poursuivent mardi sur la répartition des postes au gouvernement qui conduira le pays aux élections prévues pour décembre 2017.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG