Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

400.000 enfants risquent la mort dans le Kasaï selon l'Unicef

Des enfants déplacés à l’entrée d’un dépôt vide leur servant d’abri au Kasaï, RDC, 8 septembre 2017. © UNHCR/Andreas Kirchhof.

L'Unicef a lancé un cri d'alarme mardi sur la situation en République démocratique du Congo où "400.000 enfants sévèrement malnutris risquent de mourir" dans la région du Kasaï (centre) qui subit des violences depuis septembre 2016.

"Au moins 400.000 enfants de moins de cinq ans dans la région du Kasaï en République Démocratique du Congo souffrent de malnutrition aiguë sévère et pourraient mourir en 2018 s'ils ne sont pas assistés par des interventions sanitaires et nutritionnelles", explique le communiqué de l'Unicef.

"Plus de 750.000 enfants dans la région souffrent de malnutrition aiguë", ajoute le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

"La situation désastreuse a été largement causée par la violence, les déplacements massifs et la réduction de la production agricole au cours des 18 derniers mois", selon l'organisation.

Plusieurs provinces du Kasaï se sont embrasées en septembre 2016 après la mort du chef coutumier Kamuina Nsapu dans un assaut des forces de sécurité.

Les combats entre forces de sécurité et milices ont provoqué le déplacement de 1,4 millions de personnes. La situation sécuritaire se stabilise par endroits et les déplacés rentrent chez eux.

"L'insécurité alimentaire sévère affecte maintenant de grandes parties de la région, et les conditions ne devraient pas s'améliorer avant juin 2018, car les saisons de plantation en 2017 ont été perdues", affirme l'Unicef.

"Les structures de santé ont également été dévastées", selon l'organisation, qui intervient depuis janvier 2017 dans le Kasaï.

Comme toutes les agences de l'ONU ou les grandes ONG, l'Unicef déplore le sous-financement de ses interventions et affirme n'avoir "reçu que 15% du financement nécessaire pour répondre aux besoins nutritionnels des enfants en 2017".

La République démocratique du Congo est le pays au monde qui enregistre le plus de déplacés internes cette année, plus que la Syrie, le Yémen et l'Irak, d'après plusieurs sources.

"Plus de 1,7 million de gens ont fui leur maison jusqu'à présent cette année en raison de l'insécurité, d'après les Nations unies. Soit un total de déplacés qui dépasse les quatre millions", d'après le Conseil norvégien des réfugiés.

Avec AFP

Toutes les actualités

Finale de la CAN 2019

Finale de la CAN 2019
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:12:16 0:00

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation

Le HCR préocupé par l'urgence de la situation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

"Eau de naissance" une ode au courage des réfugiés soudanais

"Eau de naissance" une ode au courage des réfugiés soudanais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Les arbres Gao à la ressources des forêts

Les arbres Gao à la ressources des forêts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Deux élus congolais condamnés à 20 et 10 ans de prison pour meurtres

Un combattant de la Force de résistance patriotique pour la milice d'Ituri (FRPI), le 28 juillet 2006, près de Tchei, dans le sud de l'Ituri.

Un député provincial et un député national ont été condamnés à respectivement 20 et 10 ans de prison dans deux affaires de meurtres cette semaine dans l'est de la République démocratique du Congo, par ailleurs toujours victime de la violence des groupes armés.

Le député provincial de l'Ituri, Didier Boyoko, a été condamné le 16 juillet à 20 ans de prison par un tribunal militaire à Bunia, ont rapporté les médias congolais. Il était poursuivi avec 13 complices pour le meurtre de deux personnes dont un ressortissant chinois.

Le député provincial "figurait parmi les 14 personnes - dont des militaires - poursuivies dans l'attaque contre un convoi d'exploitants d'or chinois, le 17 juin", a rapporté la radio Top Congo.

Son procès avait commencé en public, en plein air, en plein centre de Bunia le 19 juin, avait rapporté l'AFP.

De son côté, le député national Luc Mulimbalimba a été condamné le 18 juillet à dix ans de prison pour le meurtre d'un civil mi-juin par la Haute cour militaire à Bukavu, a rapporté un correspondant de l'AFP présent à l'audience.

L'auteur matériel du crime, un militaire commis à sa garde, a été condamné à perpétuité.

L'impunité des élus et des élites a souvent été dénoncée dans l'est de la République démocratique du Congo, où des dizaines de groupes armés perturbent la vie des civils.

Près de Beni dans la province du Nord-Kivu, trois civils ont été tués jeudi alors qu'ils travaillaient aux champs, ont rapporté vendredi plusieurs sources.

"Ces trois personnes tuées à la machette allaient chercher à manger pour leur famille", a indiqué l'administrateur de territoire de Beni (responsable local), Donat kibwana, à un correspondant de l'AFP.

Les autorités attribuent comme d'habitude ces trois meurtres aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF).

Historiquement des rebelles musulmans ougandais, les ADF sont les responsables présumés du massacre de centaines de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Voir plus

XS
SM
MD
LG