Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le gouverneur de Kinshasa décrète une quarantaine partielle de la ville

Circulation faible dans une rue de la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, le 19 décembre 2016. (Photo: REUTERS/Thomas Mukoya)

Le coeur politique, diplomatique et économique de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, va être "mis en quarantaine" pendant 14 jours à compter de lundi en raison du coronavirus, a annoncé jeudi le gouverneur de la ville.

Cette mesure intervient alors que la mobilisation de la RDC contre le Covid-19 a commencé en ordre dispersé et dans la confusion.

La commune résidentielle de la Gombe, l'une des 26 de la capitale d'au moins dix millions d'habitants, "est mise en quarantaine du 6 au 20 avril", a déclaré le gouverneur Gentiny Ngobila lors d'une intervention radio-télévisée.

Siège du gouvernement, des grandes ambassades, de plusieurs banques, la commune de la Gombe "est considérée comme l'épicentre de l'épidémie dans la ville", a ajouté le gouverneur.

Pendant le confinement partiel de la seule Gombe, l'équipe de la "riposte" au Covid-19 "s'organisera pour rechercher les personnes malades, mais aussi investiguer les contacts à risque et les cas symptomatiques sur toute l'étendue de la ville de Kinshasa pour leur dépistage et prise en charge", a-t-il dit.

Le même gouverneur avait annoncé jeudi dernier un premier "confinement total" de quatre jours de tout Kinshasa, avant de faire marche arrière le lendemain par crainte d'une flambée des prix et de l'insécurité.

- Cafouillage -

Le début de la lutte contre le virus en RDC a été marqué jusquà présent par le cafouillage autour du confinement, le manque de moyens, voire la panique.

"La semaine prochaine sera la plus difficile pour Kinshasa. Les chiffres vont rapidement doubler, voire tripler", prévenait lundi le chef des équipes de prise en charge, le docteur Jean-Jacques Muyembe, dans un entretien à Jeune Afrique.

D'après le dernier bilan officiel publié jeudi soir, le pays compte 134 cas confirmés (11 cas de plus en 24 heures) pour 13 décès et trois guérisons.

Un chiffre sans doute très sous-évalué dans l'un des plus grands pays d'Afrique (environ 80 millions d'habitants), vu le faible nombre de tests pratiqués. "En moyenne, 50 par jour par l'Institut national de recherche biomédicale (INRB)", selon une source sanitaire.

L'immense majorité des cas confirmés (126) se concentre à Kinshasa, isolée du reste du pays sur décision du chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Hors la capitale, huit cas ont été déclarés depuis une semaine dans l'est du pays.

Jeudi soir, un premier cas a même été déclaré à Beni dans la province du Nord-Kivu, épicentre d'une précédente épidémie d'Ebola dont la fin doit être officiellement proclamée le 12 avril.

Les premiers cas déclarés à partir du 10 mars ont été "importés" d'Europe, touchant par exemple des proches du pouvoir dont certains sont décédés. La zone de santé de la Gombe a été la plus touchée.

Sur le plan sanitaire, l'équipe de prise en charge s'organise autour du virologue Jean-Jacques Muyembe, co-découvreur du virus Ebola dès 1976, patron de l'INRB.

Le prix Nobel de la paix 2018, le gynécologue Denis Mukwege, a été nommé à la tête d'une "commission santé" dans sa province du Sud-Kivu (est) où deux cas ont été enregistrés.

- 65 respirateurs -

Sur le papier, chacune des 26 communes de Kinshasa est rattachée à un ou deux centres hospitaliers pour la prise en charge des cas de Covid-19.

Mais en pratique, "les structures médicales ne sont pas préparées à accueillir les malades, à l'exception d'un l'hôpital tenu par les Chinois", selon une source sanitaire. Et les hôpitaux ne disposent que de 65 respirateurs pour toute la ville, selon un chercheur.

Les équipes de l'IRNB "n'ont pas de voitures, pas de carburant. Les ONG fournissent des voitures", rapportent des sources étrangères.

La maladie a frappé des proches du chef de l'Etat, qui ont eux-mêmes connu des difficultés de prise en charge.

Conseiller spécial du président, Vidiye Tshimanga est resté 48 heures à domicile sans aucune nouvelle des équipes de prise en charge après avoir été diagnostiqué le 23 mars (et après une erreur dans la transmission du diagnostic), raconte-t-il à l'AFP. Le quadragénaire, qui présente des symptômes légers, est depuis traité avec de la chloroquine et du zithromax.

"Il y a une forme de panique générale qui s'est installée. Les patients du Covid-19 sont laissés de côté sans recevoir de soins. Il y a un manque d'information qui va être pallié par le gouvernement. Il faut le faire le plus vite possible", espère M. Tshimanga.

Toutes les actualités

Le camp kabiliste destitue le 1er vice-président de l'Assemblée nationale congolaise, proche de Tshisekedi

Jean-Marc Kabund, président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président Felix Tshisekedi. (Source: courtesy image/social media)

Jean Marc Kabund, 38 ans, a été démis de ses fonctions. Il est le président intérimaire du parti du président Felix Tshisekedi.

La majorité au parlement de la République démocratique du Congo a destitué lundi le premier vice-président de la chambre basse du parlement.

Jean Marc Kabund, 38 ans, est le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président Felix Tshisekedi.

Il a été démis de ses fonctions par une assemblée nationale qui est toujours dominée par les fidèles de l'ancien président Joseph Kabila.

Le vote a été le point culminant d'une journée extraordinairement controversée qui a vu les parlementaires en venir aux mains pour tenter d’empêcher l’examen de la pétition introduite à ce sujet. Une session débâcle qui a été partagée à profusion sur les réseaux sociaux.

En tout, 289 députés ont voté en faveur de la destitution de M. Kabund sur les 315 qui ont pris part à la séance; 17 ont voté contre et 9 se sont abstenus.

A l’origine de la destitution, une pétition signée par 62 députés dont l’initiateur, le député Jean-Jacques Mamba du parti de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, le Mouvement de Libération du Congo (MLC). Officieusement, la majorité reproche au député d’avoir dénoncé comme trop coûteuse une réunion prévue du parlement en congrès car il craignait une tentative de destitution du chef de l’État.

Samedi, la Cour de cassation avait mis Jean-Jacques Mamba en résidence surveillée parce qu’un autre député l’a accusé d’avoir truqué sa signature.

L’arrestation, l’interrogatoire puis la détention du député a mis en colère ses collègues qui dénoncent une violation de son immunité parlementaire et de la Constitution. La majorité s'est d’ailleurs prononcée à l’audience de destitution pour la libération immédiate de leur collègue et l’arrêt des poursuites contre lui. Il demeure en résidence surveillée.

Lundi soir le député Kabund a écrit sur son compte Twitter qu’il n’était pas surpris de sa destitution. « Ce passage en force du FCC est la preuve que le complot était ourdi et va au-delà de ma destitution. En vrai Tshisekediste, je quitte ce poste la tête haute et sans compromission », lit-on.

Des députés congolais en viennent aux mains à l'Assemblée nationale

À gauche, Felix Tshisekedi, et au centre Jean-Marc Kabund, lors d'une conférence de presse au siege de l'UDPS, Limete, Kinshasa, en RDC le 28 octobre 2016. (VOA/Top Congo)

Des députés en sont venus aux mains lundi en pleine séance dans l'enceinte de l'Assemblée nationale à Kinshasa en République démocratique du Congo après plusieurs jours de tensions marqués par l'arrestation d'un parlementaire samedi.

"Nous suspendons la séance", a lancé du haut de son perchoir la présidente de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, devant qui une bonne vingtaine de députés s'empoignaient violemment.

Mme Mabunda a mis en cause les députés de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du président de la République Félix Tshisekedi.

"Je crois qu'on nous avait annoncé que le groupe UDPS ferait des incidents", a-t-elle déclaré lors de cette séance retransmise sur l'une des chaînes de la télévision d'Etat RTNC.

Les députés du parti présidentiel -minoritaire à l'Assemblée- se sont physiquement opposés à l'examen de la pétition demandant la "déchéance" d'un des leurs, Jean-Marc Kabund, vice-président de l'Assemblée nationale, d'après des observateurs présents sur place.

Cette pétition a été lancée par un autre député, Jean-Jacques Mamba, du parti d'opposition de l'ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba.

M. Mamba avait été arrêté samedi parce qu'il était accusé de faux et usage de faux par un député assurant qu'il avait contrefait sa signature au bas de la pétition.

Il s'agit d'une crise au sein de la coalition au pouvoir qui réunit les forces politiques du chef de l'Etat Félix Tshisekedi, et celles de son prédécesseur Joseph Kabila, largement majoritaires à l'Assemblée.

Avant cette séance agitée, le président Tshisekedi avait reçu la présidente de l'Assemblée nationale Jeanine Mabunda, issue du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila.

Reprise du procès de Vital Kamerhe, principal allié du président congolais

Vital Kemehe au premier jour de son procès dans la prison de Makala (CPRK), Kinshasa, RDC, 11 mai 2020. VOA/Capture d'écran

Vital Kamerhe, principal allié du président de la République démocratique du Congo, et son coprévenu sont passés à l'offensive en clamant leur innocence lundi à la reprise de leur procès pour détournement de fonds présumé devant un tribunal à Kinshasa.

A la barre, M. Kamerhe, directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, a demandé sa remise en liberté provisoire. "Je veux qu'on puisse m'aider à comprendre pourquoi je suis à Makala", a-t-il ajouté, en citant le nom de la prison centrale de Kinshasa, où il est en détention depuis le 8 avril.

M. Kamerhe a déclaré vouloir "laver" son honneur et celui de ses enfants, face au tribunal qui l'accuse du détournement de quelque 50 millions de dollars de fonds publics alloués à la construction de 4.500 logements sociaux.

Sur le fond, M. Kamerhe a affirmé que le contrat entre l'Etat et la société Samibo avait été signé en avril 2018, avant sa nomination en janvier 2019, dossier à l'appui et prenant à témoin la caméra qui filme le procès pour la chaîne d'Etat RTNC.

"Je suis innocent", a clamé son coaccusé, l'entrepreneur libanais Jammal Samih, 78 ans, patron de Samibo.

"Je suis depuis 52 ans dans ce pays", a lancé M. Samih, affirmant avoir été "consul honoraire" du Liban à l'époque du Zaïre (l'ancien nom de la RDC jusqu'en 1997).

Comme il y a deux semaines, l'audience devant le tribunal de grande instance a eu lieu dans l'enceinte même de la prison centrale de Makala. Les deux prévenus portent la chemise jaune et bleue des détenus de Makala.

Fermée aux autres médias, l'audience est retransmise en direct par la RTNC.

Ancien président de l'Assemblée nationale, passé à l'opposition, M. Kamerhe a été le principal allié de Félix Tshisekedi lors de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018 qui a conduit à la première transition pacifique du pouvoir.

Il n'a pas démissionné, ni n'a été démis de ses fonctions depuis son interpellation. La présidence a annoncé la désignation d'un intérimaire à son poste de directeur de cabinet.

Ses deux précédentes demande de remise en liberté provisoire ont été rejetées.

Beni: neuf civils ont été tués dimanche

Beni: neuf civils ont été tués dimanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

La police congolaise disperse des manifestants pro-Kamerhe à Bukavu

La police congolaise disperse des manifestants pro-Kamerhe à Bukavu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG