Liens d'accessibilité

Des travailleurs du Mondial passent des examens de santé au Qatar


En construction, le stade Al Wakrah devant accueillir des matches de la Coupe du monde 2022, Qatar, 12 avril 2016.

Environ un millier d'ouvriers travaillant sur les chantiers des infrastructures de la Coupe du monde de football 2022 effectue un bilan de santé dans le cadre d'un programme mené par la faculté de médecine de l'université américaine Cornell.

Le Qatar est régulièrement pointé du doigt au sujet des conditions de travail des quelques 14.000 travailleurs étrangers employés sur les chantiers de construction du Mondial-2022.

L'an dernier, l'ONG Amnesty International avait accusé les organisateurs d'employer des méthodes consistant en du "travail forcé" sur un des futurs sites de compétition.

Le Qatar a toujours écarté ce type de critiques et affirme avoir fait des progrès significatifs dans l'amélioration des conditions des travailleurs migrants.

Les examens subis par les travailleurs, sélectionnés au hasard, ont commencé en février et leurs résultats seront publiés dans un "rapport détaillé", ont indiqué dans un communiqué les organisateurs du Mondial-2022.

Le chef du comité d'organisation, Hassan Al-Thawadi, a dit que les examens pourraient permettre de déceler "des problèmes de santé chez nos travailleurs".

Selon les chercheurs de Cornell qui, comme d'autres universités américaines, a un campus au Qatar, les examens visent à améliorer les besoins nutritionnels des travailleurs et pourraient les aider à mieux gérer le climat désertique du pays.

Le nombre de travailleurs migrants impliqués dans la construction des sites du Mondial va plus que doubler dans les douze prochains mois, pour passer à 36.000, ont indiqué les organisateurs.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG