Liens d'accessibilité

Une délégation syndicale a inspecté un stade du Mondial 2022 au Qatar


Une délégation syndicale internationale a visité le stade de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar où un ouvrier népalais était décédé l'an dernier, ont annoncé jeudi dans une déclaration conjointe les organisateurs du tournoi et des représentants syndicaux.

Un "groupe de travail conjoint", constitué de membres de l'Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB) et de représentants de la Coupe du monde 2022 au Qatar, s'est rendu au stade d'Al Wakrah le 1er février, détaille la déclaration.

La visite à Al Wakrah est la première réalisée par le groupe d'inspection conjoint, en application d'un accord conclu l'an dernier.

"Notre délégation a été incitée (...) à participer aux inspections conjointes où nous avons eu l'opportunité de discuter avec les ouvriers sur leurs conditions de travail et de vie", a expliqué Kyosti Suokas, membre de l'IBB.

"Nous avons toujours été ouverts, transparents, et engagés à travailler ensemble avec nos partenaires internationaux éminemment respectés, qui partagent notre ambition de réussir le pari d'un changement durable dans la région", a expliqué Hassan Al-Thawadi, patron du comité d'organisation de la Coupe du monde au Qatar.

C'est à Al Wakrah (au sud de Doha), que Anil Kumar Pasman, un ouvrier népalais de 29 ans, avait perdu la vie après avoir été percuté par un camion en octobre 2016. Ce fut le premier décès lié à un accident du travail reconnu officiellement par les organisateurs du Mondial-2022.

Depuis l'annonce des inspections conjointes, un deuxième ouvrier, le Britannique Zac Cox, est décédé en janvier sur un autre chantier du Mondial-2022, le Khalifa International Stadium.

L'IBB, qui rassemble selon son site Internet plus de 300 syndicats et 12 millions de membres, a été autorisée à inspecter les constructions et installations qatariennes.

Depuis qu'il a obtenu l'organisation du Mondial-2022 de football (en 2010), le Qatar a dû faire face à d'importantes pressions de la part d'associations de défense des droits de l'Homme au sujet du traitement de ses travailleurs étrangers.

Cette année, le nombre d'ouvriers travaillant sur des projets directement liés au Mondial-2022 devrait passer d'environ 10.000 à plus de 30.000.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG