Liens d'accessibilité

Promotion de l'entrepreneuriat pour la 4e édition du festival Amani dans le Nord-Kivu


Un concert lors de la 4e édition du festival Amani à Goma, en RDC, le 12 février 2017. (VOA/Charly Kasereka)

Durant tout le week-end, plus 35 000 festivaliers ont chanté et danser la Paix au Festival Amani en RDC, devenu un rendez-vous annuel à Goma, capitale provinciale du Nord-kivu.

Pour cette quatrième édition, un accent particulier a été mis sur la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes à travers certains de leurs projets.

Devant un public varié, tous chantant à l’unisson autour d’un même thème: la paix.

De nombreux participants ont souligné que le festival encourage un mouvement de pacification dans la sous-région.

Abase Mawumut, journaliste burundais d'une quarantaine d'années et amateur de la culture, est venu couvrir cet événement à Goma. Pour lui, ce festival est l'occasion d’écrire autres choses que des articles sur les conflits.

"J’ai vingt ans de carrière, je suis né et j'ai grandi dans la guerre, il est temps que j’écrive sur autres choses que sur la guerre", confie-t-il, "j’interpelle nos autorités de la sous-région pour me donner cette chance".

Sous la tente VIP, les autorités politiques en profitent pour échanger, qu’elles soient de la majorité présidentielle eu de l'opposition.

"S’asseoir à coté de nos amis de la mouvance présidentielle aujourd’hui, cela veut dire que la musique peut unir malgré le clivage politique. Nous devons tous accompagner ce genre d’événement", souligne Patrick Mundeke, membre du parti politique MSR/Goma.

Selon le gouverneur Julien Paluku, le festival reste un moment d’échange et de partage entre les artistes de la région, une façon de vendre une autre image de la sous-région des Grands lacs et de la province du Nord-Kivu, associée aux conflits armés et aux violences sexuelles faites aux femmes.

Pour Vianney Bisimwa, l’un des organisateurs, convaincu que la musique peut être un message de paix, tout le monde doit du moins s’engager individuellement pour partager les valeurs pacificatrices.

À la veille de l’ouverture de cette 4e édition, un policier a tiré à balles réelles sur un des jeunes volontaires, blessant un autre lors d'une altercation à l’entrée du site du foyer culturel de Goma. Norbert Paluku dit "Djoo" est décédé des suites de ses blessures tandis que le jeune scout est toujours dans un état critique.

Malgré cet événement tragique, le Foyer culturel de Goma a réussi à réunir plus de 35 000 festivaliers pendant trois jours autour de la musique et de la danse avec des artistes de la sous-région des Grands lacs et ceux venus d’ailleurs.

Charly Kasereka, correspondant de VOA Afrique à Goma

XS
SM
MD
LG