Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Procès Weinstein: défense et accusation dévoilent leur stratégie

Harvey Weinstein, devant le palais de justice de Manhattan, le 13 janvier 2020, à New York.

Le procès de Harvey Weinstein commence pour de bon mercredi, avec côté défense des avocats décidés à saper la crédibilité de ses accusatrices, et côté accusation le soutien du mouvement #MeToo.

Après 10 jours de sélection des jurés au tribunal de Manhattan, place aux plaidoiries d'ouverture avec deux femmes en vedette de ce procès ultra-médiatisé: Joan Orbon-Illuzzi, procureure, et Donna Rotunno, principale avocate du producteur de cinéma déchu, habituée à défendre les agresseurs sexuels présumés.

Mme Rotunno a laissé entendre qu'elle mettrait en doute les motivations des deux principales accusatrices de son client: Mimi Haleyi, une ex-assistante de production qui accuse Harvey Weinstein de rapport sexuel forcé en 2006, et une femme restée anonyme jusqu'ici, qui l'accuse de l'avoir violée en 2013.

Soulignant que les deux femmes étaient restées en relation avec M. Weinstein après les agressions supposées, elle a suggéré que c'était elles qui avaient manipulé le producteur aux 81 Oscars, et non le contraire. "C'est parce qu'il avait du pouvoir qu'elles l'utilisaient encore et encore, au maximum", a-t-elle déclaré récemment au New York Times.

La défense a confirmé mardi qu'elle produirait "des dizaines et des dizaines de mails" suggérant que ses accusatrices avaient gardé une relation "aimante" avec M. Weinstein après le viol et l'agression présumés, selon des journalistes présents au tribunal.

L'avocate Gloria Allred, qui représente Mimi Haleyi, a indiqué s'attendre à ce que sa cliente subisse "un contre-interrogatoire brutal" de la part de Mme Rotunno.

- Inculpation à Los Angeles -

Ces deux agressions présumées sont les seules dont doit répondre M. Weinstein, 67 ans, lors de ce procès new-yorkais censé s'achever le 6 mars. Cependant, il a été inculpé début janvier à Los Angeles de deux autres agressions sexuelles en 2013. Même s'il était acquitté à Manhattan, ses démêlés judiciaires seraient loin d'être terminés.

Au total, plus de 80 femmes, parmi lesquelles des vedettes comme Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow ou Léa Seydoux, l'ont depuis octobre 2017 accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles, parfois lors de grands festivals de cinéma comme Cannes, Sundance ou Toronto. Mais la plupart des faits sont anciens et prescrits.

La procureure Joan Orbon-Illuzzi prévoit néanmoins de faire témoigner quatre autres femmes qui accusent le producteur d'agressions sexuelles anciennes. Parmi elles, l'actrice Annabella Sciorra, de la série "Les Soprano", qui accuse M. Weinstein de l'avoir violée en 1993.

Elle entend ainsi prouver aux jurés -sept hommes et cinq femmes- que M. Weinstein était un prédateur sexuel. S'il est condamné, ce père de cinq enfants, deux fois divorcé, risque jusqu'à la perpétuité. L'accusation ne dispose d'aucune preuve matérielle, ni de témoin direct, des agressions présumées.

Le mouvement #MeToo a eu un tel impact aux Etats-Unis depuis deux ans -avec des dizaines d'hommes de pouvoir détrônés à la suite d'abus sexuels présumés- que l'accusation espère que les jurés écouteront les victimes avec plus de bienveillance qu'autrefois.

Lors de la sélection des jurés, la défense a essayé d'écarter les jeunes femmes, au motif qu'elles ne comprendraient pas "la façon dont le monde tournait dans les années 90". Une époque où les femmes restaient souvent silencieuses sur les abus sexuels qu'elles subissaient.

Toutes les actualités

Le coronavirus continue de faire des ravages aux Etats-Unis

Le coronavirus continue de faire des ravages aux Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

L'Union africaine défend l'OMS contre les critiques de Trump

L'Union africaine défend l'OMS contre les critiques de Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Trump nie avoir mis fin à l'expédition d'équipements de protection à l'étranger

Trump nie avoir mis fin à l'expédition d'équipements de protection à l'étranger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Bernie Sanders jette l'éponge, ce sera donc Biden contre Trump en novembre

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders s'exprime lors d'un rassemblement de campagne à la Cass Technical High School à Detroit, Michigan, le 27 octobre 2019. (Photo by JEFF KOWALSKY / AFP)

"Aujourd'hui, je suspends ma campagne électorale. S'il est vrai que la campagne prend fin, la lutte pour la justice se poursuit." C'est par ce discours laconique que le sénateur Bernie Sanders s'est retiré mercredi de la course à l'investiture du parti démocrate.

Ce sera donc l'ancien vice-président Joe Biden qui affrontera le président Donald Trump en novembre.

Sanders, 78 ans, avait tenu jusqu'au bout, opposant un rude combat à l'ancien colistier de Barack Obama. Au final, le confinement imposé par le nouveau coronavirus a su venir à bout du sénateur de l'Etat de Vermont.

L'exit de Bernie Sanders a aussitôt captivé l'attention du président Trump, candidat à un deuxième mandat sous la bannière du parti républicain.

Il attribue l'échec du sénateur du Vermont à l'entêtement de la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren qui, de l'avis de Trump, a contribué à l'effritement de la gauche au profit des centristes. "Sans elle, Bernie aurait gagné presque tous les États lors du Super Tuesday !", a-t-il écrit dans un tweet.

Ancien maire de la ville de Burlington et ancien représentant, Bernie Sanders n'est pas officiellement membre du parti démocrate.

Masques à l'appui, les électeurs du Wisconsin ont voté dans la discipline

Masques à l'appui, les électeurs du Wisconsin ont voté dans la discipline
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG