Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Primaires démocrates: Sanders remporte trois victoires face à Clinton

Le candidat démocrate sénateur Bernie Sanders pose pour des photos lors d'un rassemblement de nuit de caucus à Des Moines, Iowa, 1er février 2016.

Le sénateur américain Bernie Sanders a largement battu Hillary Clinton lors des primaires démocrates en Alaska, dans l'Etat de Washington et à Hawaï samedi, mais reste toujours largement distancé par sa rivale dans la course à l'investiture à la Maison Blanche

Les chaînes de télévision américaines ont donné dimanche Bernie Sanders largement gagnant lors du caucus, réunion d'électeurs votant à bulletins secrets, à Hawaï, avec 71% des voix contre 29% à l'ancienne secrétaire d'Etat pour 25 sièges de délégués.

Dans l'Etat de Washington (nord-ouest), gros morceau de la journée de samedi, avec 101 délégués en jeu pour l'investiture démocrate, le sénateur du Vermont était donné gagnant avec 72,1% des votes face à sa rivale qui n'a obtenu que 27,7%.

Sa victoire a été encore plus éclatante en Alaska, à l'extrême nord du pays, où 16 sièges de délégués étaient en jeu: il était donné gagnant à 79,2% contre 20,8% pour Clinton.

Mais pour rattraper et surpasser Hillary Clinton, Bernie Sanders devrait remporter les primaires restantes avec de très fortes majorités. Il a certes obtenu près de 80% des voix dans plusieurs petits Etats, mais de grands Etats à venir lui sont défavorables (New York, Pennsylvanie, Maryland en avril).

"Merci, l'Alaska! Ensemble, nous adressons un message: ce gouvernement nous appartient à tous", a tweeté Bernie Sanders, remerciant également les votants de l'Etat de Washington.

"Nous diminuons clairement l'avance de la secrétaire d'Etat Clinton et avec beaucoup de votes à venir ici dans le Wisconsin, nous avons une voie claire vers la victoire", avait-t-il auparavant lancé, sous les cris de "Bernie! Bernie!" de partisans enthousiastes, lors d'un meeting de campagne à Madison, dans le Wisconsin (nord), où aura lieu la prochaine étape de la primaire démocrate.

"Il est difficile de nier que notre campagne bénéficie d'une bonne dynamique", a insisté le candidat de 74 ans.

Bernie Sanders a organisé de grands meetings dans trois régions de l'Etat de Washington cette semaine, notamment à Seattle où il a rassemblé vendredi dans un stade de baseball une foule de 17.000 partisans, qui lui ont fait un accueil de rock-star.

"Dites haut et fort que les milliardaires ne peuvent pas tout avoir", a lancé le septuagénaire en ouverture de son discours. "Dites au monde que nous voulons un gouvernement qui nous représente tous", a poursuivi M. Sanders qui appelle à une "révolution politique".

Grands Etats favorables à Clinton

Hillary Clinton, 68 ans, n'a pas réagi dans l'immédiat à ses défaites dans le nord-ouest des Etats-Unis, où la participation a été très forte.

"Les gens arrivent en traîneau à chien, en surf, en Birkenstock (sandales à l'image baba cool) par milliers vers les sites où se tiennent des caucus aujourd'hui (samedi) en Alaska, à Hawaï et à Washington pour voter en faveur de Bernie!", a tweeté le cinéaste de gauche Michael Moore, qui soutient Sanders.

Seattle, la métropole du Nord-Ouest, et l'une des plus à gauche du pays, se classe première sur 50 villes américaines dans les donations à Sanders par habitant, d'après un sondage publié la semaine dernière.

A ce jour, plus de la moitié des délégués démocrates ont été distribués au terme d'une trentaine de primaires, auxquels s'ajoute l'appui déclaré de près de 500 "super délégués" à l'ancienne secrétaire d'Etat, ces responsables et élus démocrates qui voteront à la convention d'investiture dans quatre mois.

Mme Clinton affichait jusqu'à samedi 1.711 délégués au total contre 952 pour le sénateur du Vermont, selon l'estimation de CNN (2.383 requis pour l'investiture).

Les semaines à venir seront relativement calmes. Des primaires auront lieu le 5 avril (Wisconsin) et le 9 avril (Wyoming), avant les grands rendez-vous de New York (19 avril) et d'un nouveau "super mardi" le 26 avril dans cinq Etats.

La convention d'investiture démocrate se tiendra à Philadelphie fin juillet.

Avec AFP

Toutes les actualités

La gestion du coronavirus, un enjeu majeur de la présidentielle américaine

La gestion du coronavirus, un enjeu majeur de la présidentielle américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

La commission des débats va couper les micros des candidats

La commission des débats va couper les micros des candidats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Le Sénat votera lundi sur la juge nommée par Trump à la Cour suprême

La juge Amy Coney Barrett, candidate du président Donald Trump à la Cour suprême, au centre, rencontre le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, au Capitole, le 29 septembre 2020 à Washington.

Le Sénat américain se prononcera lundi, huit jours avant l'élection présidentielle, sur la candidature de la juge Amy Coney Barrett nommée par Donald Trump à la Cour suprême, a annoncé mardi le chef de la chambre haute du Congrès.

"Nous voterons lundi prochain pour confirmer la juge Barrett", a déclaré le sénateur républicain Mitch McConnell lors d'un point-presse.

"Cela sera un autre accomplissement majeur dans notre effort pour nommer dans les tribunaux fédéraux des hommes et des femmes qui croient en la notion étrange que leur travail de juge est de suivre la loi", a-t-il ajouté.

La magistrate conservatrice de 48 ans a été désignée le 26 septembre par le président républicain pour succéder à l'icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg décédée huit jours plus tôt.

Malgré l'opposition des démocrates qui voulaient attendre le verdict des urnes, Donald Trump et ses alliés républicains ont avancé à marche forcée pour obtenir l'aval du Sénat - obligatoire en vertu de la Constitution - avant le scrutin du 3 novembre.

La juge Barrett a été entendue pendant trois jours la semaine dernière par la commission judiciaire du Sénat.

Cette brillante juriste, venue avec six de ses sept enfants, a reconnu que sa foi catholique jouait un rôle important dans sa vie, mais a juré la tenir à distance dans son travail de juge.

Sous un feu nourri mais courtois de questions, elle a toutefois refusé de révéler ses positions sur un certain nombre de sujets brûlants, à commencer par le droit à l'avortement.

La commission judiciaire doit se retrouver jeudi pour un premier vote de procédure qui permettra d'entamer le lendemain les débats en séance plénière. Plusieurs étapes seront nécessaires avant de passer au vote final, le lundi.

Compte-tenu de la majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100), et malgré la défection annoncée de deux sénatrices républicaines, la juge Barrett est quasiment assurée d'être confirmée.

Elle pourrait prêter serment dans la foulée et rejoindre le temple du Droit à la veille de l'élection.

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride

Course à la Maison Blanche: difficile d'être élu sans gagner la Floride
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG