Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

Présidentielle en Mauritanie: Amnesty demande aux candidats de s'engager pour les droits de l'homme

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz à Bamako, le 2 juillet 2017.

Amnesty International et des ONG actives en Mauritanie ont appelé lundi les six candidats à la présidentielle à signer un manifeste contenant 12 engagements en faveur des droits humains, et notamment de combattre l'esclavage et les violences faites aux femmes, à trois semaines du scrutin.

"Il faut que le prochain président mauritanien s'attaque de toute urgence à la situation déplorable du pays en matière de droits humains", ont déclaré dans un communiqué Amnesty International, le Forum des organisations nationales de droits humains (FONADH) et 31 organisations locales de défense des droits humains.

Six candidats, dont celui du parti au pouvoir, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, compagnon de toujours du président Mohamed Ould Abdel Aziz (dont le mandat s'achève en août et qui ne peut se représenter au terme de son second mandat), sont en lice pour le premier tour de la présidentielle, prévu le 22 juin.

Ce scrutin devrait marquer la première passation de pouvoir entre un président sortant et son successeur élu dans ce pays désertique d'Afrique de l'Ouest, qui a connu de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008 et où la charia est la source du droit.

Dans leur communiqué, ces organisations appellent tous les candidats à "signer un manifeste contenant 12 engagements en faveur de la promotion et de la protection des droits humains en Mauritanie".

Le prochain président devra adopter "une position plus ferme à l'égard de l'esclavage, de la traite des êtres humains et des attaques contre le droit à la liberté d'expression, y compris les manoeuvres d'intimidation et le harcèlement visant les défenseurs des droits humains qui dénoncent la discrimination", estime ces organisations.

Le point 3 du manifeste proposé à la signature des candidats stipule qu'une "loi pour lutter contre la violence faite aux femmes sera adoptée dès la première année du mandat", alors qu'une loi visant à mettre fin aux "discriminations liées au genre" a été rejetée par deux fois --janvier 2017 et décembre 2018-- par l'Assemblée nationale.

Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie. Mais le phénomène persiste, selon des ONG, notamment sous la forme de cession gratuite par les descendants d'esclaves d'une partie de leur récolte à leurs maîtres traditionnels, de mariage forcé d'esclaves et même de vente.

En août 2015, la Mauritanie a adopté une nouvelle loi faisant de l'esclavage un "crime contre l'humanité", réprimé par des peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

La population de ce pays de 4,5 millions d'habitants se compose de communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes (Peuls, Soninkés ...).

Jusqu'à 43.000 personnes en Mauritanie étaient encore réduites en esclavage en 2016, soit environ 1% de la population totale, selon un rapport d'Amnesty publié le 22 mars, citant des estimations d'organisations spécialisées.

Toutes les actualités

Même la mort ne freine pas la ruée vers l’Europe

Même la mort ne freine pas la ruée vers l’Europe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:08 0:00

Une militante mauritanienne distinguée par un prix pour les droits humains

Des femmes attendent de charger leurs chariots avec des sacs de riz et des bouteilles d'huile de cuisson dans un centre de distribution alimentaire géré par "Action contre la faim" à Tarenguel, région du Gorgol, en Mauritanie le 30 mai 2012. REUTERS / Susana Vera

Une militante mauritanienne des droits des femmes et des minorités, Mekfoula Mint Brahim, a reçu jeudi le prix pour l'Afrique décerné par l'ONG internationale Front Line Defenders pour les défenseurs des droits humains en danger.

Dans un communiqué, l'organisation salue "son travail de promotion des droits des femmes, de soutien au développement communautaire et de protection des droits des minorités".

"Mekfoula est une défenseuse des droits humains courageuse qui s'attaque à certains des problèmes les plus épineux de la société mauritanienne et le fait avec dignité et grâce", affirme le directeur exécutif de l'ONG, Andrew Anderson, cité dans le texte. "Elle est un modèle pour toute une génération de jeunes Mauritaniens", selon lui.

Dans une interview à l'AFP à Nouakchott jeudi, Mekfoula Mint Brahim a dit se sentir en danger et s'inquiéter de "l'évolution islamiste de la société". Elle a appelé à la séparation de la religion et de l'Etat et "un Etat laïc".

Mekfoula Mint Brahim est "la présidente de +Pour une Mauritanie verte et démocratique+, une organisation de défense des droits humains fondée en 2009, qui mène des projets pour l'autonomisation des femmes dans les zones rurales", rappelle l'ONG.

Elle fait également partie de l'Alliance pour la refondation de l'État mauritanien (Arem), créée en début d'année, qui prône la bonne gouvernance et la lutte contre l'impunité.

Elle a été arrêtée et détenue deux fois en février, avec d'autres militants des droits humains, "pour avoir organisé chez elle une réunion de +Pour une Mauritanie verte et démocratique+ et d'Arem", souligne Front Line Defenders.

Après avoir travaillé pendant 10 ans pour la Société nationale industrielle et minière (Snim), elle a démissionné, au moment où elle éprouvait le besoin d'affronter les forces qui restreignent les libertés des femmes, a-t-elle expliqué à l'AFP.

"J'étais révoltée contre la société, ses dogmes, les rôles qu'elle donne à la femme, son mode de vie étouffant", a-t-elle dit, citant "la privation du choix de son mari ou la limitation de ses déplacements, suivant une lecture erronée de la charia", la loi islamique, sur laquelle est fondée le droit mauritanien.

Sur ce plan, elle a croisé le fer avec les oulémas locaux, leur reprochant "leur lecture de la charia, appliquant de vieux concepts".

L'ex-président mauritanien Aziz à nouveau interrogé par la police

L'ex président Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie à New Delhi, en Inde, le 28 octobre 2015. (AP Photo/Saurabh Das)

L'ancien chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, sous le coup d'une enquête sur des soupçons de corruption sous sa présidence, était à nouveau entendu lundi par la police, d'après une source policière et son avocat.

L'ancien président, qui a dirigé de 2008 à 2019 ce pays sahélien en grande majorité désertique, avait déjà été interrogé pendant une semaine en août. Il a été "convoqué au commissariat dimanche", a indiqué lundi une source policière ayant requis l'anonymat.

Comme lors de ses premières auditions, l'ancien homme fort de la Mauritanie "a refusé de répondre aux questions des enquêteurs, conformément à sa ligne de défense", a déclaré l'un de ses avocats, Taghioullah Aïda, selon qui l'interrogatoire était toujours en cours lundi.

Selon des médias mauritaniens, l'ancien président, tombé en disgrâce depuis l'accession au pouvoir de Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, élu en août 2019 et dont M. Aziz a été le mentor, a cette fois été confronté à plusieurs de ses ex-collaborateurs, dont un ancien Premier ministre.

Son avocat n'a pas confirmé qu'une telle confrontation a eu lieu mais estimé que celle-ci serait en tout état de cause "inutile".

Le parquet mauritanien a accusé vendredi M. Aziz de "retarder" par son silence la procédure, déclenchée à la suite d'une commission d'enquête parlementaire chargée de se pencher sur plusieurs dossiers de ses années au pouvoir: gestion des revenus pétroliers, vente de domaines de l'Etat, liquidation d'une société publique ou encore activités d'une société chinoise de pêche.

Au terme de son interrogatoire en août, il n'a pas été inculpé, mais son passeport a été retenu et il lui a été interdit de quitter le secteur ouest de Nouakchott, où il a sa résidence. Ces restrictions ont été renouvelées vendredi par le parquet, selon le communiqué.

L'ex-président avait dénoncé à l'issue de son premier interrogatoire "un règlement de compte" et "une détention arbitraire". Il est toujours "victime d'une violation flagrante de ses droits fondamentaux, dont celui de circuler, alors qu'il n'est ni accusé, ni mis en examen", a dit lundi son conseil.

"Il jouit de son immunité de président qui le protège de ces tracasseries. Seule la Haute Cour de Justice peut le convoquer et le juger. Il est prêt à répondre à cette cour et à se soumettre à son verdict", a ajouté Me Aïda.

Les États-Unis allouent 152 millions de dollars en aide pour le Sahel

Des déplacés d’Arbinda, une localité du Sahel, à Dori, le 7 octobre 2019 (VOA/Lamine Traoré)

Les États-Unis ont annoncé une nouvelle aide de près de 152 millions de dollars pour quatre pays du Sahel, à savoir le Niger, le Mali et le Burkina Faso, et la Mauritanie. Ces pays font face à des déplacements massifs de populations et à l'insécurité alimentaire à cause des conflits dans la région.

Plus de 85 millions de dollars proviennent de l'Agence USAID et près de 67 millions de dollars du département d'État.

C’est une aide pour les personnes déplacées, les réfugiés et les communautés qui les accueillent.

Elle comprend de la nourriture, des abris d'urgence; l'accès aux soins de santé primaires, des fournitures médicales, des produits pharmaceutiques et de l'eau potable et des moyens de subsistance.

En outre, le gouvernement américain travaille avec ses partenaires non gouvernementaux et les Nations Unies pour améliorer les infrastructures d'approvisionnement en eau dans les camps de déplacés, fournir des kits d'hygiène et garantir que ces déplacés ont accès à des latrines appropriées.

Parce que les femmes et les enfants sont les plus vulnérables pendant les conflits, Washington finance aussi une aide nutritionnelle pour les enfants de moins de cinq ans.

Voir plus

XS
SM
MD
LG