Liens d'accessibilité

Poutine et Rohani saluent la "victoire" à Alep


Le président russe lors d'une conférence à Moscou en Russie, le 23 décembre 2016.

Les présidents iranien et russe, Hassan Rohani et Vladimir Poutine, ont salué la "victoire de l'armée syrienne contre les terroristes à Alep" lors d'un entretien téléphonique samedi soir, a rapporté dimanche le site de la présidence iranienne.

"La victoire de l'armée syrienne a pour message que les terroristes ne peuvent atteindre leurs objectifs", a déclaré le président iranien. "Il faut empêcher que les terroristes utilisent le cessez-le-feu pour reprendre des forces et créer de nouvelles bases dans d'autres régions en Syrie".

Selon le communiqué officiel, le président Poutine a également "salué la victoire de l'armée syrienne" en ajoutant que "la coopération entre Téhéran et Moscou (...) allait se poursuivre".

L'Iran et la Russie, tout comme le gouvernement syrien, qualifient de "terroristes" tous les groupes rebelles qui se battent en Syrie.

"Le résultat de cette coopération est une grande victoire dans la lutte contre le terrorisme international", a ajouté le président russe.

Téhéran et Moscou soutiennent politiquement, financièrement et militairement le régime du président syrien Bachar al-Assad.

L'armée syrienne a annoncé jeudi soir la reprise de la moitié de la deuxième ville de Syrie Alep qui lui échappait depuis juillet 2012, après une offensive dévastatrice d'un mois qui a abouti à l'évacuation de dizaines de milliers de résidents et d'insurgés vers des régions rebelles du nord du pays.

L'intervention militaire de la Russie en septembre 2015 a permis aux troupes du régime, alors en déroute, d'inverser la situation face aux insurgés.

L'Iran a de son côté envoyé en Syrie des "conseillers militaires" et des volontaires qui se battent contre les groupes rebelles syriens et les jihadistes.

MM. Poutine et Rohani ont également réaffirmé que des "négociations" de paix inter-syriennes devaient commencer au Kazakhstan, sans donner plus de détails.

Astana, la capitale du Kazakhstan a déjà abrité des rencontres entre des représentants du régime de Damas et des personnalités de l'opposition tolérée par le régime.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG