Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Plusieurs centaines de ressortissants d'Afrique de l'Ouest interpellés

Marche de femmes contre l'éventuel 3ème mandat d'Alpha Condé à Conakry le 23 octobre 2019.

Des centaines de ressortissants de pays d'Afrique de l'Ouest ont été interpellés ces derniers jours par la Guinée, qui dénonce les "infiltrations de corps étrangers" alors que le pays traverse une crise politique.

Mais cette affaire pourrait être liées aux pratiques controversées d'une société de vente directe...Mardi et mercredi, les policiers ont interpellé 141 personnes qui étaient "confinées dans des concessions" dans la périphérie de Conakry: 84 Bissau-guinéens, 46 Sénégalais, neuf Guinéens, un Burkinabé et un Gambien, a indiqué le gouvernement.

D'autres opérations ont eu lieu dans plusieurs région du pays, portant à 300 environ le nombre de personnes interpellées.

"Cette opération prouve à suffisance la récurrence d'infiltration de corps étrangers tant à Conakry que dans des grandes villes de l'intérieur du pays", estime le gouvernement, alors que la Guinée connait une vague de manifestations contre un projet de troisième mandat attribué au président Alpha Condé qui ont fait une dizaine de morts.

L'action de la police et de la gendarmerie vise à "débarrasser la Guinée des mauvaises graines qui n'ont rien à faire ici en cette période de troubles", a déclaré dimanche à l'AFP un haut responsable de la police ayant requis l'anonymat.

Un responsable de la présidence, le lieutenant-colonel Fodé Bakary Cissé, a toutefois donné une version différente, mêlant aux questions de sécurité celle de la lutte contre les pratiques jugées douteuses d'une multinationale de la vente directe bien implantée en Afrique, Qnet.

Cette société, dont le siège est à Hong-Kong, aurait attiré en Guinée des jeunes de plusieurs pays et leur aurait vendu des produits divers, à charge pour eux de les revendre à leur entourage.

"Nous nous regroupons dans une concession parce que nous sommes dans un système. Quand vous achetez un produit, l'entreprise vous demande d'écouler deux autres produits. Si vous faites cela, la société va vous accorder des avantages", a expliqué Satigui Camara, l'un de ces vendeurs.

"Tout le monde a compris qu'il ne s'agit pas d'un simple commerce en ligne", a déclaré M. Cissé, chef de division au secrétariat de la Présidence chargé des services spéciaux. "Les responsables de Qnet vont devoir rembourser toutes les victimes. Nous sommes en face d'une situation sécuritaire nationale et chaque citoyen doit y veiller", a-t-il ajouté.

"En Guinée comme dans d'autres pays Africains, il se trouve que le modèle d'affaire de Qnet est méconnu, ce qui ouvre la brèche à des incompréhension et à l'assimilation à des modèles illégaux tels que les plans pyramidaux", s'est défendu un responsable de la société, en dénonçant une "campagne de dénigrement" orchestrée selon lui par de hauts responsables guinéens.

Avec AFP

Toutes les actualités

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Retour d'Ebola: les experts optimistes

Retour d'Ebola: les experts optimistes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:48 0:00

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Début de la vaccination anti-Ebola en Guinée

Des agents de la santé, vêtus d’équipement de protection contre le virus Ebola, transportent sur une civière les restes d'un enfant nouveau-né suspecté mort après avoir contracté l’épidémie, à Dubreka, Guinée, le 19 juin 2015

Plus de 11.000 doses de vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola sont arrivées lundi soir par avion en Guinée pour commencer mardi la vaccination après la réapparition de la maladie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Les 11.300 doses de vaccin Merck fournies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) devaient initialement atterrir dimanche, mais l'avion en provenance de Genève a été empêché de se poser par d'épais nuages saisonniers de poussière et a été dérouté sur le Sénégal et Dakar.

Un avion de United Mining Supply, entreprise de transport et de logistique spécialisée dans l'activité minière en Guinée, a été dépêché au Sénégal pour assurer le transbordement et convoyer les vaccins.

Les lourds cartons frappés du sigle OMS ont été débarqués en Guinée après 20H00 (locales et GMT), a rapporté un correspondant de l'AFP.

Une partie d'entre eux doit continuer son chemin vers Gouecké et Nzérékoré (sud-est), en Guinée forestière, région voisine de la Sierra Leone, du Liberia et de la Côte d'Ivoire où Ebola a récemment fait cinq morts.

C'est la première résurgence d'Ebola en Afrique de l'Ouest depuis l'épidémie de 2013-2016 qui a causé plus de 11.300 décès, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Ebola est également réapparu récemment en République démocratique du Congo.

La vaccination est prévue à partir de mardi à Conakry et en Guinée forestière.

Mercredi, 8.700 doses supplémentaires sont attendues en Guinée en provenance des Etats-Unis.

Le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG