Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Paul Ryan officiellement président de la Chambre des représentants américaine

Le républicain Paul Ryan (centre) lors de son élection, Washington, 29 octobre 2015.

San surprise, il a été élu ce jeudi. Il devient le nouvel homme fort du Congrès et l'interlocuteur principal du président démocrate Barack Obama jusqu'à la fin de son mandat.

Les représentants ont élu Paul Ryan, 45 ans, avec 236 voix, contre 184 pour la démocrate Nancy Pelosi. Neuf des 247 républicains ont voté pour le conservateur Daniel Webster. Paul Ryan succède à John Boehner, poussé à la démission par l'aile conservatrice du groupe républicain.

Son élection doit permettre au parti conservateur de tourner la page de cinq années de guerre intestine, et de plus d'un mois de tourmente au sein du parti majoritaire.

Paul Ryan représente une circonscription du Wisconsin depuis son élection en 1998. Il avait été désigné mercredi par le groupe pour succéder à John Boehner, qui a annoncé fin septembre à la surprise générale qu'il entendait partir à la retraite, cédant aux pressions de l'aile ultra-conservatrice du parti républicain.

Cette faction de frondeurs contestait non un manque de conservatisme, mais la stratégie selon eux accommodante de leurs chefs de file avec Barack Obama, qui dispose d'un pouvoir de veto contre ce que vote le Congrès.

Paul Ryan, un ultra-libéral qui fut le colistier de Mitt Romney à la présidentielle de 2012, a pour mission de regagner la confiance du Tea Party en démocratisant la gestion de l'institution.

"C'est le début d'un nouveau jour dans la Chambre des représentants", a déclaré Paul Ryan mercredi après avoir été désigné par ses collègues. "Nous allons avancer. Nous allons nous unifier".

Il est le Monsieur Budget des républicains, auteur de plusieurs projets de budgets dénoncés par les démocrates pour leur austérité.

Le président sortant de la Chambre, John Boehner (prononcer: "Bai-neure"), 65 ans, a prononcé peu avant son discours d'adieu au Congrès, où il fut élu pour la première fois en 1990.

Ce fils de barman de l'Ohio qui dit avoir toujours travaillé depuis qu'il a huit ou neuf ans symbolisait une génération d'hommes politiques plus habituée que les élus plus récents à "se salir les mains" en négociant des compromis avec les adversaires démocrates.

Enumérant les accomplissements de la majorité républicaine depuis la reconquête de 2010, il n'a fait qu'une allusion détournée aux nombreuses crises qui ont émaillé la relation avec la Maison Blanche autour du budget.

"J'ai fini par comprendre une chose: la bataille sur la taille et le rôle de l'Etat dure depuis plus de 200 ans. Et les forces du statu quo mettent toute leur énergie à empêcher le changement. Le vrai changement prend du temps", a déclaré John Boehner, qui s'émeut facilement lors de ses interventions publiques. Il avait apporté une boîte de mouchoirs.

Et de prodiguer un conseil à son successeur et aux intransigeants du Tea Party pour qui il ne cachait pas, en privé, son mépris: "la liberté rend toutes les choses possibles. Mais la patience est ce qui rend les choses réelles".

Avec AFP

Toutes les actualités

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Roland-Garros: un possible 8e de finale entre Azarenka et S. Williams

La Biélorusse Victoria Azarenka (D) et l'Américaine Serena Williams (G) après leur match de demi-finales en simple féminin du tournoi de tennis américain 2020 à l'USTA Billie Jean King National Tennis Center, le sept 2020; New York/Danielle Parhizkaran-USA TODAY Sports

L'Américaine Serena Williams, en quête d'un 24e titre du Grand Chelem à Roland-Garros, et la Biélorusse Victoria Azarenka, de retour au premier plan, pourraient se retrouver en huitièmes de finale à Paris, où le tirage au sort a été effectué jeudi.

Placées dans le même quart de tableau, les deux trentenaires (38 ans pour Williams, 31 pour Azarenka) auront trois tours à franchir pour s'offrir une revanche de la dernière demi-finale de l'US Open, remportée par Azarenka (1-6, 6-3, 6-3). Sa première victoire en Grand Chelem, après 10 échecs, face à l'ancienne reine incontestée du circuit, moins dominatrice depuis 2018.

Dans la moitié de tableau la plus relevée, la rescapée pourrait être opposée à l'Ukrainienne Elina Svitolina, tête de série N.3, en quarts de finale. Si la logique est respectée, l'élue de ce quart de tableau affrontera pour une place en finale la Roumaine Simona Halep, tête de série N.1 en l'absence de l'Australienne Ashleigh Barty, lauréate de l'édition 2019 qui a préféré ne pas faire le déplacement dans le contexte sanitaire actuel.

Sans Naomi Osaka, N.3 mondiale et vainqueur début septembre à l'US Open, l'autre moitié de tableau semble très ouverte. Surtout si Karolina Pliskova, tête de série N.2, ne se remet pas correctement de sa blessure à la cuisse gauche qui l'a obligée à déclarer forfait en finale à Rome.

Deux policiers ont été blessés à Louisville dans le Kentucky

Deux policiers ont été blessés à Louisville dans le Kentucky
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Deux policiers blessés par balle à Louisville dans l'État du Kentucky

La police et les manifestants convergent lors d'une manifestation, le mercredi 23 septembre 2020, à Louisville, Kentucky. (AP Photo/John Minchillo)

Deux policiers ont été blessés par balle et un suspect a été interpellé dans la ville américaine de Louisville, où se déroulait mercredi soir une manifestation antiraciste liée à la mort de l'Afro-Américaine Breonna Taylor en mars, a indiqué la police.

"Deux agents de police ont été blessés par balle. Ils sont en train d'être soignés à l'hôpital University", a précisé le chef par intérim de la police de Louisville, Robert Schroeder, lors d'une conférence de presse, ajoutant que leur état était stable et que leur vie n'était a priori pas menacée.

Les noms des agents ou du suspect n'ont pas été communiqués.

Voir plus

XS
SM
MD
LG