Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Paul Kagame considère que le "système judiciaire opère librement"


Le président rwandais, Paul Kagame, prend la parole lors de la cérémonie d’ouverture du Forum sur la coopération Chine-Afrique au Grand Palais du Peuple à Beijing, le 3 septembre 2018.

Le président rwandais Paul Kagame, dont le pays a été récemment nommé à la tête de la Francophonie, a critiqué dimanche à Paris de récentes déclarations de la secrétaire générale sortante de l'OIF, Michaëlle Jean, commentant le procès d'une opposante rwandaise, Diane Rwigara.

Le 8 novembre, la Canadienne Michaëlle Jean, encore en fonctions mais bientôt remplacée à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) par la Rwandaise Louise Mushikiwabo, a tweeté : "Suivons avec la plus grande attention le procès intenté au #Rwanda contre l'activiste en faveur de la liberté d’expression #DianeRwigara et de sa mère libérées provisoirement début octobre, accusées devant un tribunal de Kigali d’'incitation à l’insurrection'".

Elle faisait référence au fait que le parquet rwandais avait le 7 novembre requis 22 ans de prison contre Diane Rwigara, 37 ans, opposante et critique du président Kagame accusée d'incitation à l'insurrection et de falsification de documents, des charges qu'elle conteste vigoureusement.

Le parquet rwandais a également demandé 22 ans de réclusion contre sa mère, Adeline Rwigara, "pour incitation à l'insurrection et promotion du sectarisme".

"Notre système judiciaire opère librement, tout le monde devrait le savoir (...) Cette question n'a rien à voir avec la Francophonie", a déclaré en anglais M. Kagame à un journaliste de l'AFP qui l'interrogeait à propos du tweet de Mme Jean.

Diane Rwigara (C), critique du président rwandais Paul Kagame, s'entretient avec son avocat, Pierre Buhuru, devant la Haute Cour de Kigali, au Rwanda, le 7 novembre 2018.
Diane Rwigara (C), critique du président rwandais Paul Kagame, s'entretient avec son avocat, Pierre Buhuru, devant la Haute Cour de Kigali, au Rwanda, le 7 novembre 2018.

M. Kagame s'exprimait en marge du Forum de Paris sur la paix, organisé dimanche après la cérémonie de commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale qui s'est tenue dimanche matin dans la capitale française et à laquelle M. Kagame a participé aux côtés de plus de 70 chefs d'Etat et de gouvernement.

Diane Rwigara avait tenté de participer à l'élection présidentielle de 2017 contre M. Kagame mais sa candidature avait été invalidée par la commission électorale. Elle a à plusieurs reprises dénoncé la situation des droits de l'homme dans son pays et accusé le gouvernement rwandais de maquiller les chiffres de l'économie pour les enjoliver.

M. Kagame, crédité de l'important développement d'un pays exsangue au sortir du génocide de 1994, est régulièrement accusé de bafouer la liberté d'expression et de museler toute opposition.

Il a été réélu le 4 août 2017 pour un nouveau mandat de sept ans avec près de 99% des voix. Une réforme de la Constitution adoptée par référendum fin 2015 lui permet de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

La candidature du Rwanda à la tête de l'OIF - dont l'une des missions est de contribuer au renforcement de la gouvernance démocratique, de l’État de droit et du rôle de la société civile - avait suscité des critiques, d'abord sur les droits de l'homme.

Le Rwanda avait aussi donné l'impression de s'éloigner de la France en remplaçant en 2008 le français par l'anglais comme langue d'enseignement obligatoire à l'école, puis en rejoignant le Commonwealth en 2009.

Interrogé à ce sujet, le président Kagame a déclaré dimanche à l'AFP que "le français n'avait jamais disparu des écoles rwandaises et que son enseignement continuerait".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG