Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Libération sous caution d'une opposante de Kagame


Diane Shima Rwigara escortée par des policières dans une salle d'audience à Kigali, au Rwanda, le 11 octobre 2017.

La justice rwandaise a ordonné la libération sous caution de l'opposante Diane Rwigara, farouche critique du président Paul Kagame, après avoir été emprisonnée plus d'un an dans l'attente de son procès.

Diane Rwigara, 37 ans, est poursuivie pour falsification de documents dans le cadre de sa tentative de participation à la présidentielle d'août 2017, ainsi que pour incitation à l'insurrection. Elle avait été arrêtée en même temps que sa mère.

Trois juges ont estimé que l'accusation avait échoué à présenter des preuves crédibles pour maintenir les deux femmes en détention, et ordonné leur libération immédiate sous caution.

Cette décision a été accueillie par des cris de joie de proches présents au tribunal. La libération sous caution prévoit l'interdiction pour l'opposante et sa mère de voyager hors de Kigali ainsi que la remise de leurs passeports aux autorités.

Leur procès doit reprendre en novembre. L'incitation à l'insurrection est passible d'une peine de quinze ans de prison. La falsification de documents et les pratiques sectaires sont passibles de peines de 7 ans de prison.

Une soeur de Diane, Anne Rwigara, qui avait été brièvement détenue avec les deux femmes l'année dernière avant d'être relâchée faute de charges, a salué "cette très bonne surprise". "Elles sont innocentes et nous savons que les charges pesant contre ma soeur et ma mère sont fausses et qu'elles ont été montées pour des raisons politiques".

Cette décision a également été saluée par des responsables de l'opposition dans le pays, comme Victoire Ingabire, qui a récemment bénéficié d'une grâce présidentielle après avoir purgé huit ans de prison après une condamnation à quinze ans pour trahison et déni du génocide.

"L'arrestation de Rwigara a été politiquement motivée et je suis heureuse qu'elle et sa mère aient été libérées (...) C'est le signe que le Rwanda est en train de gagner en maturité politique", a déclaré Mme Ingabire.

M. Kagame, crédité de l'important développement d'un pays exsangue au sortir du génocide de 1994, est régulièrement accusé de bafouer la liberté d'expression et de museler toute opposition. Il a été réélu le 4 août 2017 pour un nouveau mandat de sept ans avec 98,7% des voix.

Diane Rwigara est la fille d'Assinapol Rwigara, un important entrepreneur rwandais qui avait fait fortune dans l'industrie et l'immobilier.

Dans les années 1990, il avait largement financé le Front patriotique rwandais (FPR) de M. Kagame avant que celui-ci ne renverse le pouvoir extrémiste hutu en juillet 1994, mettant fin au génocide.

Diane Rwigara avait pris ses distances avec le FPR après le décès de son père en février 2015, dans un accident de la route, selon la police. Elle avait contesté cette version et dénoncé un "assassinat". Selon son frère installé aux Etats-Unis, Aristide Rwigara, le gouvernement tente en s'en prenant à sa famille de mettre la main sur la fortune de son père.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG