Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La Rwandaise Louise Mushikiwabo confiante pour son élection à la tête de la francophonie


La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à son bureau, à Kigali, le 2 août 2018.

"J'ai beaucoup de soutiens pour ce poste" et "pas seulement au niveau du continent" africain, a assuré la cheffe de la diplomatie rwandaise, qui fait figure de favorite face la secrétaire générale sortante, la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession.

La Rwandaise Louise Mushikiwabo, candidate à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), s'est dite jeudi forte de nombreux soutiens et "confiante" dans l'issue du scrutin organisé en octobre en Arménie, dans un entretien à TV5 Monde.

"J'ai beaucoup de soutiens pour ce poste" et "pas seulement au niveau du continent" africain, a assuré la cheffe de la diplomatie rwandaise, qui fait figure de favorite face la secrétaire générale sortante, la Canadienne Michaëlle Jean, candidate à sa propre succession.

Après "deux mois où j'ai fait un peu le tour le monde, (...) je suis confiante, je vais à Erevan avec un sourire", a ajouté Louise Mushikiwabo, à quelques semaines du sommet de l'OIF prévu les 11 et 12 octobre dans la capitale arménienne.

La diplomate rwandaise de 57 ans a notamment reçu l'appui du président français Emmanuel Macron, désireux de voir la direction de l'OIF revenir à un Africain. Elle s'est également vue assurer en juillet du "soutien collectif" des dirigeants de l'Union africaine (UA).

"J'étais très émue du soutien du continent", a-t-elle confié jeudi. "Je suis la candidate africaine et, pour moi, c'est une fierté".

Le président du Rwanda, Paul Kagame, président en exercice de l'UA, a jeté tout son poids derrière la candidature de Mme Mushikiwabo, qui a suscité des réserves.

Dénoncé notamment par certaines ONG pour des violations des droits de l'Homme, le petit pays de la région des Grands Lacs a annoncé mi-septembre la libération surprise de 2.140 prisonniers.

"Ça n'a rien à voir, vraiment, avec la Francophonie", a affirmé Mme Mushikiwabo, interrogée sur le calendrier de cette annonce.

"La libération récente de prisonniers au Rwanda a à voir avec le cours de la justice de mon pays et la prérogative du chef de l'État, dans le cadre de la Constitution du Rwanda où la grâce présidentielle est prévue", a-t-elle souligné.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG