Liens d'accessibilité

Le Pakistan, accusé par Trump, dit désirer "la paix en Afghanistan"

  • VOA Afrique

Les militaires de l'armée américain écoute le discours de Donald Trump à Fort Myer, Virginie,le 21 août 2017.

Le Pakistan, accusé par le président américain Donald Trump d'abriter des groupes insurgés destabilisant son voisin afghan, s'est défendu mardi en soulignant son "désir de paix (...) en Afghanistan".

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a souligné "le désir continu du Pakistan de travailler avec la communauté internationale pour éliminer la menace du terrorisme".

Le ministre Khawaja Muhammad Asif a "réitéré la perspective du Pakistan et son désir de paix et de stabilité en Afghanistan", lors d'une rencontre avec l'ambassadeur américain à Islamabad au sujet de la stratégie de M. Trump pour l'Afghanistan.

Dans un discours solennel très attendu, M. Trump avait annoncé lundi soir renoncer à un retrait rapide d'Afghanistan, ouvrant la voie à des renforts américains et accentuant la pression sur le Pakistan accusé d'être un repaire pour "des agents du chaos".

"Le Pakistan a beaucoup à gagner en collaborant à nos efforts en Afghanistan. Il a beaucoup à perdre en continuant à abriter des terroristes", avait-il asséné. "Cela doit changer et cela va changer immédiatement!".

L'armée pakistanaise avait pris les devants lundi, affirmant que le Pakistan, parrain historique des talibans, n'abritait plus "aucune structure organisée d'aucun groupe terroriste".

Le mois dernier, le département américain de la Défense a suspendu 50 millions de dollars d'aide militaire, jugeant qu'Islamabad ne faisait pas assez contre le réseau Haqqani, allié des talibans afghans longtemps considéré comme lié aux services secrets pakistanais.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG