Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

L'ONU condamne à une large majorité la décision américaine sur Jérusalem

Les ambassadeurs sont réunis lors de l'assemblée générale de l'ONU, à New York, le 21 décembre 2017.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi à une large majorité une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Sur les 193 pays membres, 128 ont voté pour cette résolution et neuf contre, 35 pays décidant de s'abstenir lors d'un scrutin que le président américain avait promis de scruter de près, menaçant de représailles financières ceux qui soutiendraient le texte.

Neuf pays (Etats-Unis, Israël, Guatemala, Honduras, Togo, Micronésie, Nauru, Palaos et îles Marshall) ont voté contre ce texte qui répond à une initiative des Palestiniens.

Et, signe que les menaces et pressions de Washington semblent avoir pesé, 35 Etats se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Avant le vote, plusieurs ambassadeurs interrogés par l'AFP tablaient pour une adoption plus large, avec un score oscillant entre 165 et 190 votes pour.

Le vote n'est pas contraignant et l'administration américaine a fait savoir qu'elle ne changerait pas d'avis.

"Les Etats-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l'Assemblée générale pour le seul fait d'exercer notre droit de pays souverain", a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avant le vote. "Nous nous en souviendrons quand on nous demandera encore une fois de verser la plus importante contribution" financière à l'ONU, a-t-elle lancé, menaçant à nouveau de "mieux dépenser" l'argent des Américains à l'avenir.

Donald Trump avait pris les devants mercredi. "Ils prennent des centaines de millions de dollars et même des milliards de dollars et, ensuite, ils votent contre nous", avait tempêté le président américain. "Laissez-les voter contre nous, nous économiserons beaucoup, cela nous est égal."

'Poignée de dollars'

Les Etats-Unis ne cachent pas leur colère depuis un premier vote, lundi, au niveau du Conseil de sécurité.

Ce vote "est une insulte que nous n'oublierons pas", avait lancé, l'oeil noir, Nikki Haley à ses quatorze partenaires du Conseil, dont ses alliés européens, qui avaient unanimement approuvé la condamnation de la décision américaine.

In fine, cette résolution-là n'avait pas été adoptée, les Etats-Unis ayant utilisé leur veto de membre permanent, mais l'unité des autres membres avait résonné comme un cinglant désaveu pour Washington.

A l'Assemblée générale de l'ONU, aucun pays n'a de droit de veto et les résolutions ne sont pas contraignantes.

Par avance, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait rejeté l'issue du vote, qualifiant les Nations unies de "maison des mensonges". Il s'est dit satisfait du résultat peu après le scrutin.

"Aucune résolution de l'Assemblée générale ne nous chassera de Jérusalem", a déclaré l'ambassadeur d'Israël Danny Danon au pupitre de l'ONU.

En réponse à la menace de Nikki Haley de "noter les noms" de ceux qui ont voté la résolution, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a estimé que "l'Histoire note les noms" de "ceux qui défendent ce qui est juste" et de "ceux qui mentent".

>> Lire aussi: "Nous nous souviendrons de ce vote" sur Jérusalem menace Haley à l'ONU

Le texte affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée". Il souligne que la question de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

La victoire symbolique de jeudi "réaffirme que la juste cause des Palestiniens bénéficie du soutien du droit international", a réagi le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, qui espère ainsi maximiser son poids lors d'une éventuelle reprise du processus de paix.

A l'approche du scrutin, Washington a multiplié menaces et pressions. Tweet, email, lettre... tout a été utilisé pour tenter d'empêcher un nouveau revers, mais ces avertissements ont sidéré nombre de diplomates onusiens.

"Ce n'est pas comme ça que ça marche, on vote sur des principes", confie à l'AFP un ambassadeur asiatique. "On ne peut pas voter A pendant des années et voter soudainement B", renchérit un homologue d'Amérique latine.

Résultat de ces pressions ? De nombreux pays se sont finalement abstenus, dont le Canada, le Mexique, l'Argentine mais aussi, signe de la difficulté de l'Union européenne à définir une position commune, la Pologne, la Hongrie ou la République tchèque.

Alliée des Etats-Unis, la Turquie fait en revanche partie des opposants les plus virulents à la position américaine. Son président, Recep Tayyip Erdogan, avait exhorté jeudi depuis Ankara la communauté internationale à ne pas se "vendre" pour "une poignée de dollars" face aux menaces de Donald Trump de couper des aides financières.

Israël a annexé la partie orientale de Jérusalem, dont elle a pris le contrôle pendant la guerre de 1967, puis voté une loi faisant de la Ville sainte sa capitale "indivisible". Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale et les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur Etat.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Kim Jong Un supervise l'essai d'une nouvelle arme dotée d'une "puissante ogive"

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, accompagné de deux responsables militaires16 avril 2019.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a supervisé l'essai d'une nouvelle "arme tactique guidée" avec une "puissance ogive", ont annoncé jeudi les médias d'Etat nord-coréens, alors que les doutes s'accumulent quant au processus de dénucléarisation de Pyongyang.

Cet essai a permis de vérifier le fonctionnement du "système particulier de guidage en vol et le chargement d'une puissante ogive", a affirmé l'agence officielle KCNA sans plus de détails sur la nature de l'arme.

Kim Jong Un a qualifié ce test d'"événement d'une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l'Armée populaire" nord-coréenne, selon la même source.

Le leader a lui-même "guidé l'essai de tir" qui a été dirigé sur plusieurs cibles, a ajouté l'agence officielle.

C'est la deuxième fois que la Corée du Nord affirme avoir procédé à un essai d'arme depuis le début, en 2018, de ses négociations avec les Etats-Unis sur ses programmes de missiles balistiques et d'armement nucléaire.

Pyongyang avait déjà annoncé, en novembre, avoir testé "une nouvelle arme tactique de haute technologie" dont elle n'avait pas précisé la nature. On ignore s'il s'agit de la même arme que celle du nouvel essai rendu public jeudi.

La Corée du Sud n'a rien détecté sur ses radars, a indiqué à l'AFP un responsable militaire, jugeant improbable qu'un missile ait été tiré.

"Quand la Corée du Nord lance un missile, nos radars le voient. Mais aucun missile n'a été détecté", a-t-il dit sous couvert de l'anonymat.

La présidence sud-coréenne a dit n'avoir aucun commentaire. Des responsables du Pentagone ont également refusé de s'exprimer sur cette annonce.

"La description de ce qui a été testé fait penser à un missile, mais il peut s'agir de n'importe quoi, depuis un petit missile antichar téléguidé jusqu'à un missile sol-air, en passant par un système de roquettes d'artillerie", a estimé Ankit Panda, analyste spécialisé dans les questions nord-coréennes.

L'utilisation par KCNA du terme "tactique" suggère que ces essais n'ont impliqué aucun missile balistique de longue de portée ni aucun dispositif nucléaire.

"Kim tente de faire savoir au gouvernement de Trump que son potentiel militaire grandit jour après jour", a expliqué l'analyste Jarry Kazianis, du Center for the National Interest.

- Regain d'activité à Yongbyon -

"Son régime commence à se sentir frustré par le manque de souplesse de Washington dans les récentes négociations", a-t-il ajouté.

Le professeur d'études nord-coréennes Koh Yu-hwan, de l'Université Dongguk en Corée du Sud, a estimé lui aussi que ce nouvel essai était un message adressé aux Etats-Unis pour montrer le mécontentement de Pyongyang face à l'enlisement des pourparlers.

Mais le fait qu'il ne s'agisse pas d'un missile stratégique ou d'un essai nucléaire "souligne la volonté de Pyongyang de maintenir vivant le dialogue avec Washington", a-t-il estimé.

Selon lui, le régime nord-coréen "ne peut mener un essai nucléaire ou de missile à longue portée à ce stade, à moins de vouloir faire totalement voler en éclats ce qui reste des pourparlers entre les Etats-Unis et le Nord".

L'annonce du nouvel essai intervient alors que le Centre des études stratégiques et internationales (CSIS), basé à Washington, a fait état mercredi de signes d'activité sur le complexe de Yongbyon, principal site nucléaire nord-coréen, laissant penser que Pyongyang pourrait avoir repris des opérations de retraitement de matières radioactives à des fins militaires depuis le fiasco en février du sommet entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Depuis cet échec, la Corée du Nord a indiqué qu'elle examinait ses options diplomatiques avec les Etats-Unis. Kim Jong Un s'est dit la semaine dernière ouvert à un troisième sommet avec M. Trump si Washington arrivait à la table des négociations avec "la bonne attitude".

La Corée du Nord s'est abstenue de procéder à de nouveaux tests balistiques ou nucléaires depuis le premier sommet entre MM. Trump et Kim en juin 2018 à Singapour.

Cette rencontre historique, survenue contre toute attente après des mois d'escalade militaire et d'échange d'insultes entre les deux dirigeants, avait abouti à un accord sur le désarmement nucléaire de la péninsule coréenne dont les termes étaient restés très vagues.

La deuxième rencontre, en février à Hanoï, s'était terminée de façon abrupte, sans la moindre avancée concrète ni même de déclaration.

Cette déconvenue avait soulevé des questions quant à l'avenir du processus. Au Vietnam, la Corée du Nord avait expliqué vouloir la levée des seules sanctions pesant sur les conditions de vie des Nord-Coréens. Mais les Etats-Unis avaient considéré que Pyongyang exigeait de fait la disparition des principales sanctions sans proposer grand chose de précis en retour.

Néanmoins, les deux camps avaient fait part de leur souhait de poursuivre les discussions.

Avec AFP

La cathédrale Notre-Dame de Paris dévstée

La cathédrale Notre-Dame de Paris dévstée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

L'ONU nomme un émissaire pour le Soudan

L'ONU nomme un émissaire pour le Soudan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Reprise du procès de féministes saoudiennes

La blogueuse Eman al-Nafjan, la militante des droits humains Loujain al-Hathloul et la professeure Aziza al-Yousef

Un tribunal saoudien s'apprête à reprendre mercredi ses audiences dans le procès de militantes des droits humains, quelques jours après l'annonce de nouvelles arrestations.

Onze femmes, dont la militante Loujain al-Hathloul, qui a accusé ses interrogateurs d'abus sexuels et de torture pendant près d'un an en détention, sont jugées notamment pour contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits humains.

Un panel de trois juges d'un tribunal pénal de Ryad doit répondre aux arguments de la défense, présentés par ces femmes au début du mois. Les médias et les diplomates occidentaux ne sont pas autorisés à assister aux audiences.

Les accusées devraient assister à des audiences distinctes, selon des personnes ayant accès au procès.

Les autorités de Ryad ont fait l'objet de pressions occidentales pour qu'elles libèrent ces militantes, dont la plupart ont été arrêtées il y a près d'un an dans le cadre d'une campagne de répression ayant précédé la levée historique d'une interdiction de conduire pour les femmes.

Trois d'entre elles --la blogueuse Eman al-Nafjan, la professeure retraitée Aziza al-Youssef et une autre universitaire, Rokaya al-Mohareb-- ont été libérées le 28 mars au lendemain de la deuxième audience du procès. Il s'agissait d'une libération temporaire qui ne les dispense pas d'assister au procès.

Début avril, les autorités saoudiennes ont arrêté au moins neuf écrivains, universitaires et blogueurs, dont deux ressortissants saoudo-américains, qui avaient pris position en faveur des militantes jugées, selon des activistes.

Mercredi dernier, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé avoir pressé l'Arabie saoudite de libérer les citoyens américains.

M. Pompeo, qui d'ordinaire se montre prudent lorsqu'il fait part d'inquiétudes concernant l'Arabie saoudite, alliée de Washington, a dit avoir personnellement parlé avec des responsables saoudiens "de chaque Américain dont nous savons qu'il a été arrêté à tort".

Des membres de la famille de Loujain al-Hathloul, basés à l'étranger, ont déclaré subir des pressions de la part de personnes proches de l'Etat saoudien pour qu'ils gardent le silence sur son traitement en détention.

Des proches de l'establishment saoudien ont averti que les critiques publiques des membres de famille pourraient prolonger la détention des militantes.

Les Indonésiens votent pour élire le président de la plus grande nation musulmane

Les Indonésiens font la queue pour voter dans un bidonville de Jakarta, en Indonésie, mercredi 17 avril 2019. (Photo AP / Tatan Syuflana)

Les Indonésiens ont commencé à voter mercredi pour l'élection présidentielle qui oppose le leader sortant Joko Widodo à l'ex-général Prabowo Subianto, pour prendre la tête du pays comptant la plus importante population musulmane au monde.

Les premiers bureaux de vote ont ouvert dans la province de Papouasie, dans l'est du pays, a constaté un journaliste de l'AFP, alors que 190 millions d'Indonésiens sont appelés aux urnes jusqu'à 13H00 locales (06H00 GMT).

Avec un nombre record de 245.000 candidats en lice pour la présidence, mais aussi cette année pour renouveler les parlements nationaux et locaux, l'Indonésie organise l'élection la plus importante de son histoire.

"Tout se passe bien jusqu'à maintenant et les scrutateurs sont présents", a indiqué Grace Aisyah, une représentante de l'agence de supervision du scrutin à Merauke en Papouasie.

Les derniers sondages avant le scrutin donnaient l'avantage à Joko Widodo, le président sortant de 57 ans avec une dizaine de points de pourcentage d'avance face à son adversaire, l'ex-général Prabowo Subianto, âgé de 67 ans.

L'opposition, qui a fait une campagne empreinte de nationalisme, a prévenu qu'elle pourrait contester les résultats en cas de fraude et a évoqué des manifestations.

En 2014, le président surnommé "Jokowi" avait remporté l'élection de justesse devant le même adversaire, qui avait contesté les résultats en justice avant de s'incliner.

Dans les plus de 800.000 bureaux de vote déployés sur l'archipel, les électeurs doivent percer des trous dans les bulletins pour choisir leurs candidats puis tremper leur doigt dans de l'encre certifiée halal, une mesure destinée à empêcher les votes multiples.

Cette élection est un défi logistique dans un archipel de 17.000 îles entre l'océan Indien et le Pacifique qui s'étend sur 4.800 kilomètres de l'extrémité ouest de l'île de Sumatra, en passant par Java ou Bali, jusqu'à la Papouasie, sa province la plus orientale.

De premières estimations publiées dans la journée devraient donner une indication sur le vainqueur de la présidentielle, alors que les résultats officiels ne seront publiés qu'en mai.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG