Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nouvelle bronca attendue à l'ONU contre Trump sur le Jérusalem


Le président Donald Trump lors de sa visite à Jerusalem, le 23 mai 2017.

Après le Conseil de sécurité, l'Assemblée générale de l'ONU vote jeudi sur une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël, sur fond de vives menaces de Donald Trump contre ceux qui adopteront ce texte.

"Ils prennent des centaines de millions de dollars et même des milliards de dollars et, ensuite, ils votent contre nous", a tempêté le président américain à la veille du vote. "Laissez-les voter contre nous, nous économiserons beaucoup, cela nous est égal".

La manière dont son ambassadrice à l'ONU, Nikki Haley, avait réagi lundi à ce cinglant désaveu lors d'un vote au Conseil de sécurité sur une résolution condamnant la reconnaissance était, pourtant, tout sauf indifférente.

Ce vote "est une insulte que nous n'oublierons pas", avait lancé, l'oeil noir, la diplomate à ses 14 partenaires du Conseil, dont ses alliés européens, qui avaient unanimement approuvé la condamnation de la décision de Donald Trump du 6 décembre.

In fine, le texte n'a pas été adopté, les Etats-Unis ayant utilisé leur veto de membre permanent.

>> Lire aussi: Reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël "rend la paix possible" selon Netanyahu

A l'Assemblée générale des Nations unies, qui compte 193 membres et où le vote est prévu à partir de 15h00 GMT jeudi, aucun pays n'a de droit de veto sur les résolutions, qui ne sont pas contraignantes.

L'enjeu du scrutin résidera dans le nombre d'Etats qui approuveront la résolution.

'Maison de mensonges'

Par avance, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté le résultat du vote, qualifiant les Nations unies de "maison des mensonges".

"Jérusalem est la capitale d'Israël, que l'ONU le reconnaisse ou non", a-t-il déclaré jeudi avant le vote.

Le texte, proposé par le Yémen et la Turquie, affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée". Il souligne que la question de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

>> Lire aussi: Erdogan appelle à reconnaître Jérusalem-Est comme "capitale de la Palestine"

Le double vote organisé cette semaine à l'ONU à l'initiative des Palestiniens, qui ont un statut d'observateur dans l'Organisation, vise à maximiser leur poids dans un éventuel futur plan de paix, explique un diplomate.

Interrogés par l'AFP, plusieurs ambassadeurs tablent sur un score à l'Assemblée générale oscillant entre 165 et 190 votes pour. "Si c'est 130, ce serait mauvais", précise l'un d'eux.

Si Nikki Haley n'a guère fait de lobbying au Conseil de sécurité, les Etats-Unis ont changé radicalement d'approche pour le scrutin à l'Assemblée générale, en multipliant menaces et pressions.

Tweet, email, lettre... Tout a été utilisé pour tenter d'empêcher un nouveau revers diplomatique. Jeudi, "les Etats-Unis noteront les noms", a menacé Nikki Haley dans un tweet.

"Le président observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre nous", a renchéri la diplomate dans une lettre.

'Ne vous vendez pas' à Trump

Ces avertissements américains, du président et de son ambassadrice, ont sidéré nombre de diplomates onusiens.

"Ce n'est pas comme ça que ça marche, on vote sur des principes", confie à l'AFP un ambassadeur asiatique sous couvert d'anonymat. "On ne peut pas voter A pendant des années et voter soudainement B", renchérit un homologue d'Amérique latine.

Avec ces pressions, "les Etats-Unis peuvent avoir une dizaine d'abstentions de pays qui pourraient aussi choisir de ne pas aller voter", estime un troisième ambassadeur, européen celui-là.

Selon un responsable diplomatique, le Canada, la République tchèque et la Hongrie pourraient ne pas adopter la résolution, illustrant l'incapacité de l'Union européenne à avoir une position unie.

>> Lire aussi: Erdogan exhorte le monde à ne pas se "vendre" pour les "dollars" de Trump

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki, qui assistera au vote, a dénoncé les "menaces" et "intimidations" de Washington.

Alliée des Etats-Unis à l'Otan, la Turquie s'est aussi insurgée. Son président, Recep Tayyip Erdogan, a ainsi exhorté jeudi depuis Ankara la communauté internationale à ne pas se "vendre" pour "une poignée de dollars" face aux menaces de Donald Trump de couper des aides financières.

"Aucune nation qui a de l'honneur, aucun Etat qui se respecte ne courbe l'échine face à ce genre de pressions", avait auparavant clamé le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu.

Israël a annexé la partie orientale de Jérusalem, dont elle a pris le contrôle pendant la guerre de 1967, puis voté une loi faisant de la Ville sainte sa capitale "indivisible". Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale et les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur Etat.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG