Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Obama dénonce les propos "avilissants" et "dégradants" de Trump sur les femmes

Le président Barack Obama, 7 octobre 2016.

Le président américain Barack Obama a dénoncé dimanche les propos "avilissants" et "dégradants" du candidat républicain Donald Trump sur les femmes.

"Allons-nous vraiment prendre le risque de donner à Donald Trump le pouvoir de revenir sur tous les progrès que nous avons accomplis?", a demandé M. Obama lors d'une réunion de campagne des démocrates dans l'Etat de l'Illinois.

"Je n'ai pas besoin de le répéter. Il y a des enfants dans la pièce... Avilir, dégrader les femmes, mais aussi les minorités, les immigrés, les gens d'autres religions, se moquer des handicapés (...) il rabaisse les autres pour de se donner de l'importance", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Toutes les actualités

Ancien bastion républicain, le Texas de plus en plus contesté

Ancien bastion républicain, le Texas de plus en plus contesté
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée

La lune de miel entre Washington et Paris est terminée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:28 0:00

Niger: les ravisseurs de l'otage américain demandent une rançon

Les forces spéciales nigérianes participent à un exercice de sauvetage des otages à la fin de l'exercice Flintlock à Mao, au Tchad, samedi, avec l'appui de l'armée américaine et ses partenaires occidentaux. (Photo AP / Jerome Delay)

Les ravisseurs de l’Américain Philip Walton, enlevé dans le nuit de lundi à mardi à Massalata au Niger, près de la frontière avec le Nigeria, ont exigé mercredi une "rançon" contre sa libération, selon le préfet de la zone.  

"Les ravisseurs ont appelé le père sur son téléphone pour réclamer une rançon", a expliqué Ibrahim Abba Lélé, préfet de Birni NKonni (dont Massalata est voisine), sans préciser le montant demandé.

Dans un communiqué lu sur la radio nationale, le ministère de l’Intérieur a indiqué que les ravisseurs avaient "fouillé le domicile à la recherche de l’argent" et avaient ensuite fui "en direction de la zone frontalière".

"Les forces de défense et de sécurité de la zone ont conduit des opérations de ratissage et des renforts ont été déployés", souligne le communiqué qui indique que "toutes les dispositions sont prises, en collaboration avec les services de sécurité américains et nigérians en vue de retrouver l’intéressé".

Philip Walton était installé à Massalata avec sa femme et un enfant depuis deux ans, selon son père Bruce Walton qui habite Birni Nkonni et vit au Niger depuis près de 30 ans.

Un porte-parole du Département d'Etat américain à Washington a confirmé mardi qu'un "citoyen américain avait été enlevé au Niger".

Le Sahel est régulièrement le théâtre d'enlèvements d'Occidentaux par des groupes jihadistes.

Début octobre au Mali, la Française Sophie Pétronin et deux otages italiens ont été libérés, mais plusieurs restent détenus au Sahel. Parmi eux, l'humanitaire américain Jeffery Woodke enlevé au Niger en octobre 2016 à Abalak, à environ 200 km au nord de Birni Nkonni.

Toutefois la zone dans laquelle Philip Walton a été enlevé est loin du rayon d'action habituel des groupes jihadistes. C'est une zone de contrebande et de banditisme actifs, grâce à la porosité de la frontière entre le Niger et le Nigeria.

En août, six humanitaires français et deux Nigériens avaient été assassinés à 60 km à l'ouest de Niamey dans la réserve naturelle de Kouré, une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

Le Niger est en proie à des attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts.

Les Américains disposent de deux bases de drones à Agadez et Dirkou, au nord du Niger. Leurs appareils survolent le Sahel en permanence et sont un soutien important à la force française antijihadiste Barkhane.

En 2017, quatre soldats américains des Forces spéciales et cinq militaires nigériens avaient été tués dans une embuscade à Tongo Tongo, près du Mali, dans le sud-ouest du Niger. Cette attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) alors qu'officiellement les USA ne disposaient pas de troupes en opération au sol.

Le futur président américain sera élu par un collège électoral de 538 grands électeurs

Le futur président américain sera élu par un collège électoral de 538 grands électeurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

COVIOD-19: une exposition unique à Washington

COVIOD-19: une exposition unique à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG